Ecoutez Radio Sputnik
    Présidentielle en Tunisie

    Paris exprime ses souhaits quant à l'élection présidentielle en Tunisie

    © AFP 2019 ANIS MILI
    Maghreb
    URL courte
    4014
    S'abonner

    La France souhaite que le deuxième tour de la présidentielle en Tunisie, qui opposera un juriste sans parti à un magnat des médias emprisonné, se déroule «de manière impartiale», a déclaré jeudi le chef de la diplomatie française.

    «Nous souhaitons que ces élections se déroulent de manière impartiale et que le résultat des élections ne soit pas contesté», a déclaré Jean-Yves Le Drian sur la chaîne CNEWS parlant de la présidentielle tunisienne.

    «Nous avons dit aux autorités tunisiennes que nous souhaitions que ce deuxième tour des présidentielles se déroule dans les meilleures conditions d'impartialité», a-t-il rajouté cité par l'AFP. «C'est très important pour la démocratie tunisienne puisqu'elle a été la première dans le Printemps arabe et finalement une des seules aujourd'hui à garantir un processus démocratique», a poursuivi le ministre français des Affaires étrangères.

    Deux outsiders, le juriste sans parti Kais Saied et le magnat controversé des médias Nabil Karoui, actuellement en prison, seront en lice du second tour d'une présidentielle qui a balayé la classe politique traditionnelle tunisienne.

    Drapeaux de la Tunisie
    © Sputnik . Natalia Seliverstova

    M. Saied est arrivé en tête dimanche avec 18,4% des voix devant M. Karoui (15,58%) à l'issue d'un premier tour qualifié de «transparent» par la mission d'observation de l'Union européenne.

    Celle-ci a toutefois appelé à ce que les candidats aient «pleinement les mêmes chances» de faire campagne, une allusion apparente à M. Karoui.

    L'homme d'affaires, un publicitaire poursuivi depuis 2017 pour blanchiment d'argent et évasion fiscale, a été arrêté le 23 août. La date de son arrestation, 10 jours avant le début de la campagne, avait suscité des interrogations sur une instrumentalisation de la justice par le politique.

    «La Tunisie a été à l'avant-garde d'un processus démocratique important, nous considérons qu'elle l'est toujours», a indiqué Jean-Yves Le Drian.

    Une nouvelle demande de libération de Nabil Karoui a été rejetée mercredi.

    En fonction du temps de traitement des recours, le second tour pourrait être organisé le 6 octobre, soit le même jour que les législatives, ou le 13 octobre.

    Tags:
    élection présidentielle, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik