Ecoutez Radio Sputnik
    Francis Mvemba

    La jeunesse africaine cherche à étendre le partenariat avec la Russie

    © Sputnik .
    Interviews
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    18489

    Entretien avec Francis Mvemba, jeune entrepreneur, originaire de la République démocratique du Congo. Il vit aujourd’hui à Monaco mais prévoit de s’investir dans l’avenir politique de son pays où il vient de lancer un nouveau parti politique qui mise sur le développement des relations avec la Russie et les nations BRICS.

    Sputnik : Pourquoi un nouveau parti politique en RDC ?

    Francis Mvemba : Mon parcours est celui d'un enfant né au pays, ayant immigré et grandi en Europe et plus particulièrement en France dans des quartiers difficiles, j'en suis sorti grâce au travail et à la persévérance. Aujourd'hui j'ai réussi mes affaires et depuis quelques temps j'ai envie de m'investir pour mon pays. On ne peut pas laisser son pays s'enliser si on a une chance de le tirer vers le haut, c'est cela ma profonde conviction.

    J'ai créé le PEC (Parti Emergence du Congo) car je voulais rassembler autour d'un projet les jeunes du pays et de la diaspora, leur montrer que c'est possible, qu'on peut y arriver, que eux aussi ils peuvent prendre leurs responsabilités et émerger. Quand je regarde cette jeunesse congolaise, je vois des jeunes talentueux, plein de capacités, d'intelligence, mais cela fait des générations qu'on nous dit que le succès ce n'est pas pour nous. Cela nous ne voulons plus l'accepter et notre parti a pour objectif de proposer de nouvelles perspectives à cette jeunesse.

    Sputnik : Quelle est votre compréhension de la situation au pays ?

    Francis Mvemba : C'est une question difficile même pour un Congolais. Le Congo, c'est un empire qui a un potentiel énorme, le monde entier le sait. C'est cette richesse qui fait nos joies mais aussi crée nos tensions. Notre histoire nous a appris que nous ne devons compter que sur nous-même. Je me refuse de rentrer dans le jeu de la politique politicienne. Ce que je comprends c'est que plus nous diversifions et multiplions les relations et les partenariats avec des pays amis et partenaires, plus nous avons de chances de créer en République démocratique du Congo les conditions au développement, à l'emploi des jeunes, à l'émergence du pays tout entier. Le Congo a besoin d'un équilibre, cet équilibre est à mon sens possible tant que notre pays s'ouvre à toutes les forces vives désireuses de soutenir son développement. Je veux bien sur parler des partenaires historiques du pays ( Europe, etc. ) mais aussi les nouvelles puissances émergentes ( BRICS ) sans oublier bien évidemment la Fédération de Russie qui pour grand nombre de Congolais est le pays leader du moment. N'oublions pas que la seule université au monde qui soit liée au nom du grand héros national Patrice Lumumba se trouve à Moscou ( l'Université russe de l'Amitié des Peuples, ndlr ).

    Sputnik : Vous parlez de la Russie, quelle est votre opinion ou votre intérêt pour celle-ci ?

    Francis Mvemba : Elle est intéressante à plus d'un titre. D'abord, quand on regarde son histoire, on y trouve de nombreux points communs avec le Congo. En 1991, la situation était la suivante: le pays était riche de ressources naturelles mais en quasi-cessation de paiement. Aujourd'hui malgré la dernière crise et les sanctions occidentales qui la visent, elle est de nouveau sur le premier plan, tout au moins une nation incontournable sur le plan du leadership international. Les Russes ont prouvé que c'est possible de se redresser. Nous sommes en 2016, en seulement 25 ans ils ont rebâti le pays, retrouvé l'unité, la fierté…

    Ramené à notre dimension congolaise, je souhaite que nous puissions nous aussi émerger grâce à nos richesses naturelles et à nos ressources humaines, le Congo a aussi le droit de rayonner tant dans la sous-région qu'en Afrique ou au niveau international, vous ne pensez pas ?

    Sputnik : Vous parlez du rayonnement du Congo dans la Sous-région, au niveau de l'Afrique, et à l'international, avez-vous une vision ou une idée personnelle sur la question ?

    Francis Mvemba : Je vous l'ai dit j'ai accepté la mission qui m'a été confiée de représenter mon pays et de tout faire pour y faire venir de l'investissement, du développement, et y créer de l'emploi. Ce qu'il faut d'abord c'est qu'on se mette tous au travail. Je suis persuadé que les cartes du leadership mondial ont changé de main, le vieux système lui-même est en train de montrer ses absurdités et ses limites. Regardez l'Afrique, le monde continue de croire que les Africains ne sont pas assez compétents et responsables pour régler leurs problèmes eux-mêmes au niveau régional. Pourtant, qui de mieux placés que les pays concernés peuvent résoudre un litige ou créer un partenariat gagnant — gagnant entre Etats. Regardez ces dernières années, n'a-t-on pas vu le Maroc amener un nouveau souffle dans le jeu des relations extérieures, et dans la prise de position en faveur de l'Afrique? On vit une époque-clé qui laisse la place aux régionalismes et à l'échelle plus globale la multipolarité, mais c'est tout simplement du bon sens quand un Congolais s'assoit à une table de discussion avec un Centrafricain, un Ougandais, un Burundais et un Congolais de Brazza pour parler de questions régionales.

    Pour conclure et être plus concret, qu'est-ce que Francis Mvemba va faire dès demain matin en rentrant à Kinshasa ?

    Ma première mission va être d'aller dans l'est du pays à Beni, pour y distribuer des aides matérielles aux femmes et aux enfants victimes des massacres. Nous avons une fondation : Eufrasia, qui s'occupe de récolter les fonds et de financer des projets humanitaires. On fait peu mais on le fait, dans l'urgence, avec nos moyens.

    Pour le reste, on veut s'inscrire dans la durée, sur le long terme. A 34 ans, j'ai déjà compris une chose de la politique: l'énergie et le temps qu'on perd à penser à sa carrière personnelle, on ne l'utilise pas à servir son pays. To Banga Nzambe ( on doit craindre Dieu ).

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Sangaris: le président centrafricain demande que le droit des victimes soit respecté
    Les lettres russes Ы, Ш, Щ: "ça me rend littéralement fou!"
    Casques bleus: nouvelles accusations d'abus sexuels
    Selon les USA, l'Europe est aussi sûre que le Congo et l'Ouganda
    Tags:
    BRICS, Monaco, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik