Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Les axes économiques et politiques du Centre financier de Moscou

    Opinion
    URL courte
    0 310

    La lutte contre l’inflation, la stabilité politique et la garantie de la propriété privée. Telle est la liste non exhaustive des conditions nécessaires à la transformation de la Russie en l’un des premiers des centres financiers internationaux (CFI), et du rouble en une monnaie de réserve favorite pour effectuer des transactions.

    La lutte contre l’inflation, la stabilité politique et la garantie de la propriété privée. Telle est la liste non exhaustive des conditions nécessaires à la transformation de la Russie en l’un des premiers des centres financiers internationaux (CFI), et du rouble en une monnaie de réserve favorite pour effectuer des transactions. C’est ce qu’ont déclaré le 21 octobre des fonctionnaires et des économistes réputés lors de la conférence ‘’ Le marché financier russe 2010. Les ambitions régionales ‘’, organisée par RIA Novosti.

    Le président russe Dmitri Medvedev avait ordonné deux ans auparavant de transformer la capitale russe en un CFI. La monnaie nationale devait être largement utilisée dans les transactions internationales en devenant librement convertible. La capitale, selon sa conception, devrait devenir une plateforme des opérations monétaires et bancaires, et des transactions sur les titres et les métaux précieux. Les banques et les institutions financières devraient devenir de plus en plus enclines à s’installer à Moscou.

    A l’heure actuelle, il existe deux CFI principaux : Londres et New York. Les autres plateformes financières n’ont pas pu devenir des centres mondiaux pour diverses raisons. A ce jour, Moscou occupe la 68ème place sur 75 dans le classement des CFI. Il reste donc beaucoup de chemin à parcourir pour devenir au moins un CFI local.

    La monnaie nationale devrait devenir librement convertible et répandue dans les transactions internationales. Aujourd’hui, le rouble est utilisé dans les transactions avec la Chine, l’Ukraine et le Kazakhstan, a expliqué lors de la conférence de RIA Novosti Arkadi Dvorkovitch, assistant du président russe. La Russie peut s’attendre à l’élargissement de cette liste, principalement grâce à ses proches voisins. La possession de matières premières, l’avantage concurrentiel de la Russie, devraient être utilisés afin d’effectuer des transactions avec les pays étrangers en roubles. Pour l’instant, en négociant une transaction, les entrepreneurs fixent le montant des contrats, par exemple, en dollars pour un baril de pétrole. Le rôle de cette monnaie devient donc plus significatif. En fixant les prix sur le marché étranger en rouble, l’importance de la monnaie russe en sera automatiquement accrue.

    Le potentiel du rouble à devenir une monnaie de réserve est particulièrement élevé, affirme Sergueï Gouriev, recteur de l’Ecole russe d’économie. Les dollars canadien et australien sont ses concurrents directs prétendant au statut de monnaie de réserve, déclare M.Gouriev.

    De plus, le programme de privatisation, approuvé mercredi par le gouvernement et prochainement soumis au président pour signature, pourrait également contribuer à l’amélioration du statut du rouble. ‘’ L’afflux des capitaux aura une influence positive sur le statut du rouble ‘’, affirme Arkadi Dvorkovitch.

    Toutefois, afin de devenir un moyen de paiement préférentiel, le rouble doit devenir plus indépendant des facteurs politiques, déclare Sergueï Gouriev. Dans le cas contraire, après avoir évalué les risques politiques, les investisseurs préféreront recourir à d’autres monnaies.

    La confrontation qui dure depuis de nombreuses années entre les autorités et le business devrait également cesser, ou la Russie ne pourra jamais devenir un CFI, ajoute Evgueni Iassine, recteur de l’Ecole supérieure d'économie, en citant la liste des entrepreneurs disgraciés connus. Il est nécessaire d’assurer la primauté du droit, l’inviolabilité de la propriété privée, et de remplacer la démocratie effective qui frise l’autoritarisme par la démocratie classique, selon les critères du monde entier, déclare Evgueni Iassine.

    Il convient, en effet, de mieux assurer les droits des investisseurs en Russie. Selon les informations de la Banque mondiale, chargée de l’évaluation de l’indice de la simplicité de réaliser des affaires, la Russie occupe la 120ème position parmi 183 pays et accuse un retard considérable sur tous les autres pays prétendant au statut de CFI.

    La faible inflation est un facteur tout aussi important de l’amélioration du statut du rouble. Selon le bilan annuel, l’indice de croissance des prix, selon diverses sources, constituera 8-9%. En 2011, le ministère des Finances russe prévoit une inflation à hauteur de 6,5%. Il est nécessaire d’aspirer à un indice annuel inférieur de croissance des prix.

    Hormis les problèmes politiques et économiques, afin d’acquérir un nouveau statut, Moscou sera contrainte de prendre en charge les problèmes ‘’ quotidiens ‘’. L’infrastructure de la ville nécessite des changements. Les employés du secteur tertiaire devraient au moins parler une langue étrangère, le système d’éducation devrait prendre en compte le nouveau statut de la ville en préparant des spécialistes répondant aux nouveaux besoins, le marché locatif devrait devenir un secteur ‘’ légitime ‘’, le système des transports de la capitale devrait cesser d’être associé à la notion d'effondrement.

    Bref, Moscou n’a pas encore l’étoffe pour se mesurer aux autres CFI. Le volume du marché financier russe a atteint l’année dernière seulement 860 milliards de dollars. Cela ne représente que 10% du marché financier américain, 20% du marché financier chinois, 40% du marché du Japon et 50% des marchés de la France et de l’Allemagne. Le marché financier russe se situe au niveau de ceux de la Corée du Sud et de l’Afrique du Sud. Arkadi Dvorkovitch a déclaré que dans le cadre de la création d’un CFI, le marché financier russe pourrait accueillir les valeurs mobilières des Etats et des titres des compagnies étrangères à hauteur de plusieurs milliards de dollars. Cela représente des titres des compagnies moyennes et des pays moyens du point de vue de leurs dimensions.

    Ce texte n’engage pas la responsabilité de RIA Novosti

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik