Moyen-Orient
URL courte
Par
9284
S'abonner

Exprimant son plus profond respect pour la Marine régulière iranienne, le vice-amiral qui supervise la 5e Flotte des États-Unis basée à Bahreïn a déclaré que son pays avait finalisé «une dissuasion pas facile» de l’Iran, lors de son intervention au dialogue annuel de Manama, qualifiant l’activité de l’Iran en mer comme «prudente» et «respectueuse».

«Une dissuasion pas facile» a été réalisée par les États-Unis envers l’Iran après une série d’attaques régionales et de saisies en mer, a déclaré le vice-amiral Samuel Paparo, qui supervise la 5e Flotte américaine basée à Bahreïn, lors du dialogue annuel de Manama organisé par l’Institut international d’études stratégiques.

«Nous sommes parvenus à une dissuasion pas facile. Cette dissuasion pas facile est exacerbée par les événements mondiaux et par les événements au fil du temps. Mais j'ai trouvé l'activité iranienne en mer prudente, circonspecte et respectueuse, pour ne pas risquer une erreur inutile de calcul ou une escalade en mer», a estimé le vice-amiral.

Par la suite, le haut responsable de la marine américaine au Moyen-Orient a souligné qu’il avait le «plus profond respect» pour la Marine régulière iranienne, ainsi que pour les forces navales du corps des Gardiens de la révolution islamique.

Des tensions dans la région

Alors que le temps où le prédécesseur de Sam Paparo, le vice-amiral James Malloy, était en poste, avait été marqué par des attaques régionales et des saisies en mer, depuis plusieurs mois que Samuel Paparo est aux commandes, il n’y a pas eu de crise majeure.

Cependant, en septembre, deux arraisonnements de navire naviguant vers les Émirats arabes unis ont eu lieu sur soupçon de contrebande de pétrole, dans un contexte de fortes tensions dans cette région cruciale pour l'approvisionnement mondial en hydrocarbures.

Ces tensions sont liées à la décision américaine de dénoncer unilatéralement en mai 2018 l'accord international sur le nucléaire iranien, conclu en juillet 2015. Elles se sont nettement intensifiées depuis mai, sur fond d'attaques d'origine inconnue contre des pétroliers transitant dans la région, et d’arraisonnements de navires par l'Iran.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Le variant sud-africain pourrait «traverser» le vaccin Pfizer, selon une étude israélienne
Tags:
politique, tensions, navires, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook