Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Le général Kim Jong-Un, troisième génération à la direction nord-coréenne

    Opinion
    URL courte
    Pyongyang bombarde une île sud-coréenne (94)
    0 0 0

    Qui sera le dirigeant suivant de la Corée du Nord? Les observateurs occidentaux cherchent la réponse en lisant de brèves informations en provenance de Pyongyang où s'est tenue une conférence consacrée à l'élection des dirigeants du Parti du Travail de Corée.

    Qui sera le dirigeant suivant de la Corée du Nord? Les observateurs occidentaux cherchent la réponse en lisant de brèves informations en provenance de Pyongyang où s'est tenue – pour la première fois depuis 44 ans – une conférence consacrée à l'élection des dirigeants du Parti du Travail de Corée.

    Son Secrétaire général est de nouveau Kim Jong-Il, 68 ans, qui a hérité le pouvoir de son père Kim Jong-Sung mort en 1994. Il était d'ailleurs douteux qu'il puisse être remplacé.

    Selon l'idéologie nord-coréenne, la révolution ne peut pas être accomplie par une seule génération, car elle est constamment menacée par des ennemis extérieurs et intérieurs. Pour cette raison, la direction de la révolution doit être transmise de génération en génération et, au mieux, de père en fils.

    ‘’ La vénération immuable de notre leader Kim Jong-Il, organisateur de toutes nos victoires et dirigeant suprême du Parti du Travail de Corée qui nous conduit, c'est la gloire suprême et le bonheur des millions de membres du parti, du peuple et de l'armée, un grand événement pour notre patrie et notre peuple ‘’, lit-on dans le communiqué officiel de l'agence télégraphique centrale de Corée du Nord KCNA.

    ‘’ Le Parti du Travail de Corée est, en fait, l'unique parti du pays ayant une force réelle, les autres partis n'existent que de façon formelle, pour l'essentiel afin d’entretenir des contacts avec d'autres pays dans le cadre des partis.

    La vie privée de Kim Jong-Il est un tabou absolu en Corée du Nord, aucune information sur sa famille et ses enfants n'est disponible. Mais la presse étrangère mentionne trois fils du dirigeant actuel nord-coréen.

    Le nom de l'un d'entre eux – Kim Jong-Un – est cité dans le décret 0051 de Kim Jong-Il publié la veille sur l'attribution du grade de général à certains militaires à l'occasion du 65e anniversaire du Parti du Travail de Corée. Le décret diffusé par l'agence KCNA ne mentionne pourtant pas les titres ou les liens de parenté de cet homme avec Kim Jong-Il. En plus de Kim Jong-Un, la sœur du dirigeant nord-coréen, Kim Kyoung-Hui, s'est également vu attribuer le rang de général.

    Le nom de Kim Jong-Un est mentionné depuis longtemps, mais uniquement dans la presse étrangère. Il y a apparu lorsque le cuisinier qui avait travaillé sous contrat pour la famille a écrit un livre à ce sujet. Puisqu'une lettre coréenne n'existe pas dans l'alphabet japonais, le nom du fils cadet du dirigeant nord-coréen s'écrit Kim Jong-Un dans la presse étrangère.

    Selon les informations des journaux étrangers, il a étudié, de même que les autres enfants de Kim Jong-Il, en Suisse, sous des noms d'emprunt. Ces journaux ont maintes fois publié les photos de Kim Jong-Un, mais, comme il s'est avéré ensuite, elles n'avaient rien à voir avec cet homme. Après ses études à l'étranger, on n'en a pas parlé et son nom vient d'être mentionné pour la première fois en rapport à l'attribution du grade de général. Si les données de la presse sud-coréenne et japonaise sont exactes, il a 27 ans.

    Selon les observateurs, c'est le début de l'ascension de Kim Jong-Un vers des postes de dirigeants dont il héritera en Corée du Nord. Pour Kim Il-Jong, cela a demandé 20 ans, sa voie vers le sommet a été longue et graduelle. Par conséquent, il était vain d'attendre que des personnes jamais citées auparavant en Corée du Nord puissent remplacer le dirigeant nord-coréen, d'autant plus de son vivant, lors la récente conférence du parti. Puisque Kim Jong-Un est nommé général de l'armée populaire coréenne, on peut supposer qu'il suivra son ascension d'abord à la Commission nationale de défense présidée par Kim Jong-Il. Il ne convient pas de négliger l'attribution du grade de général à la sœur du dirigeant du pays, Kim Kyoung-Hui, dont le nom devance celui de Kim Jong-Hu dans le décret 0051. Il s'avère qu'on lui attribue aujourd'hui un rôle plus important qu'à son jeune neveu. A plus forte raison qu'elle est l'épouse de Jang Song-Thaek qui fait partie du plus proche entourage du dirigeant nord-coréen.

    Lors de la session de juin de l'Assemblée populaire suprême de la Corée du Nord, Jang Song-Thaek avait été nommé vice-président de la Commission nationale de défense. La presse sud-coréen l'a déjà qualifié de ‘’ régent ‘’ de Kim Jong-Un.

    Néanmoins, la première mention du nom de Kim Jong-Un dans la presse est une sorte de présentation officielle au peuple du pays et au monde entier, le début de son ascension au pouvoir au nom de la conservation du régime nord-coréen et de la famille des descendants de Kim Il-Sung.

    Ce texte n'engage que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Pyongyang bombarde une île sud-coréenne (94)

    Lire aussi:

    Des morts bizarres, des disparitions inexpliquées: que cache la dynastie Kim?
    Ces secrets de Kim Jong-il passés sous silence en Corée du Nord
    Les réponses aux 10 questions sur Kim Jong-un les plus souvent posées sur Google
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik