Maghreb
URL courte
Par
224017
S'abonner

Le nouveau gisement de gaz de 567 millions de mètres cubes découvert dans la concession de Sebou, au Maroc, par la société britannique SDX Energy, va permettre de répondre à la demande de ses clients pour les trois à quatre prochaines années, a déclaré le PDG de la société au site Oïl and Gas Middle East.

Le PDG de l’entreprise britannique SDX Energy, Mark Reid, a commenté dans une déclaration au site d’information sur les hydrocarbures Oïl and Gas Middle East l’annonce récemment faite par son entreprise sur la nouvelle découverte de gaz dans la concession de Sebou, dans le nord-ouest du Maroc, où elle est présente depuis plusieurs années.

Grâce à celle-ci, «nous avons le potentiel d’accroître nos réserves au Maroc pour des quantités correspondant à trois ou quatre ans de demande commerciale de nos clients», a précisé le responsable.
Dans le même sens, M.Reid a souligné qu’en plus de la découverte faite en janvier, «nous pouvons désormais planifier le développement d’une nouvelle zone potentielle matérielle et précieuse au nord de notre infrastructure existante, sur un marché où nous sommes le seul producteur de gaz».

La compagnie espère extraire jusqu’à 567 millions de mètres cubes de gaz en opérant de futurs forages.

La découverte de septembre 2019

La société pétrolière et gazière britannique Chariot Oïl & Gas Limited, qui détient les droits d’exploration du sous-sol marocain près de la ville de Larache, sur la côte atlantique, a annoncé fin septembre 2019 que les résultats d’une nouvelle étude d’estimation des réserves des champs exploités avaient été revus à la hausse pour atteindre 56,6 milliards de mètres cubes. L’ancienne étude réalisée par des géologues de Netherland Sewell & Associates (NSA) estimait alors que les réserves sous licence marocaine ne dépasseraient pas la moitié du chiffre actuel.

Par ailleurs, l’entreprise britannique, également présente dans d’autres pays africains, détient deux autres permis en partenariat avec l’Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc (ONHYM): «Kenitra Offshore et Mohammedia Offshore respectivement attribués en 2016 et 2017».

Lire aussi:

Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
gisements pétro-gaziers, gisements de pétrole, gisement de gaz, gisements, GAZ, gaz, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook