Opinion
URL courte
Par
11193
S'abonner

Les bonnes résolutions de L’Arabie Saoudite pour l’année 1437, l’année qui commence d’après le calendrier islamique: sortir de sa dépendance pétrolière. Programme d'une "rehab" volontaire qui prendra 5 ans et dont les premiers changements, qui risquent de surprendre les Saoudiens, sont déjà au rendez-vous.

La diversification de l'économie, l'augmentation des prix et la création de nouvelles taxes, oui, mais une baisse de la production pétrolière, surtout pas.

Le prix de l'essence a déjà doublé partout dans le pays: un saoudien ne payera plus jamais 14 centimes pour un litre de carburant. Il faudra oublier aussi les logements, l'eau, l'électricité payés en grande partie par l'Etat. Les habitants vont devoir affronter les factures. Mais ce n'est pas tout, la TVA et tous ses avantages seront bientôt accessibles au peuple saoudien.

Un déficit budgétaire fait toujours réfléchir. 89,2 milliards pour l'année passée et encore 80 milliards pour l'année qui vient: le ministère saoudien des Finances a pris en note les précautions du FMI et concentre désormais tous ses efforts dans le changement du fonctionnement économique. D'après Francis Perrin, président de l'Institut Stratégies et Politiques Energétiques, c'est par le secteur énergétique qu'ils vont commencer:

Sur le plan énergétique, l'Arabie Saoudite est en train d'amorcer une certaine diversification, avec des projets d'énergie solaire, ce qui est tout à fait nouveau pour ce pays qui avait longtemps trainé les pieds en matière d'énergie solaire, par opposition aux Emirats Arabes Unis et au Qatar, qui ont été pionniers dans ce domaine au Proche-Orient. L'Arabie Saoudite envisage un programme nucléaire pour diversifier sa production. Rappelons que dans le monde arabe, il n'y a qu'un seul pays, les Emirats arabes unis, qui ont lancé un programme nucléaire, mais l'Arabie Saoudite pourrait, dans les années qui viennent, prendre une décision dans ce domaine.

La production et l'exportation du pétrole assurent les trois quarts des recettes budgétaires de l'Arabie Saoudite. Même si le pays a pu "mettre de côté" 667 milliards d'euros au cours des années où un baril coûtait plus de 100 dollars, les saoudiens réduisent désormais leur budget. Le pays souffre donc de sa propre décision de ne pas plafonner la production pétrolière. Francis Perrin estime que ce comportement s'explique par la nouvelle politique de l'OPEP:

Précédemment, l'OPEP baissait sa production quand les prix chutaient, mais depuis un an l'Arabie saoudite et d'autres pays disent: Si on réduit la production pour faire remonter les prix, il faut que ce soit dans le cadre d'un accord entre l'OPEP et plusieurs pays non OPEP. Il n'y a pas de raisons que l'OPEP soit la seule à faire des efforts dont profitent ensuite tous les producteurs de pétrole, qu'ils soient ou non membres de l'organisation. Ce changement de stratégie, intervenu à la fin novembre 2014 et maintenu jusque la fin 2015, est un élément important de la transformation du paysage pétrolier mondial.

Pendant que les producteurs OPEP et non OPEP attendent de savoir qui sera le martyr de cette crise pétrolière, et qui baissera sa production en premier, plusieurs pays n'ont pas les moyens de jouer à ces jeux, et ce, pour diverses raisons:

Parmi les plus touchés, on trouve le Venezuela, un autre pays membre de l'OPEP mais qui a très peu de réserves financières et une situation économique extrêmement difficile. En Amérique latine, un pays comme l'Equateur, qui est un tout petit pays producteur de pétrole, est également très touché. On peut penser, en Afrique, au Nigéria et à l'Angola, qui sont des pays en développement. Le Nigéria a une population extrêmement pauvre. On pense évidemment à l'Irak et à la Libye, qui font face à des tensions internes très fortes, avec l'Etat islamique, et qui font face à des coûts de reconstruction considérables, et qui auraient bien besoin de prix du pétrole plus élevés pour, d'une part, financer des besoins de sécurité importants, et d'autre part financer une reconstruction nécessaire.

Les conséquences de la chute pétrolière ne sont pas les mêmes pour les producteurs et pour les consommateurs. Pour plusieurs pays la production est devenue simplement non rentable. D'après Francis Perrin, le maintien des prix bas sur le marché du pétrole est une technique pour éliminer certains acteurs dans le secteur:

Les bas prix du pétrole ont un impact positif sur la demande, sur la consommation, et négatif sur la production. Ça veut dire que ces bas prix ont tendance à exercer un rééquilibrage du marché entre l'offre et la demande. La question, c'est: Est-ce que les producteurs attendent que ce rééquilibrage se fasse par le marché — ça prend un certain temps et ça peut être douloureux, voire brutal — ou est-ce que certains producteurs décident d'accompagner ce mouvement de rééquilibrage en baissant leur production? Pour l'instant, ce n'est pas ce qu'ils font au moment où nous parlons.

L'Arabie Saoudite ne vit pas de la même manière les conséquences de la crise pétrolière que le Venezuela, par exemple. Riyad possède quelques milliards d'euros et reste l'exportateur mondial numéro un d'hydrocarbures, mais elle réduit quand même son budget. Reste à imaginer où tout cet argent "économisé" ira. 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Manif pro-Palestine interdite: le conflit israélo-palestinien s’invite aux présidentielles françaises de 2022
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Tags:
économie, pétrole, OPEP, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook