Maghreb
URL courte
Par
475823
S'abonner

Le directeur d'étude au ministère algérien de l'Intérieur en charge du dossier des migrations a révélé au quotidien El Watan que des terroristes venus de zones de combat au Moyen-Orient sont entrés en Algérie par le sud avec le statut de réfugié. «Leur but est d’attenter à notre sécurité au moment opportun», affirme-t-il.

Lors d’un entretien accordé au quotidien francophone El Watan, le directeur d'étude au ministère algérien de l'Intérieur en charge du dossier des migrations, Hassan Kacimi, a assuré que l’intervention étrangère en Libye et au Sahel avait facilité l’arrivée de terroristes en Algérie avec le statut migrant pour des raisons humanitaires. Il a par ailleurs pointé «le complot» ayant visé son pays à partir de la ville de Tamanrasset, dans le sud pays, à la frontière avec les pays du Sahel.

«Il faut savoir que l’intervention étrangère s’est investie également dans le dossier de la migration pour encourager le déplacement de populations entières subsahariennes vers l’Algérie», affirme le responsable. «Dans le lot de ces migrants, on a recensé […] des criminels et des terroristes avec de fausses identités, qui ont pu bénéficier à Alger du statut de réfugié, à l’insu des autorités publiques», ajoute-t-il.

M.Kacimi explique que des réseaux criminels se sont installés à Tamanrasset, Agadez, Niamey et Bamako pour organiser le circuit des migrants «devant bénéficier du statut de réfugié en Algérie».

Et d’ajouter qu’en 2018, des réseaux djihadistes venus de toutes les zones de combat, du nord de la Syrie et du Yémen, «ont tenté de se redéployer sur le territoire national via les frontières du Mali et du Niger». «Leur but est d’attenter à notre sécurité au moment opportun», soutient-il. «Le complot de l’intervention étrangère, sous la filière migratoire, a été démantelé grâce à la perspicacité de nos services opérationnels», se félicite-t-il.

«L’ONG Caritas du Vatican, un véritable nid d’espions»

Hassan Kacimi avance que le complot ayant visé l’Algérie depuis Tamanrasset, zone frontalière pétrolifère sensible et stratégique, a été mis sur pied avec le concours actif de certaines associations nationales infiltrées par des réseaux étrangers.

Cette plateforme migratoire «a été installée à Tamanrasset sous l’organisation de l’ONG Caritas du Vatican dont le conseil d’administration est un véritable nid d’espions qui a soutenu des actes subversifs en Amérique latine», lance le responsable. «Elle avait pour objectif d’ouvrir les frontières sud du pays à une migration massive subsaharienne pour faire de l’Algérie un territoire de substitution aux réfugiés, chassés par les multinationales, comme au Congo, dans la province du Kivu, où plus de 500.000 Congolais ont été chassés par les entreprises minières étrangères vers l’Angola», expose-t-il, précisant que «le terrorisme et les groupes armés ont été mandatés pour chasser les populations installées dans des zones à fortes potentialités minières».

«On est en présence d’un scénario de la contre-révolution»

Le directeur du ministère de l’Intérieur pointe la campagne «subversive» qui a visé l’Algérie cet été, soulignant qu’elle a été orchestrée «par des entités étrangères consistant à actionner des acteurs locaux, émargeant pour le compte de certaines ONG sionistes, devant redynamiser, agiter et contrôler la rue».

Le Président Abdelamadjid Tebboune
© Photo / Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale
À cet effet, M.Kacimi indique que les troubles ayant frappé la localité de Tin Zaouatine, à la frontière avec le Mali, a selon les enquêtes «pour but d’entraîner les Touareg algériens vers des revendications séparatistes». «Certains bureaux d’études étrangers ont publié durant tout cet été les résultats d’une étude prévoyant de grands troubles en Algérie et l’effondrement de l’État», rappelle-t-il, relevant que de «manière concomitante, on a assisté à des ruptures du fonctionnement de certains grands services publics, à l’absence de liquidités [dans les banques, ndlr], à des coupures d’eau sans informer la population, à des perturbations dans le réseau internet».

«On est en présence d’un scénario de la contre-révolution», estime-t-il, rappelant que «cette information a été annoncée par le Président de la République qui n’a pas tout dit à ce sujet pour des raisons liées à la sécurité nationale».

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Elle lui envoie 3.000 mails, pensant qu’il l’aime: elle finit en garde à vue
Tags:
crise libyenne, Libye, passeurs de migrants, trafic de migrants, migrants irakiens, camp de migrants, migrants, Sommet G5 Sahel, G5 Sahel, Sahel, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook