Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Latsa

    Politique et érotisme?

    © Photo.
    Points de vue
    URL courte
    0 0 0

    Alors que la Russie se prépare à des élections législatives en décembre prochain, puis à une élection présidentielle en mars 2012, la question qui hante les commentateurs et observateurs politiques est toujours sans réponse : Qui sera candidat à la présidentielle, Dimitri Medvedev ou Vladimir Poutine?

    Alors que la Russie se prépare à des élections législatives en décembre prochain, puis à une élection présidentielle en mars 2012, la question qui hante les commentateurs et observateurs politiques est toujours sans réponse : Qui sera candidat à la présidentielle, Dimitri Medvedev ou Vladimir Poutine? Le suspense est plus fort que jamais. Ci et là des personnalités russes ont parfois déjà exprimé leur préférence pour l’un ou l’autre des candidats, sans que toutefois n’émerge de ligne de fracture vraiment visible dans l’opinion, hormis pour quelques analystes soit zélés, soit extra-lucides. Pour autant, certains commentateurs ont déjà appelé à ce que les deux hommes forts du régime s’affrontent, ce qui serait la preuve d’une réelle pluralité de la scène politique russe. Lors d’une interview donnée récemment au journal français le courrier de Russie, Maxime Mishenko, député de Russie Unie, rappelait lui l’importance des élections législatives qui: « définissent les présidentielles  et c’est une des spécificités russes. Si le parti au pouvoir remportait ces élections, alors les élections présidentielles vont être très calmes (...) Bien sûr, les deux leaders Medvedev et Poutine vont se mettre d’accord au préalable sur la personne qui va poser sa candidature: ils ont une force politique commune qu’ils doivent mettre au service des ces élections ». Officiellement donc, et cela avait été confirmé par le président Medvedev, Russie Unie devrait présenter un candidat pour le prochain mandat de président qui , c’est une première, durera 6 ans (2012 - 2018) contre 4 auparavant. Les deux hommes forts du régime n’ont en effet pas exclu leur participation à l’élection présidentielle et ils ont jusqu’à présent toujours affirmé que la décision serait prise conjointement, et ce dans le but de proposer un seul candidat de Russie Unie à la présidence.

    Quoi qu’il en soit, malgré les affirmations pessimistes de nombre de commentateurs sur l’effritement du soutien populaire à Russie unie et au tandem Medvedev - Poutine, en cet été 2012 les dirigeants russes actuels ont raison de croire en leur victoire commune aux prochaines élections législatives de cette fin d’année. Le centre de sondages Wciom a en effet récemment interrogé 1600 personnes dans près de 138 communes afin d’évaluer les intentions de vote. Qu’en ressort t-il ? Que le parti Russie Unie devrait recueillir 58% des voix (contre 64% aux législatives de 2007), le parti Communiste (KPRF) est crédité de 14 ,7% (contre 11,7% aux législatives de 2007) et le parti nationaliste libéral-démocrate (LDPR) de 9,8% (contre 8,14% aux législatives de 2007). Le parti de centre gauche Russie Juste est lui crédité de 7,3% (contre 7,74% aux législatives de 2007) et enfin l’opposition libérale est-elle créditée de 2,8% (contre 1,59% aux législatives de 2007). A noter un nouveau venu dans la politique russe, le parti Cause Juste de l’oligarque Michael Prokhorov, que l’on peut qualifier de national-libéral, et crédité cependant de seulement 4,1% des voix, alors que ce parti récent a été considéré comme un potentiel futur contrepoids à Russie Unie.

    Ces deux échéances électorales sont très importantes car elles devraient permettre de choisir les leaders qui dirigeront la Russie jusqu'à quasiment 2020. Si Vladimir Poutine, âgé de 59 ans en 2012 n’était pas candidat, il semble peu probable qu’il puisse revenir à ce poste après 2018, alors qu’il est évident que la carrière de Dimitri Medvedev, seulement âgé de 47 ans en 2012, est par contre loin d’être terminée quoi qu’il arrive. Celui-ci avait du reste récemment affirmé qu’il se voyait bien un jour diriger un parti politique. Etait-ce une boutade, suite à l’affirmation de la direction du parti dominant (Russie unie) qui a dit préférer une candidature de Vladimir Poutine en 2012? Ou alors un énième message destiné à brouiller les cartes ? Dimitri Medvedev est cependant pour l’instant le seul des deux candidats à avoir déclaré qu’il fallait s’attendre à ce qu’il se représente en 2012. En 2007, Vladimir Poutine alors président avait attendu le mois de décembre pour désigner son successeur et candidat à la présidentielle de mars 2008, Dimitri Medvedev. Par conséquent tout est encore possible, mais le choix de Russie Unie est visiblement de garder la décision secrète le plus longtemps  possible, pour des raisons tactiques évidentes. Cette méthode empêche pour le moment les autres partis politiques de développer des arguments contre Russie Unie. Le premier ministre Vladimir Poutine, jouissant d’une côte de popularité intacte dans le pays, aurait sans doute toutes les chances d’être élu, quel que soit son adversaire. Il semble donc que la clef du résultat de l’élection de 2012 dépende en très grande partie de lui, ce qui n’est pas une surprise pour les lecteurs de Ria Novosti.

    L’humour s’est introduit dans la campagne électorale en cours. Vladimir Poutine  bénéficie d’un nouveau soutien de poids, puisque récemment une ligue de jeunes filles s’est constituée pour encourager  l’homme fort de la Russie. Dans un clip déjà visionné 1,5 millions de fois, une russe du nom de Diana explique qu’elle est prête à tout déchirer pour Poutine, y compris ses vêtements. Ces derniers jours des actions de ces jeunes filles ont eu lieu à  Moscou, pour le plus grand plaisir des moscovites. Place Pouskinskaia tout d’abord, quelques dizaines de militantes se sont rassemblées, mais également dans le sud ouest de la ville et elles ont organisé des nettoyages gratuits de voitures pour monter leur soutien au premier ministre mais également à l’industrie automobile russe. Contrairement aux affirmations de certains, qui ont vu dans ces actions  un témoignage du culte de la personnalité qui se créé autour de Poutine, ou encore comparé ces jeunes filles a la variante russe des amazones de Kadhafi, le premier ministre n’est pas le seul concerné par ces témoignages affectueux des jeunes russes. Au début du mois des activistes féminines avaient déjà organisé une action "embrasse le président Medvedev" et s’étaient rassemblées sur la place rouge pour embrasser une effigie du président Medvedev. Cette action avait lieu pendant la journée du baiser en Russie.

    Ces manifestations politico-érotiques  de groupes féminins ne sont pas du reste propres à la Russie. En  Ukraine le mouvement nationaliste et traditionaliste Femen organise  souvent des actions coup de poing  de protestation en petite tenue (voir ici ou la). Les militantes de Femen ont du reste publiquement affirmé leur soutien aux activistes féminines moscovites en organisant une manifestation de soutien en Ukraine, seins à l’air. Elles ont aussi décidé de fonder un parti politique féminin en 2012. Et si ces jeunes femmes Slaves préparaient une révolution dans la manière de faire de la politique?

    L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction.

    "Un autre regard sur la Russie": Vers une réconciliation nationale?

    "Un autre regard sur la Russie": Russie: des émigrants fantômes?

    "Un autre regard sur la Russie": Routes de Russie

    "Un autre regard sur la Russie": Vers l’Europe de Lisbonne à Vladivostok?

    "Un autre regard sur la Russie": De la Marne aux Mistral: l’alliance franco-russe

    "Un autre regard sur la Russie": Et la démographie dans tout ça?

    "Un autre regard sur la Russie": Kazan l’orientale

    "Un autre regard sur la Russie": La Russie brûlera-t-elle de nouveau?

    "Un autre regard sur la Russie": Pauvre France?

    "Un autre regard sur la Russie": La Russie 2.0

    "Un autre regard sur la Russie": Vladimir ou Dmitri?

    "Un autre regard sur la Russie": S Dnem Pobedi!

    "Un autre regard sur la Russie": Les subbotnikis de Pâques!

    "Un autre regard sur la Russie": Survivre à Moscou

    "Un autre regard sur la Russie": Dokou Oumarov: mort ou vif?

    "Un autre regard sur la Russie": A quand une croisade contre le trafic de drogue?

    "Un autre regard sur la Russie": La francophonie en Russie

    "Un autre regard sur la Russie": Vers un redémarrage russo-japonais ?

    "Un autre regard sur la Russie": Les enjeux de la bataille pour Tripoli

    "Un autre regard sur la Russie": Le rôle de la Russie dans la journée de la femme

    "Un autre regard sur la Russie": Tunis, Le Caire, mais pas Moscou!

    "Un autre regard sur la Russie": Far-Est?

    "Un autre regard sur la Russie": Couleurs de Russie

    "Un autre regard sur la Russie": Féminité vs féminisme?

    "Un autre regard sur la Russie": Des critiques malgré les bombes

    "Un autre regard sur la Russie": Polémiques vestimentaires

    "Un autre regard sur la Russie": Made in Russia

    "Un autre regard sur la Russie": Divine Carélie

    "Un autre regard sur la Russie": La démographie russe, objet de tous les fantasmes

    "Un autre regard sur la Russie": Pour le modèle multiculturel russe

    "Un autre regard sur la Russie": Moscou, capitale de l'Europe?

    "Un autre regard sur la Russie": Vladivostok, une ville au bout du monde

    "Un autre regard sur la Russie": Rio Grande

    "Un autre regard sur la Russie": Mistral gagnant

    * Alexandre Latsa, 33 ans, est un blogueur français qui vit en Russie. Diplômé en langue slave, il anime le blog DISSONANCE, destiné à donner un "autre regard sur la Russie".

    Lire aussi:

    Législatives 2011: Russie unie, parti le plus populaire (sondage)
    Elle défie les lois de la gravité sur les toits de Paris
    Zakharova: «Nous ne soutenons pas les candidats aux élections étrangères»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik