Ecoutez Radio Sputnik
    Prison (image d'illustration)

    Journaliste arrêtée pour «avortement illégal» au Maroc: deux versions des faits s’affrontent

    CC0 / Pixabay/Pavlofox
    Maghreb
    URL courte
    Par
    366
    S'abonner

    L’arrestation, samedi 31 août, de la journaliste Hajar Raïssouni au Maroc, notamment pour «avortement illégal» fait encore polémique dans le pays entre ses défenseurs et leurs adversaires. Elle comparaîtra devant le juge le 9 septembre. Au vu de la loi, elle risque de six mois à deux ans de prison ferme.

    Depuis le samedi 31 août, l’arrestation au Maroc de la journaliste du quotidien arabophone Akhbar Al Youm, Hajar Raïssouni, âgée de 28 ans, en compagnie de son compagnon continue de défrayer la chronique, aussi bien dans la presse nationale et internationale que sur les réseaux sociaux. Elle est accusée de «relations sexuelles hors mariage» et d'«avortement illégal», deux chefs d’accusation punis par la loi au royaume chérifien. Les soutiens de la journaliste dénoncent cette arrestation. Alors que d’autres affirment que l’avortement a bien eu lieu.

    Les faits se sont déroulés dans le quartier de l’Agdal, à Rabat. Saad Sahli, l’avocat de la prévenue, a affirmé dans une déclaration à l’agence France-Presse (AFP) que Hajar Raïssouni avait été arrêtée samedi dernier au sortir d'une consultation médicale. Le médecin, l'anesthésiste et l'assistante médicale qui l'ont traitée avaient été arrêtés en même temps qu'elle, tout comme son fiancé, un universitaire soudanais, a-t-il ajouté.

    Selon Me Sahli, la mise en cause, liée à son compagnon par un mariage religieux, a été soignée pour une hémorragie interne et non pas pour un avortement, indique l’AFP.

    Régissant à l’arrestation de la journaliste, Akhbar Al Youm, pour lequel elle travaille, a publié un article sous le titre: «L'arme de la diffamation malveillante frappe à nouveau Akhbar Al Youm». À cet article, le quotidien avait joint un bulletin de consultation médicale attestant de «l'absence de curetage».

    Plusieurs titres de la presse écrite marocaine ont pris la défense de la journaliste contre la décision de son arrestation par la police. Sur les réseaux sociaux également, les soutiens fusent.

    La version adverse

    En réponse aux accusations portées contre les autorités, notamment la police royale, le site d’information Le 360 a livré des faits qui contredisent la version de l’avocat et des médias ayant pris la défense de la journaliste.

    Selon des sources sécuritaires citées par le média, les policiers avaient des soupçons sur le fait que le gynécologue exerçant dans le cabinet, où Hajar Raïssouni a été interpellée, effectuait des avortements clandestins, en série. Samedi 31 août, les policiers se sont, ainsi, mis en embuscade dans les environs du cabinet, et c’est à ce moment qu’ils ont arrêté la journaliste et son compagnon, sans même savoir l’identité des deux prévenus. Ces derniers avaient été interpellés par hasard, ont souligné les mêmes sources, précisant que le gynécologue, l’anesthésiste et une infirmière avaient été également appréhendés.

    Le certificat médical délivré par le médecin assermenté, exerçant au CHU Avicenne, qui a examiné Hajar Raïssouni, dont Le 360 affirme disposer d’une copie, atteste que celle-ci était bien enceinte, et qu’il s’agissait là d’une grossesse «non désirée» de «huit semaines». La mise en cause, toujours selon ce document, avait reconnu devant ce médecin, après avoir été examinée par ses soins, qu’elle avait bien pratiqué une interruption volontaire de grossesse (IVG), «sous anesthésie générale», et «dans un cabinet privé de gynécologie au quartier de l’Agdal», a précisé Le 360.

    Dans le même sens, le site d'information Barlamane a publié pour sa part un autre bulletin de consultation médicale attestant d'un avortement.

    Lundi 9 septembre se tiendra la première audience devant un tribunal de la journaliste et de son compagnon, selon Le 360.

    Au Maroc, une interruption volontaire de grossesse est passible de six mois à deux ans de prison ferme pour la femme, et de une à cinq années pour ceux qui ont pratiqué cet acte.

    Tags:
    polémique, loi anti-avortement, avortement, journalisme, journalistes, arrestation, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik