Maghreb
URL courte
Par
8630
S'abonner

Ces deux dernières années, Benyamin Netanyahou s’est rendu deux fois à Abou Dhabi dans le cadre des négociations entre Israël et les Émirats arabes unis, informe Israël Hayoum. «Ce sont ces visites qui ont ouvert la voie à l'annonce d'un accord de paix», indique le média.

Le Premier ministre israélien «s’est rendu secrètement ces deux dernières années deux fois aux Émirats arabes unis durant les négociations qui ont abouti jeudi 13 août à l’accord de paix» annoncé par Donald Trump, rapporte ce vendredi Israël Hayoum.

Le média précise que chaque visite «a duré plusieurs heures», soulignant que Benyamin Netanyahou était accompagné à chaque fois «du chef du Conseil de sécurité nationale, Meir Ben Shabat». «Ce sont ces visites qui ont ouvert la voie à l'annonce d'un accord de paix conjoint entre les Émirats arabes unis et Israël, après des années de relations secrètes entre eux», ajoute-t-il.

Les Palestiniens dénoncent une «trahison»

Lors d’une déclaration à la presse, le porte-parole de l’Autorité palestinienne, Nabil Abu Rudeineh, a fermement rejeté cet accord, le qualifiant de «trahison». Il a appelé les pays arabes à «ne pas suivre l'exemple émirati» et à ne pas céder à la «pression américaine».

Peu après, le Président de l'Autorité palestinienne a décidé de rappeler son ambassadeur à Abou Dhabi.

Enfin, selon le site d’information israélien arabophone Makan.org, des sources américaines ont fait savoir que Bahreïn, le Soudan et Sultanat d’Oman étaient sur le point d’annoncer également un accord de paix avec Israël.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Voici quand la France pourrait faire face à une deuxième vague de Covid-19, selon des chercheurs
Tags:
traité de paix, plan de paix, zone de paix, paix, accord, Émirats Arabes Unis, Benjamin Netanyahu, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook