Maghreb
URL courte
1133
S'abonner

Entre 2016 et 2018, les touristes français, allemands, américains, italiens et chinois sont ceux qui ont le plus fait augmenter les recettes touristiques en devises du Maroc, selon un rapport officiel. Le pays a engrangé 6,844 milliards d’euros en 2018, soit 13,7% de hausse par rapport à 2016.

Dans son rapport au terme de l’année 2018, relatif à la balance des paiements et à la position extérieure globale du Maroc, l’Office national des changes a annoncé que les recettes touristiques du pays avaient atteint 73 milliards de dirhams (6,844 milliards d’euros), soit une augmentation de 13,7% par rapport à 2016. Les touristes étrangers qui ont le plus contribué à cette embellie financière sont, dans l’ordre, les Français, les Allemands, les Américains, les Italiens et les Chinois.

Le document précise que ces recettes supplémentaires exceptionnelles de 8,8 milliards de dirhams (plus de 825 millions d’euros) ont été générées par 12,29 millions de touristes reçus en 2018, soit une hausse de 18,4% (1,96 million de touristes) par rapport à 2016.

Les plus importants contributeurs sont les Français (plus de 178 millions d’euros), les Allemands et les Américains (environ 94 millions d’euros chacun), les Italiens (71,56 millions d’euros) et enfin les Chinois (près de 63 millions d’euros).

En quelques années seulement, les Chinois ont dépassé les Espagnols, les Belges, les Polonais, les Hollandais et les Britanniques en termes de dépenses touristiques au Maroc. Ces recettes ont fortement augmenté en raison de la suppression, en juin 2016, des visas pour les ressortissants chinois.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
étrangers, recettes budgétaires, tourisme, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook