Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Le Iaroslav Moudry, précurseur des frégates de demain

    Opinion
    URL courte
    0 10

    Le 19 juin, la frégate Iaroslav Moudry, un navire d'escorte que la Marine de guerre russe attendait depuis longtemps, a pour la première fois gagné le large dans la mer Baltique. Il sera présenté prochainement au Salon international naval de Saint-Pétersbourg.

    Par Ilia Kramnik, RIA Novosti

    Ce navire du projet 11540 avait été mis en chantier en 1990, de même que la frégate Neoustrachimy, chef de file de ce projet, connue pour sa mission dans le golfe d'Aden. Cependant, en 1994, alors que les travaux sur le Iaroslav Moudry étaient déjà accomplis à 75%, ils furent suspendus. Ils ne furent relancés qu'en 2002. Pour les achever, il fallut pratiquement tout reprendre à zéro, pour tenir compte des dernières avancées de la technique.

    Tout comme le Neoustrachimy, le Iaroslav Moudry est un navire polyvalent maritime et océanique, destiné à lutter contre des navires de surface et des sous-marins. Doté d'une défense antiaérienne assez puissante, il est capable, aussi, d'appuyer des troupes terrestres avec son artillerie.

    Jaugeant 4.250 tonnes (la norme étant de 3.590 t), d'une longueur de 130 m, d'une largeur de 15,6 m et ayant un tirant d'eau de 8,35 m, il peut parcourir 2.900 milles avec 210 membres d'équipage, dont 35 officiers.

    La nouvelle frégate est équipée de missiles anti-sous-marins Ouran, d'une batterie de missiles sol-air Kinjal, d'un système de missiles anti-sous-marins Vodopad, de lanceurs de bombes à réaction, ainsi que d'une batterie d'artillerie universelle de 100 mm, de deux batteries antiaériennes de missiles Kortik et de deux canons tournants à six tubes AK-630.

    Le projet 11540, d'après lequel a été construit le Iaroslav Moudry, est le prolongement du projet soviétique 1135, dans le cadre duquel avaient été construits de nombreux patrouilleurs pour la Marine de guerre et les unités navales des troupes de gardes-frontières du KGB de l'URSS. Le programme adopté à la fin des années 80 du siècle dernier prévoyait de construire plus de 70 navires en 20 ans, mais la désintégration de l'URSS a mis une croix sur ces projets.

    Dans les années 2000, tous les anciens programmes furent revus. La construction d'une flotte prétendant occuper la première place au monde par ses effectifs et sa puissance militaire, flotte qui aurait compté, en plus des navires de classe supérieure, plus de 70 patrouilleurs, était devenue impossible et, dans les nouvelles conditions, insensée.

    Le statut des escorteurs faisant partie de la Marine de guerre a changé aujourd'hui. De même que dans d'autres pays, ils se sont transformés, de navires d'escorte, en navires de combat. Ils accomplissent des missions indépendantes, que ce soit en naviguant seuls ou en groupe. Ce changement suppose l'accroissement de la puissance des escorteurs (frégates), ce qui a été fait en ajoutant des missiles anti-sous-marins aux armements des nouveaux navires et de ceux ayant été modernisés.

    Certaines conceptions techniques sont testées, en fait, sur le Iaroslav Moudry et d'autres escorteurs faisant partie de la Marine russe, de manière à pouvoir être utilisées, par la suite, lors de la construction des nouveaux bâtiments de cette classe que seront les frégates du projet 22350.

    Le navire Admiral Gorchkov, chef de file du nouveau projet, a été mis en chantier à l'usine Baltiïski en 2006. Sa mise à l'eau est prévue pour cette année, mais il n'est pas exclu qu'elle soit différée. Dans les cinq ans à venir, on prévoit d'amorcer la construction d'une série de navires de ce type. Au total, la flotte compte s'enrichir d'une vingtaine de frégates d'ici 15 à 20 ans.

    La mise en oeuvre de ce programme permettra à la Russie de recevoir une quantité suffisante de navires maritimes et océaniques modernes. Ils pourront accomplir différentes missions: protéger les côtes russes et escorter les gros navires de combat dont la construction prochaine est également prévue.

    Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Les nouveaux navires coûteux de l'Otan ne sont pas prêts au combat
    Les destroyers : colonne vertébrale des flottes modernes
    Comment les navires furtifs arrivent-ils à se cacher des radars?
    Tags:
    Kinjal (canon antiaérien de marine), Iaroslav Moudry (frégate)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik