Ecoutez Radio Sputnik
    Журналисты и ополченцы на передовой позиции в окрестностях села Мариновка

    Liberté d’information: la conception à double standard de l’Occident

    © Sputnik. Andrei Stenin
    Opinion
    URL courte
    0 6312

    Mettre fin à l’impunité en matière de crimes perpétrés contre les journalistes : voici le leitmotiv de la 29ème session du Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication (PIDC) de l’UNESCO qui se tiendra les 20 et 21 novembre à Paris.

    Mettre fin à l’impunité en matière de crimes perpétrés contre les journalistes : voici le leitmotiv de la 29ème session du Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication (PIDC) de l’UNESCO qui se tiendra les 20 et 21 novembre à Paris.

    Le Conseil examinera un vaste rapport consacré aux violations des droits des journalistes. On estime que ces dix dernières années, plus de 700 journalistes ont été tués dans l’exercice de leur profession.

    Dans la majorité des cas, il s’agit de meurtres. Il y a par ailleurs beaucoup de journalistes qui ont été tués dans des zones de conflit. 90% des décès ne donnent malheureusement pas lieu à une enquête, les ressources mais aussi la volonté politique faisant défaut.

    L’année 2014 est une année où beaucoup de journalistes ont péri. Quatre journalistes russes ont ainsi été tués lors de l’opération punitive menée par le gouvernement ukrainien au Sud-est du pays. Andreï Stenine, reporter-photographe de Rossiya Segodnya, a trouvé la mort près de Donetsk. Des militaires ukrainiens ont tiré sur la voiture dans laquelle se trouvait Andreï, et y ont ensuite mis le feu. Igor Kornelyuk et Anton Volochine de la compagnie de radio et de télévision russe VGTRK ont été tués en juin près de Lougansk. Le caméraman Anatoly Klyan de la chaîne de télévision Perviy Kanal a été mortellement blessé fin juin.

    Le droit des médias d’avoir des informations fiables reçoit une interprétation assez étrange chez les gouvernements européens qui soutiennent les pouvoirs en place à Kiev. Les journalistes russes ne devraient pas en avoir, selon certains politiques. Les autorités polonaises ont ainsi retiré l’accréditation à Léonid Sviridov, correspondant de Rossiya Segodnya. Irina Pavlova, une autre correspondante de l’agence, s’est vue révoquer son accréditation par le ministère lituanien des Affaires étrangères. Dmitri Kissilev, directeur général de Rossiya Segodnya, figure sur la liste des personnes interdites d’entrée sur le territoire de l’Union européenne. Les journalistes de l’agence ont plusieurs fois essuyé le refus d’autorisation d’entrer sur le sol ukrainien, et ce selon des prétextes tirés par les cheveux.

    Pour l’Occident, les médias russes sont un instrument de la propagande bien que les médias européens et américains prétendument " libres " véhiculent le point de vue qu’ils jugent le seul vrai, ou bien celui qui leur est conseillé d’" en haut ", fait remarquer le politologue russe Sergueï Mikheïev.

    "Ils craignent que les citoyens se mettent à penser autrement. Ils ont peur que ceux-ci critiquent le gouvernement une fois qu’ils y verront plus clair. Ils ont une espèce de cloche en verre destinée en premier lieu à couvrir les citoyens. Ce n’est pas contre nous qu’ils combattent mais plutôt pour que les gens restent dans l’ignorance".

    Un autre exemple éloquent de la " peur de la vérité ", est le cas de la chaîne de télévision russe RT à Londres. L’autorité de régulation britannique Ofcom vient d’accuser la chaîne de couvrir sous l’angle prorusse les événements en Ukraine et de menacer de lancer une procédure contre RT si la chaîne persiste. La rédactrice en chef Margarita Simonian a qualifié ces accusations de tentative de faire modifier la politique de la chaîne alors que la même BBC diffusait des tonnes et des tonnes d’informations partiales sans risquer de se voir retirer sa licence. C’est donc cela, la "démocratie en action ".

    La Voix de la Russie

    Lire aussi:

    Les sanctuaires de la Crimée
    Expulsion d’un photographe russe: un défenseur des droits de l’homme fustige Kiev
    Kiev expulse un photographe de l’agence Rossiya Segodnya accrédité pour l’Eurovision
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik