Ecoutez Radio Sputnik
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    • En quête de sens sacral: vers le Seigneur du ciel
    © Sputnik . Anatoliy Ustinenko
    Les tribus turques croyaient avant l’adoption de l’islam en la divinité Tengri, déterminant le sort des gens et la durée de leur vie. Les ancêtres des Turcs contemporains croyaient sincèrement que le Seigneur du ciel vivait au sommet du monde: sur le pic Khan Tengri.

    Le Seigneur du ciel, c’est ainsi que les Turcs anciens ont qualifié le pic Khan Tengri, un des sommets du Tian Shan. Situé au croisement de trois États (Kazakhstan, Kirghizistan et Chine), le Khan Tengri culmine à 6995 mètres d’altitude au-dessus du niveau de la mer.

    Ce sommet couvert de neiges éternelles et considéré des siècles durant comme un lieu saint a donné naissance à de multiples légendes et croyances.

    Lire aussi:

    «Armageddon de neige»: des Britanniques réagissent aux chutes de neiges record en Russie
    L’Afrique du Sud sous la neige: une première depuis 10 ans (images)
    Chaussez vos skis ou vos patins: c'est la Journée mondiale de la neige
    Tags:
    montagnes, alpinisme, Kirghizstan, Kazakhstan, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Plus de photos