Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Euro 2008: la Russie se lèche les babines

    Opinion
    URL courte
    0 0 0

    Par Alexandre Gorbounov, pour RIA Novosti

    Par Alexandre Gorbounov, pour RIA Novosti

    A la veille de l'Euro, l'équipe nationale russe de football se trouve dans une situation tout à fait étonnante. Après les récents succès des équipes russes, notamment la victoire du CSKA Moscou dans le final four de l'Euroligue de Basket à Barcelone, celle du Zenit Saint-Pétersbourg lors de la finale de la Coupe de l'UEFA à Manchester, et l'exploit phénoménal des hockeyeurs russes au championnat du monde au Canada, on attend un miracle de la part des footballeurs coachés par l'incontournable Guus Hiddink. Une question est même déjà dans l'air: quel sera le programme des joueurs russes le 30 juin, au lendemain de la finale de l'Euro 2008? Se rendront-ils directement au Kremlin depuis la descente de l'avion, comme ce fut le cas pour leurs collègues hockeyeurs, ou leur laissera-t-on le loisir de souffler dans un grand hôtel moscovite, le temps de troquer leurs survêtements pour un costume cravate? Il faut dire que les joueurs de l'équipe russe de hockey, à peine arrivés à l'aéroport en provenance d'Amérique du Nord, avaient juste eu le temps de revêtir en vitesse dans l'autobus une série de chandails clairs du plus bel effet, qui se sont très bien fondus dans l'atmosphère des salles du Kremlin.

    Si l'on met la victoire du CSKA entre parenthèses, tant on a l'impression qu'elle a eu lieu il y a très longtemps (alors que seulement trois semaines sont passées depuis lors), les succès du Zenit et des hockeyeurs devraient influer positivement sur la préparation de l'équipe nationale de football pour l'édition 2008 de l'Euro, dont la Suisse et l'Autriche se partagent l'organisation.

    L'équipe de hockey, lors de son match contre les Canadiens, que les footballeurs ont suivi à la télévision, a démontré une fois de plus l'importance des ressources morales dans le sport moderne. Avec deux buts de retard à l'issue de la deuxième période, les hockeyeurs russes, qui ne peuvent pas tous se targuer d'avoir déjà participé à des rencontres d'un tel enjeu (jugez plutôt, une finale de la 100e édition du championnat du monde contre le Canada hôte de la compétition!), sont parvenus à inverser le cours du match et à marquer le but de la victoire.

    "Si l'on réfléchit au fait que ce succès est arrivé après 15 ans [de disette] pour les Russes, alors cela peut renforcer la motivation de l'équipe nationale de football, a indiqué Guus Hiddink. Je vois que mes joueurs réagissent à cet événement. Parce qu'ils ont vu de leurs yeux que, si on le veut vraiment, on peut obtenir les meilleurs résultats".

    La victoire du Zenit, on le comprend, parle encore plus aux footballeurs russes. Pas moins de six joueurs du club de Saint-Pétersbourg défendront les couleurs de la Russie à l'Euro, Viatcheslav Malafeev, Alexandre Anyukov, Konstantin Zyrianov, Pavel Pogrebnyak, Andrei Arshavin et Roman Shirokov (qui ont tous été reçus personnellement, tout comme les hockeyeurs, par le président russe Dmitri Medvedev). Naturellement, cette victoire en Coupe de l'UEFA leur a apporté, comme à leurs partenaires en équipe nationale, une énorme dose de confiance. Les capitaines des clubs moscovites du Lokomotiv, du Spartak et du Dinamo auraient même envoyé au Zenit des télégrammes de félicitations débordant d'éloges. Au milieu de ce concert de louanges aux allures de panégyrique général, seuls les mots du capitaine du CSKA Moscou Igor Akinfeev, qui a qualifié la victoire du Zenit de méritée, tout en soulignant que lui et beaucoup de ses coéquipiers avaient suivi le match sans supporter frénétiquement le club de Saint-Pétersbourg, sont apparus un peu moins enthousiastes. Le gardien emblématique du CSKA a rappelé qu'à la veille de la finale de la Coupe de l'UEFA en 2005, remportée par son club face au Sporting Lisbonne, certains footballeurs du Zenit avaient ouvertement déclaré qu'ils supporteraient les Portugais.

    Aux six joueurs de la capitale du Nord appelés en équipe nationale aurait pu s'ajouter Igor Denisov, qui a magnifiquement joué lors de la finale continentale. Mais sa "sélection" a été accompagnée d'une histoire pour le moins regrettable, dont sont responsables avant tout les représentants du staff de l'équipe de Russie. Denisov, il est vrai, aurait pu lui aussi affronter cet incident d'une toute autre manière.

    Résumons les faits. Conformément aux règlements de la FIFA et de l'UEFA, les équipes nationales doivent inviter les joueurs issus des différents clubs par des courriers spéciaux. Le fait est que le nom de Denisov ne figurait pas dans la lettre qui est parvenue au Zenit. Cependant, après la finale, il est devenu évident que le joueur avait tout à fait le niveau nécessaire pour devenir international. Le staff a donc appelé Denisov pour l'informer qu'il avait l'intention de le sélectionner. Mais ce dernier a refusé, qui plus est, sans y mettre les formes. Cela dit, Denisov a par la suite corrigé le tir, suivant le conseil de son coéquipier Arshavin, en s'envolant d'urgence pour Moscou, où il s'est excusé pour cet incident devant le staff et toute l'équipe. Ainsi, la page a pu être tournée et les parties se sont mises d'accord pour revenir à la question de sa sélection en équipe nationale après l'Euro.

    La composition de l'effectif est évidemment la prérogative des entraîneurs, et il est bien évident que cela n'aurait aucun sens de leur donner quelque conseil que ce soit. Mais on peut tout de même se permettre une petite remarque. Le Zenit est sans conteste une des équipes les plus "russes" de la Premier liga. Dans la plupart des matchs importants, huit joueurs nationaux et seulement trois étrangers ont toujours entamé la rencontre. Dans ces huit, il faut compter les six internationaux plus Denisov, ainsi que l'intenable milieu Viktor Fayzulin. Dans un certain sens, il serait logique de bâtir l'équipe nationale autour de l'architecture du Zenit. Mais on sait déjà que ce ne sera pas le cas: Denisov et Fayzulin ne sont pas dans l'effectif, et Arshavin, suspendu, manquera les deux premiers matchs de l'Euro. Le Zenit sera donc représenté au mieux, dans un premier temps, par cinq joueurs. Sera-ce suffisant pour constituer une ossature?

    Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Quelles chances pour Saint-Pétersbourg d’organiser le match d’ouverture de l’Euro 2020?
    Poutine réuni avec des légendes du hockey à Sotchi (vidéo)
    Double peine pour Patrice Évra après son coup de pied à un supporter
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik