Maghreb
URL courte
Par
185216
S'abonner

C’est sans doute l’un des crimes les plus odieux survenus à Tanger. Le viol et le meurtre barbare d’un enfant, Adnane Bouchouf, ont bouleversé les habitants de cette ville de l’extrême nord du royaume et tous leurs concitoyens. Récit et analyse de cette effroyable tragédie qui révolte les Marocains.

Il s’appelait Adnane Bouchouf et n’avait que 11 ans. Porté disparu le lundi 7 septembre, cet enfant tangérois a été retrouvé quatre jours plus tard, dans la soirée du vendredi, enterré, à quelques mètres de chez lui. Il était seulement sorti chercher un médicament pour sa maman à la pharmacie du quartier de Bni Mkada où il vivait. Il n’est plus jamais revenu. Voici, selon les déclarations des membres de sa famille, le terrible récit des quelques jours où tout a basculé.

En mettant les pieds dehors, lundi vers 16h30, le petit Adnane a aussitôt croisé sur son chemin un individu qui l’a approché. Des caméras de vidéosurveillance avaient filmé ce dernier alors qu’il traversait une rue du quartier avec l’enfant. Il a réussi à l’attirer chez lui, deux ruelles plus loin. C’est là, dans un appartement qu’il partage avec trois autres locataires, tous ouvriers comme lui dans la zone industrielle de Tanger, qu’il l’a séquestré, violé et lui a ôté la vie.

Une fois son abominable double crime commis, le tueur s’est débarrassé du corps d’Adnane, dans le silence de la nuit. Il l’a enterré dans un jardin, à quelques mètres de la maison des Bouchouf. Au même moment, ces derniers paniquaient, ils avaient cherché partout leur petit qui n’était pas encore rentré.

«Cela ne lui ressemblait pas du tout de tarder autant et surtout pas le soir. Adnane était un garçon très réservé, très timide. Il avait l’habitude de jouer près de la maison tout seul et ne s’en éloignait jamais. Lors de sa disparition, ses parents pressentaient un malheur. Sa mère, surtout, ne cessait de répéter qu’elle savait Adnane tout proche, mais qu’elle ignorait où il était exactement… et elle avait raison», confie à Sputnik, avec des trémolos dans la voix, l’un des cousins d’Adnane qui a requis l’anonymat.

Le soir de ce triste lundi 7 septembre vers 19h, le père d’Adnane, ne voyant pas rentrer son fils et craignant le pire, décide d’alerter la police. Les recherches sont aussitôt entamées. Peu de temps après, sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se sont mobilisés dès que les parents de l’enfant ont annoncé la mystérieuse disparition du garçon sur Facebook.

Certains ont appuyé leurs publications avec les images des caméras de vidéosurveillance où le kidnappeur présumé était visible. La recherche virtuelle a été massivement suivie, partagée et commentée, mais est restée vaine. Tout comme celles menées par les parents du petit et leurs voisins. Et vendredi soir, la glaçante nouvelle tombe.  

«L’assassin a violé et étranglé Adnane jusqu’à sa mort. Ce n’est pas un humain qui peut faire ça, mais un diable. En plus, il a commis son horrible crime et enterré le petit dans son propre quartier, à deux rues de chez lui», regrette notre interlocuteur en lâchant un long soupir.

À travers les images des caméras de vidéosurveillance, les enquêteurs parviennent à identifier le principal suspect. C’est un homme âgé de 24 ans. «Par peur d’être arrêté, le criminel avait changé d’apparence puisqu’il a dû voir lui aussi sa photo sur les réseaux sociaux. Il avait enlevé sa barbe, s’était rasé les cheveux et mettait son masque tout le temps. C’est ce qui a retardé son identification. Il s’était même enfui, mais heureusement, la police a fini par retrouver ses traces et le capturer», détaille le cousin d’Adnane, qui était très proche de lui.

Il y a un autre facteur qui a joué en faveur de l’assassin présumé, selon lui: «Presque personne ne le connaissait dans le quartier où il venait d’emménager il y a à peine vingt jours. Même les parents d’Adnane ne le connaissaient pas.» 

L’auteur présumé du double crime est finalement interpellé, vendredi 11 septembre. Une fois arrêté, c’est lui qui a conduit les enquêteurs vers «le lieu où il s’est débarrassé de la dépouille», souligne la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué publié dans la soirée même de l’horrible découverte.

«À mort l’assassin violeur!»

Ce meurtre sordide, doublé de viol, a mis les Marocains hors d’eux. Dans leur colère, certains ont multiplié les appels pour que l’assassin soit condamné à la peine de mort. Pétitions, manifestations, hashtags et sit-in se sont succédé ces derniers jours. Tous les moyens sont bons pour «réclamer justice pour le petit Adnane». L’une des pétitions lancées a même recueilli 807.000 signatures, au mardi 15 septembre 2020. Pour rappel, la peine capitale est toujours prévue dans la loi marocaine. Un moratoire de fait est toutefois observé puisque la dernière exécution remonte à 1993.

Contacté par Sputnik, le criminologue marocain et auteur de l’ouvrage Tout comprendre sur les crimes sexuels (Éditions universitaires européennes, 2018) Hatim Souktani juge naturelles les vives réactions, extrêmes, que provoque ce double crime.

«Le crime sexuel sur un enfant est toujours perçu comme étant un acte grave où le principe de tolérance zéro est la règle. Surtout si cet acte criminel est aggravé par un meurtre. Dans l’affaire du petit Adnane, les Marocains se sont sentis concernés par sa disparition, chacun voyant en lui son propre enfant. Dans nos traditions, même les voisins dans les quartiers populaires, par exemple, participent à l’éducation des petits, comme s’ils étaient les leurs. D’où l’angoisse et la vive émotion générales que l’on vit aujourd’hui», souligne-t-il.

Le spécialiste marocain insiste sur la nécessité d’agir en urgence pour prémunir les enfants contre les prédateurs sexuels. «Malheureusement, la pédocriminalité s’aggrave dans notre société, surtout parce que les prédateurs sexuels ne sont pas fichés. Les autorités doivent donc élaborer un fichier national de ces prédateurs, c’est une urgence. Nous avons tous vu à quel point ces criminels peuvent être dangereux», alerte Hatim Souktani.

Nouvel avertissement

Le drame de Tanger remet la question de la pédocriminalité sur le devant de la scène au Maroc. Dans le pays, «Touche pas à mon enfant» est l’une des rares associations qui combattent ce fléau. Interrogée par Sputnik, sa présidente Najat Anwar se dit «encore sous le choc par cette tragédie qui a endeuillé le Maroc en entier». Pour elle, ce nouveau drame doit servir d’avertissement.

«Nous l’avons constaté depuis la création de notre ONG en 2004. Ce phénomène est en hausse constante au Maroc et la catégorie la plus touchée, ce sont les enfants âgés de moins de 5 ans. Au niveau de l’association, nous sommes dépassés par le nombre de victimes qui font appel à nos services. Avec les réseaux sociaux, la situation va de pire en pis. Il y a la cyberpédocriminalité qui fait, elle aussi, de plus en plus de victimes ces dernières années», déplore la présidente de Touche pas à mon enfant.

Les faits lui donnent raison. Depuis l’arrestation du tueur présumé d’Adnane, la police marocaine a annoncé avoir interpellé deux pédophiles, un à Tanger et un autre à Safi.

Selon Najat Anwar, certains juges n’aident pas à endiguer le phénomène: «Les sanctions prévues par la loi marocaine sont certes lourdes, mais le problème réside dans leur application. D’un tribunal à l’autre, le verdict peut varier drastiquement sur une même affaire de pédocriminalité, ce qui n’est pas du tout normal.» Que faire alors?

«Pour remédier à cette distorsion, il faut harmoniser les textes de loi avec les conventions internationales. Il faut aussi qu’il y ait une collaboration entre la société civile et les institutions gouvernementales. Il faut qu’on nous écoute parce que nous connaissons la réalité du terrain tout simplement. Nous sommes en contact direct avec les victimes et leurs parents. Malheureusement, nous sommes toujours marginalisés et des vies continuent à être brisées. Nous sommes trop en retard, il faudrait au moins que l’État active le dispositif Alerte-Enlèvement au plus vite», insiste-t-elle.

En attendant que les autorités bougent, l’émotion reste vive à travers le pays alors que l’instruction de l’affaire Adnane est en passe de commencer. Mardi 15 septembre, l’assassin présumé a passé sa première nuit dans la prison de Tanger. La veille, il a été présenté devant le procureur du roi près du tribunal d’appel de Tanger. «Il a été inculpé et poursuivi en état d’arrestation, pour crime d’homicide volontaire sur un mineur avec attentat à la pudeur. Ses trois colocataires sont eux aussi poursuivis pour complicité et non-dénonciation», précise à Sputnik Abdelmounaïm Rifaï, avocat au Barreau de la ville du Détroit et président de l’AMDH-section Tanger. Ce dernier est membre du collectif s’étant porté partie civile pour défendre Adnane.

L’avocat révèle à Sputnik qu’il compte demander au tribunal d’ordonner une nouvelle autopsie devant être effectuée à l’institut médico-légal de Casablanca. Celui de Tanger, d’après l’homme de loi, est «réputé pour l’imprécision de ses conclusions dans de précédentes affaires». «Le but de notre demande est d’éclairer les zones d’ombre de cette affaire, notamment l’heure exacte de la mort du petit Adnane. Nous voulons aussi savoir si le viol a été commis avant le décès de la victime ou après. Pour nous, cela change tout concernant les motivations de l’auteur du crime et l’issue des investigations», argumente maître Abdelmounaïm Rifaï.

Hatim Souktani insiste, quant à lui, sur l’importance de l’enquête de personnalité dans cette affaire.

«Les auteurs de ce genre de crime pourraient être des récidivistes. L’assassin violeur d’Adnane pourrait avoir un caryotype génétique typique, comme il peut avoir des habitudes perverses… Il pourrait avoir été lui-même victime de viol ou de violence. Son cas mérite d’être étudié profondément durant l’enquête de personnalité afin d’évaluer objectivement son état de dangerosité pour que la peine soit juste. Le criminel pourrait même passer à l’aveu pour d’autres crimes similaires suivis ou non de meurtre», soutient l’expert marocain.

Les premières auditions ont déjà eu lieu. L’assassin violeur aurait avoué son double crime en livrant des détails sur sa propre petite enfance. Le grand public en saura plus dans les prochains jours. Quoi qu’il en soit, rien ne rendra aux Bouchouf leur enfant.

Inconsolables, ils ont reçu, lundi 14 septembre, les condoléances du roi du Maroc lui-même. Dans son message, le souverain a condamné le «crime odieux» dont leur «fils innocent a été victime». «Nous partageons avec vous et toutes les familles marocaines qui ont compati avec vous, l’ampleur de cette perte cruelle», écrit Mohammed VI dans sa lettre.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
faits divers, meurtre, Maroc, pédophilie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook