Maghreb
URL courte
12396
S'abonner

Piégé par son arrogance lors d’une émission de télévision, un Turc a été arrêté par la police après avoir avoué en direct qu’il avait arnaqué 600 Marocaines à qui il promettait le mariage. Chacune d’elles lui a payé la bagatelle de plus de 12.000 euros pour trouver le grand amour.

Pas moins de 600 marocaines ont été arnaquées par un Turc de 50 ans qui les faisaient miroiter en leur promettant de leur trouver un jeune mari de même origine que lui, rapporte le site d’information Al Ahdath Al Maghribia. Ces femmes n’ont pas hésité à payer des sommes faramineuses à l’escroc, ajoute la même source. L’homme a été arrêté à la suite d’une émission télévisée à laquelle il participait et dans laquelle il a avoué son délit.

Ainsi, le média indique que lors d’une émission télévisée, Mustafa Chemchek a avoué avoir arnaqué des centaines de Marocaines. «Elles m’ont payé 50.000 dirhams [12.300 euros, ndlr] pour leur trouver des époux turcs», a-t-il déclaré, avant d’ajouter qu’il faisait également des victimes parmi les hommes.

Selon ses dires, des Turcs lui ont également fait confiance pour qu’il leur trouve des jeunes femmes marocaines prêtes à les épouser: «Des hommes turcs très âgés, surtout de la région de Kütahya, me donnaient 90.000 dirhams [22.100 euros, ndlr] pour leur amener des jeunes femmes marocaines», a-t-il expliqué.

Un homme présent à l’émission a affirmé avoir été escroqué par Mustafa Chemchek qui était rentré du Maroc avec une jeune femme nommée Chaïmae qui lui était promise. Mais la jeune fille a disparue dès que l’escroc a empoché l’argent.

Considérant les propos de Mustafa Chemchek comme des aveux, la police turque a procédé à son arrestation à la fin de l’émission.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Tags:
demande en mariage, contrat de mariage, mariage, escroquerie, arnaque, Turquie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook