Maghreb
URL courte
Par
344010
S'abonner

Le Nouvel An berbère, Yennayer 2970, a été célébré à Moscou le 11 janvier à la Bibliothèque nationale de littérature étrangère. Sputnik a recueilli les impressions de certains organisateurs de cet événement, lesquels ont proposé diverses activités aux quelque 300 personnes qui y ont assisté.

Comme chaque année, la communauté algéro-tunisienne de Moscou a, à l’image de toutes les autres communautés berbérophones du monde, fêté le Nouvel An berbère, Yennayer 2970, le samedi 11 janvier à la Bibliothèque nationale de littérature étrangère M.I.Rudomino. En collaboration avec la directrice du centre culturel Francothèque de l’établissement Tatiana Semenenko, Salem Ammour, linguiste et interprète d'origine algérienne, et son épouse d’origine russe Yulia, docteur et chercheur en virologie, ont offert un riche programme aux 300 personnes, dont la plupart sont des citoyens russes, qui ont assisté aux célébrations.

Nouvel An berbère à Moscou
© Sputnik .
Nouvel An berbère à Moscou

En la présence de plusieurs familles mixtes, d’étudiants, d’ingénieurs, de professeurs, d’industriels, de médecins, de musiciens et de journalistes, la journée a commencé avec deux conférences données par M. et Mme Ammour sur l’Histoire des Amazighs ainsi que sur la symbolique de Yennayer. Elles ont été suivies d’un petit concert musical traditionnel, d’un cours sur l’ancien alphabet berbère, le tifinagh, et de projections vidéo retraçant la vie et les coutumes des Berbères au Maghreb. Le tout s’est achevé par une dégustation de plats et de gâteaux traditionnels offerts par les organisateurs.

Nouvel An berbère à Moscou
© Sputnik .
Nouvel An berbère à Moscou

Yennayer et la culture berbère, «un plus à l’unité nationale»

Dans sa conférence dédiée à la présentation de ce qui fait l’essence du Nouvel An berbère, M.Ammour a rappelé que «Yennayer n’était célébré officiellement [le 12 janvier, ndlr] qu’en Algérie qui l’a décrété fête nationale, chômée et payée, en 2017».

«Nous espérons tous que le reste des États du Maghreb, ainsi que tous les autres pays africains où se trouvent des communautés berbères, emboitent le pas à l’Algérie dans la reconnaissance et la consécration de Yennayer comme une fête nationale», a-t-il déclaré.

Nouvel An berbère à Moscou
© Sputnik .
Nouvel An berbère à Moscou

Tout en rappelant, à l’image de tous les citoyens berbères du Maghreb ou d’autre régions d’Afrique, que «les Amazighs ont toujours été patriotes des pays auxquels ils appartiennent», Salem Ammour a souligné que «la majorité écrasante des Berbères tiennent à leur langue et à leur culture dans le cadre de l’unité nationale et loin de toute idée séparatiste».

Bijou berbère exposé à l'occasion Nouvel An berbère à Moscou
© Sputnik .
Bijou berbère exposé à l'occasion Nouvel An berbère à Moscou

À l’issue des célébrations, Sputnik a recueilli le témoignage de Salem Ammour concernant le déroulement de la journée et les retours qu’il a eus de la part de l’assistance, notamment d’origine russe. Selon lui, «l’intérêt des personnes présentes pour l’Histoire, la langue et la culture berbères était grand».

Pour sa part, Mme Ammour a retracé l’Histoire des Berbères depuis l’époque d’avant J.C. jusqu’à l’arrivée des musulmans en Afrique du Nord. Elle a évoqué les différentes dynasties berbères et leurs relations avec la Grèce antique, l’Empire romain et les Phéniciens.

Dans une déclaration à Sputnik, Yulia Ammour a livré son témoignage concernant le mixage culturel entre les cultures russe et berbère, qui, selon elle, «est un enrichissement certain».

Une séance consacrée au tifinagh et aux tatouages traditionnels

En marge des conférences, une exposition d’habits, de bijoux et de poterie berbères était organisée dans une salle à côté de celle où a eu lieu le cours d’ancien alphabet berbère, le tifinagh, dispensé par un spécialiste.

Des dizaines de femmes russes présentes aux célébrations de Yennayer se sont également laissées tenter par les tatouages, utilisés auparavant par les femmes berbères, dessinés sur les mains à l’aide de henné.

 

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Tags:
tamazight, Nouvel An, Berbères
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook