Ecoutez Radio Sputnik
    Fillon

    Ce Fillon «déjà coupable» qui ferait gagner Macron et oublier les magouilles de la gauche

    © AFP 2019 Tobias Scwarz
    Opinion
    URL courte
    545719
    S'abonner

    70% des Français pensent désormais que M. Fillon, soutenu par 67% des électeurs à la primaire, devrait renoncer à la présidentielle. L’affaire PenelopeGate, au sujet de laquelle les médias ont tranché avant la justice, fait partie «d’un lobbying très important des médias pour mettre en avant… Emmanuel Macron», a confié Alexis Tarrade à Sputnik.

    « Ainsi passe la gloire du monde! ». Après sa victoire écrasante à la primaire de la droite et du centre avec plus de 67 % des voix au deuxième tour, voilà que trois mois plus tard, sept Français sur 10 et une majorité de sympathisants de droite pensent que François Fillon, empêtré dans une affaire d'emplois présumés fictifs, devrait renoncer à l'élection présidentielle, selon un sondage Odoxa publié vendredi. 

    « François Fillon le disait…: 90% des médias aujourd'hui en France sont à charge contre lui parce que globalement il y a un lobbying très important des médias pour mettre en avant un candidat qui arrivera jusqu'au bout, qui arrivera à la future présidence en France et qui est clairement désigné comme Emmanuel Macron… Quand on a des personnalités comme Pierre Bergé (patron du Monde et de L'Obs, ndlr) qui dit très clairement… qu'il mettra à disposition du candidat Macron tous les moyens qu'il a en sa position, il n'y a pas à chercher plus loin », a expliqué Alexis Tarrade, responsable du parti Les Républicains (LR) en Russie, dans un entretien à Sputnik.

    ​Hier encore, on s’imaginait en suivant les sondages un duel brutal Fillon-Le Pen, aujourd’hui l’issue s’annonce diamétralement opposée. Si François Fillon renonce à se présenter, c’est Emmanuel Macron qui l’emporterait. De nombreuses personnalités politiques dont beaucoup totalement opposées à M. Macron ont pourtant dès le début assuré vouloir voter pour l'adversaire de la présidente du Front national Marine le Pen, peu importe qui il était.

    Dans cette affaire où le candidat républicain n’est pas encore reconnu coupable par les juges, il est d’avance condamné par les médias unanimes comme jamais, avec le patron du Monde et de L'Obs Pierre Bergé en tête qui a promis de faire gagner Emmanuel Macron avec tous les moyens possibles, déplore Alexis Tarrade.

    M. Tarrade rappelle pourtant que le « PenelopeGate » qui laisse beaucoup de questions auxquels les médias ne semblent pas chercher les réponses a surgi comme par hasard exactement après les magouilles de la primaire à gauche où il était possible de voter plusieurs fois et dont les chiffres de la participation ont été boostés. Et c’est l’exactitude même des voix qui était mise en doute…

    ​​« Vu qu’une personne devait payer un euro (pour voter, ndlr), vu qu’il y a 350 000 votants officiellement de plus, forcement il y a 350 000 euros de plus dans les caisses du parti… Ces 350 000 devraient être justifiés comptablement – d’où est-ce qu’ils vont venir? », se demande Alexis Tarrade.

    Deuxièmement, quelqu’un a fait ses révélations au Canard enchaîné en pleine présidentielle et la justice a réagi en seulement deux jours. L’ensemble des éléments se retrouve dans les medias. Pas de verdict final, rien n’est encore prouvé non plus, mais ils parlent déjà des montants, des chiffres, tout est mis sur la place publique. Comme l’a commenté François Fillon, « on peut répéter 10 fois le même mensonge, cela ne fera pas une demi-vérité ».

    C’est la présentation de faits, sans parler des montants des chiffres, qui n’est pas aussi anodine.

    « Comment peut-on oublier la résonnance dans la tête d’un Français à l’annonce d’une somme importante qui avoisine en gros un million d’euros, un nombre d’années de travail plus qu’important, et pour certains, ce n’est pas un objectif qu’ils atteindront dans leur vie. Dans l’esprit des gens, ce montant est une vraie bombe! », constate le représentant Les Républicains en Russie.

    Pourtant, souligne-t-il, il ne s’agit que d’« un salaire brut multiplié par 12 mois de travail, multiplié par 15 ou 20 ans de travail. In fine, c’est un montant important. Mais il s’agit d’un salaire de 3 000 et quelques euros nets par mois. Pour une personne avec des diplômes importants et qui n’est pas juste issu d’un cursus scolaire, qui a un âge et une grille de rémunération qui se justifie ».

    Et finalement, en quoi est-ce un crime d’embaucher sa femme comme secrétaire? « La loi est très claire là-dessus: le député ou le sénateur choisit qui il souhaite pour remplir une mission qui est une mission d’"assistance" avec tout ce qu’elle implique: de l’ouverture du courrier à la prise des rendez-vous, gestion d’agenda, réception des gens qui ne peuvent être rencontrés par lui personnellement, suivi lors des déplacements… », explique le responsable LR.

    Et d’expliquer, si on juge sur le travail de ses assistants selon le parcours politique de M. Fillon « de député, premier ministre, gagnant brillant d’une primaire », le travail a été bien fait.

    « Si vous pouvez penser un instant que cette réussite-là, elle a pu arriver sans l’assistance, l’ensemble de son équipe d’assistants parlementaires, quels qu’ils soient, tous, je pense que vous faites une grosse erreur », s’exclame M. Tarrade.


    Lire aussi:

    Penelope Gate: l’enquête contre les Fillon est illégale selon leurs avocats
    La campagne contre Fillon «est une tentative de meurtre politique»
    Penelope Gate: François Fillon livre «sa vérité» dans une «lettre aux Français»
    Macron et Le Pen au second tour de la présidentielle, Fillon out?
    Tags:
    PenelopeGate, droite, gauche, Présidentielle française 2017, Emmanuel Macron, François Fillon, Marine Le Pen, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik