Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    La marine russe a besoin de nouveaux porte-avions (ex-commandant)

    Opinion
    URL courte
    0 6612

    La marine russe célèbre cette année son 317ème anniversaire. L'amiral Felix Gromov, qui a commandé la marine russe entre 1992 et 1997, a expliqué à RIA Novosti sa vision de la flotte russe moderne.

    La marine russe célèbre cette année son 317ème anniversaire. Le renouvellement de la flotte de la marine commence à s'accélérer au XXIème siècle. L'amiral Felix Gromov, qui a commandé la marine russe entre 1992 et 1997, a expliqué à RIA Novosti sa vision de la flotte russe moderne.

    Les années 1990 ne sont certainement pas un indicateur pour donner des appréciations quelconques. Actuellement, le budget de la défense augmente, on construit de nouveaux navires – on pourrait probablement dire que les choses ont changé pour le mieux. On veille à l'état opérationnel de la flotte, notamment en augmentant son financement.

    L'effondrement de l'Union soviétique a infligé un préjudice trop important à la marine. La réduction du financement et la liquidation générale du complexe militaro-industriel en tant que système ont affecté l'aptitude opérationnelle de la flotte et concrètement le maintien de l'opérationnalité technique des navires. La liaison entre les constructeurs a été partiellement perdue, et aujourd'hui il est nécessaire de recréer le système de maintenance technique de la marine.

    La marine a toujours été une arme de la politique étrangère d'un Etat. Tout pays ayant un littoral, qui plus est aussi large que la Russie, doit se préoccuper de la protection de ses côtes et prévenir tout acte hostile. Les deux escadres opérationnelles de l'URSS – en Méditerranée et dans l'océan Indien – ont été créées afin d'exercer une influence politique, pour soutenir certains Etats et en dissuader d'autres. Les navires de guerre soviétiques se trouvaient en permanence en état d'alerte en Méditerranée.

    Je pense qu'un pays tel que la Russie, qui joue un rôle précis dans les questions politiques importantes, notamment dans la région proche de ses frontières et ayant une grande influence sur la situation dans toute la région du sud, doit disposer de navires qui peuvent à tout moment accomplir des décisions gouvernementales. Il ne s'agit pas seulement de la Méditerranée, mais aussi de l'océan Pacifique et de la lutte contre les pirates dans la corde de l'Afrique.

    En ce qui concerne les Mistrals, en soi, un navire de transport et de débarquement capable de remplir les fonctions d'un point de commandement a le droit d'exister, y compris au sein de la flotte russe. Bien que tout navire, à commencer par un croiseur, est capable de remplir la fonction de commandement n'importe où – chose qui se pratiquait à l'époque soviétique.

    Par ailleurs, on peut difficilement s'imaginer un tel bâtiment en mer sans qu'il soit accompagné par des navires d'attaque, une défense anti-aérienne et anti-sous-marine, car sa propre défense est plutôt faible. Il a besoin d'une bonne protection qui assurerait sa résistance opérationnelle dans les situations critiques.

    Pour bien faire, la flotte du Pacifique devrait disposer d'au moins deux porte-avions et du nombre approprié de navires de protection et de maintenance. Ainsi que d'au moins un porte-avions pour la flotte du Nord, étant donné que l'Amiral Kouznetsov n'est plus très jeune et a besoin d'une sérieuse remise en état. Je soulignerais que nous parlons actuellement des navires dont la marine a besoin hormis les Mistrals. Ils doivent être construits en Russie. En s'y prenant sérieusement, il serait possible de le faire d'ici dix ans. Mais les capacités du complexe militaro-industriel doivent être concentrées, et il est nécessaire d'identifier les principaux défis auxquels va devoir faire face le pays.

    La Russie ne s'est jamais concentrée uniquement sur le développement des navires nucléaires. Elle a su toujours répartir équitablement les efforts pour la conception de lanceurs d'engins nucléaires tout comme non nucléaires. Les sous-marins diesels peuvent être utilisés dans les eaux peu profondes et en mer fermée. Par exemple, en mer Noire, dans la Baltique, dans une certaine mesure la mer du Japon, la sortie de la baie d'Avatcha et le Nord conviennent pour des missions de sous-marins diesels. Leur perfectionnement est en cours, on construit une toute nouvelle génération avec des performances différentes. Simplement, on en parle moins, mais les efforts sont proportionnellement répartis.

    Lire aussi:

    La marine militaire russe recevra 30 nouveaux navires en 2017
    Que font deux bâtiments navals nucléaires russes près du Danemark?
    La Marine russe a simulé une bataille navale en mer Méditerranée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik