Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Revue de la presse russe du 15 janvier NEZAVISSIMAIA GAZETA

    Opinion
    URL courte
    0 0 0 0
    C'est désormais clair : Irina Khakamada, la coprésidente de l'Union des forces de droite (SPS), est l'adversaire la plus acharnée du Kremlin et du système parmi tous les participants à la course à la présidence, note la "Nezavissimaïa Gazeta" qui voit clairement derrière la candidate l'ombre de Mikhaïl Khodorkovski. Une autre chose est également clair : la campagne électorale ne sera pas ennuyeuse car elle ne se déroulera pas par inertie en dépit de la volonté des personnes retranchées derrière les murs du Kremlin. Au contraire, le marathon présidentiel sera, tout porte à le croire, beaucoup plus serré, scandaleux et riche en sensations que les récentes législatives.

    Il est déjà tout à fait inattendu que Vladimir Poutine soit opposé à un concurrent de gauche puissant Serguéi Glaziev et à deux contradicteurs de droite, Ivan Rybkine et Irina Khakamada, poursuit le journal. Cette dernière a commencé sa campagne en des termes durs pour donner à comprendre que les critiques dirigées contre Poutine et sa politique seront implacables. La candidate à la présidence a décidé d'attaquer le pouvoir en place sur tous les points névralgiques : les attentats à Moscou, la Tchétchénie, l'acte terroriste au théâtre de Doubrovka, les purges à la télévision, la restauration de l'autoritarisme et des procédés soviétiques. Une croix a été mise sur la tactique amorphe des démocrates de la période des dernières législatives. En fait, la lutte des libéraux contre le Kremlin ne fait que commencer. Et si les leaders de Iabloko et de SPS ne l'ont pas encore compris, s'ils ne sont pas encore prêts à cette lutte, tant pis pour ces structures démocratiques dont la disparition totale de la scène politique n'est que partie remise.

    La situation est sans précédent du fait que le Kremlin n'a pratiquement pas les moyens de faire pression sur Khakamada. La candidate ne se laissera ni intimider ni séduire. Elle a déjà travaillé dans le gouvernement et est très bien connue en Occident. Elle bénéficie du soutien de Leonid Nevzline, le copropriétaire de Ioukos, et n'a donc pas de problème financier.

    KOMMERSANT

    L'optimisme règne au ministère du Développement économique et du Commerce pour ce qui concerne l'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce. Les vice-ministres Alexéi Kaoulbars et Maxime Medvedkov ont déclaré, en effet, qu'il était parfaitement possible d'achever les négociations avant la fin de l'année. Ils ne sont pas gênés par le fait qu'ils n'ont pas encore pu trouvé un compromis avec l'Union européenne sur le problème du gaz.

    "Nos partenaires européens occupent une position constructive", a affirmé aux journalistes Maxime Medvedkov. Alexéi Kaoulbars, récemment nommé premier vice-ministre, est du même avis.

    "La position constructive" de Bruxelles envers l'adhésion de Moscou à l'OMC se traduit, de l'avis des adjoints de Guerman Gref, par le fait qu'au cours de 2003 les deux parties se sont principalement entendues sur les conditions d'accès sur le marché russe des services pour les producteurs européens. Si, il y a un an, des divergences persistaient sur douze secteurs, aujourd'hui trois secteurs sur ce marché continuent de poser problème. Il s'agit de secteurs particulièrement sensibles comme les télécommunications, les finances et les transports. D'ailleurs, ces problèmes seront certainement résolus, de l'avis du principal négociateur Medvedkov, souligne le "Kommersant".

    IZVESTIA

    Des taux antidumping frappant les importations d'acier laminé à froid en provenance de Russie sont en vigueur depuis hier en Chine. Le gouvernement fédéral, écrit le quotidien, est "étonné et déçu" par cette décision de Pékin. D'après les estimations des experts, les pertes des Aciéries de Magnitogorsk MKK (Oural du Sud) et des autres exportateurs sur le marché chinois pourraient s'élever à 80 millions de dollars. Pour les producteurs, les décisions chinoises ont des motifs exclusivement politiques.

    Quant aux milieux diplomatiques, ils expliquent la décision de Pékin qui vise ostensiblement les producteurs d'acier russes, par ses tentatives, à côté d'autres revendications adressées à Moscou lors des négociations sur son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce, de faire pression sur le gouvernement dans la question de la construction d'un oléoduc Angarsk (Sibérie orientale) - Daqin (Chine).

    "Ces taxes sont un coup dur pour nous. En septembre, lorsque nous avions eu une rencontre au niveau des gouvernements, les Chinois nous assuraient qu'il n'y aurait pas de taxes. Ils ont réitéré leurs assurances le 5 janvier. De plus , les taxes antidumping ont été introduites "post datum" et sans consultations préliminaires, ce qui contredit tous les protocoles signés par les parties", a indiqué aux Izvestia le chef du département de la protection des marchés de MKK, Vassili Varenov.

    GAZETA

    Chaque citoyen de Russie pourrait avoir un numéro d'identification individuel renfermant tous les renseignements qui le concernent et qui sont aujourd'hui éparpillés entre les différentes bases de données des autorités administratives. C'est ce que prévoit le Plan de recensement personnel de la population que le ministère du Développement économique et du Commerce présentera aujourd'hui au gouvernement.

    De l'avis des fonctionnaires, fait observer le quotidien, cela doit faciliter à l'Etat la détection des citoyens "peu loyaux" et favoriser l'exécution des obligations de l'Etat envers les citoyens honnêtes. Seulement, au gouvernement, on craint que des contradictions au niveau administratif et une large facilité d'accès à toutes les bases de données pour les pirates qui en font le commerce dans les rues de Moscou puissent empêcher le nouveau système de contrôle de voir le jour.

    TROUD

    Le suicide qui est à l'origine de près de 60 000 décès en Russie - une ville entière disparaît tous les ans - tourne en véritable catastrophe. C'est l'avis de Tatiana Dmitrieva, directrice du Centre de psychiatrie légale Serbski.

    "L'Organisation mondiale de la santé a déterminé un certain niveau critique de suicides. S'il est dépassé, c'est un sérieux avertissement à la société. Voilà, dans notre pays, ce niveau a été dépassé de deux fois. Et, ce qui frappe, c'est que les hommes se suicident six fois plus fréquemment que les femmes... Fait encore plus terrible, nous enregistrons des suicides de mineurs à l'âge de 5 ans !" a indiqué l'académicienne dans son interview au journal.

    Le journal cite les données du Centre suédois d'études en matière de suicide, d'après lesquelles la Russie vient en première position mondiale quant au nombre de suicides parmi les adolescents : près de 2 500 décès volontaires tous les ans. La deuxième place appartient aux Etats-Unis, avec près de 1 800 cas.

    Lire aussi:

    L’Europe redoute une guerre de l’acier avec les USA à cause de la Chine
    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    Poutine annonce son ordre du jour pour le G20
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik