Ecoutez Radio Sputnik
    Attaque des soldats soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale

    La conception de la Seconde Guerre mondiale a beaucoup changé

    © Sputnik . Max Alpert
    Interviews
    URL courte
    Alexandre Vassiliev
    70ème anniversaire de la Victoire dans la II GM (116)
    2426

    La Seconde Guerre mondiale est plus que jamais un thème difficile, sujet à polémique. Pourquoi particulièrement cette année?

    Parce qu'après que la Russie a invité les représentants des pays du monde à Moscou à la Parade du 9 mai pour célébrer le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants de plusieurs pays occidentaux, dont la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre britannique David Cameron, ont refusé d'assister à la Parade de la Victoire sur fond de crise ukrainienne. Il est à noter que l'administration de Barack Obama, qui a également renoncé à y assister, a reconnu en avril que Washington avait influencé la décision de certains leaders mondiaux de ne pas prendre part à la Parade de la Victoire à Moscou, qui sera à propos l'une des plus importantes de toute l'histoire de la fête.

    Aujourd'hui on a l'impression que les dirigeants de ces pays européens ont oublié ce que c'est que le nazisme et qu'il est très dangereux, s'ils peuvent se permettre de fermer les yeux sur la démonstration de cette idéologie dans les pays Baltes qui font notamment partie de l'Union Européenne et en Ukraine qui tient à s'adhérer à cette communauté. Il est à noter qu'il s'agit de l'Union Européenne, organisme international qui se dit défenseur des Droits de l'Homme, des libertés, de la tolérance universelle et ainsi de suite.

    Donc, la conception de cette guerre a fortement changé. La plupart des européens pensent que ce sont les États-Unis qui ont gagné la deuxième guerre mondiale.

    À cet égard, on a interviewé David Teurtrie, docteur en géographie et spécialiste de l'espace post-soviétique, chercheur associé au Centre de Recherches Europe Eurasie de l'INALCO et auteur du livre «Géopolitique de la Russie»:

    Sputnik. Quelle est l'attitude des Européens, notamment des Français envers la Seconde Guerre mondiale? Est-ce qu'elle a changé au fil du temps?

    David Teurtrie. Effectivement, elle a beaucoup changé au fil du temps. Il y a les générations qui ont connu la Seconde Guerre mondiale, pour lesquelles le début de l'espoir, de la libération, était lié à l'URSS dans la mesure où les premières grandes victoires, évidemment à Stalingrad, étaient considérées comme un tournant, pas seulement à l'est mais aussi à l'ouest et notamment en France. C'était lié à la situation pendant la Seconde Guerre mondiale, c'était lié aussi au fait qu'en France on avait un fort parti communiste qui portait en quelque sorte la parole de Moscou et puis le phénomène gaulliste — De Gaulle s'étant beaucoup appuyé sur l'URSS pour rééquilibrer ses rapports avec les puissances anglo-saxonnes. Il était tout à fait conscient du rôle majeur de l'URSS dans la Libération.

    Maintenant, avec les nouvelles générations qui n'ont pas connu la Seconde Guerre mondiale et qui sont beaucoup plus influencées par la culture américaine, la vision de la Seconde Guerre mondiale s'est transformée de manière importante, voire radicale. Et pour faire un raccourci rapide, aux yeux des jeunes générations, c'est le soldat Rayan qui a gagné la Seconde Guerre mondiale en Europe occidentale.

    Sputnik. Donc, selon les Européens, ce sont les Américains qui ont gagné cette guerre…

    David Teurtrie. Exactement. On a en France des grands média qui véhiculent l'idée que la Seconde Guerre mondiale est en bonne partie gagné en Normandie lors du débarquement des alliés et les manuels d'histoire qui placent le front de l'est en arrière-plan par rapport aux combats d'Europe occidentale. Il ne s'agit de dire que les États-Unis sont le seul vainqueur, la plupart des Français savent tout de même que l'URSS fait partie des grands vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, mais sa participation est fortement minorée. 

    Sputnik. Pourquoi cette conception est apparue?

    David Teutrie. À l'heure actuelle avec la situation en Ukraine on a des discours qui vont encore plus loin, notamment en Europe de l'est. Certains tentent de réhabiliter des groupes qui se sont alliés avec le régime nazi. On se rappelle l'attitude très ambiguë des pays baltes vis-à-vis du rôle des populations baltes pendant la Seconde Guerre mondiale, on voit aujourd'hui en Ukraine une volonté de réhabilitation d'un certain nombre de criminels, liés au régime nazi et ce qui est le plus grave dans cette affaire, c'est le fait que la majorité des grands médias d'Europe occidentale ferment les yeux sur ces évolutions très graves.
    Il y a une décennie il était évident pour tout le monde que malgré les différences idéologiques le combat contre le régime nazi était commun à l'Occident et à l'URSS. Maintenant on a une sorte de division, de dichotomie qui s'installe dans les têtes, ce qui est effectivement dangereux, surtout en ces temps de crispation géopolitique très grave autour de l'Ukraine.    

    Sputnik. Comment résoudre cette crise de conception?

    David Teutrie. Ce sera difficile car on est justement dans une situation de conflit sur le continent européen autour de l'Ukraine. Plus largement, le conflit ukrainien renvoie à la place de Russie en Europe ainsi qu'au rôle des États-Unis et de l'OTAN sur le continent européen. Dans la mesure où ce conflit géopolitique n'est pas prêt de s'éteindre, il va être compliqué d'avoir un débat serein sur les résultats de la Seconde Guerre mondiale. Je pense qu'il est important que les chercheurs, les historiens et plus largement les citoyens de ces pays maintiennent le contact pour continuer à débattre de ce conflit et pour maintenir la mémoire de ce qui est le plus important, c'est-à-dire la lutte commune des soviétiques et des occidentaux pour la victoire sur l'Allemagne nazie.

    Dossier:
    70ème anniversaire de la Victoire dans la II GM (116)

    Lire aussi:

    Parade du 9 mai: le premier ministre japonais refuse de se rendre à Moscou
    Parade du 9 mai à Moscou: l'ambassadeur de l'UE assistera s'il est invité
    Washington reconnaît avoir suggéré le boycott de la Parade de Moscou
    Parade de la Victoire: plus de 30 leaders mondiaux attendus à Moscou
    Tags:
    nazis, Dêfilé de la Victoire 2015, Seconde Guerre mondiale, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik