Points de vue
URL courte
Par
0 73
S'abonner

Alors que le premier-ministre se rend à Marseille pour annoncer une baisse de la délinquance, la police saisit une dizaine de fusils d'assaut dans un quartier pauvre de la ville.

Lundi matin, les habitants de la cité de la Castellane (quartiers Nord de Marseille) se sont réveillés en sursaut. Vers 9h30 heure locale, ils ont appelé la police, après avoir entendu des tirs, vraisemblablement de fusils d'assaut Kalachnikov.

Il s'agissait d'un groupe de cinq à dix hommes cagoulés, selon des témoins, lourdement armés, qui ont ouvert le feu en pleine rue. Deux brigades de la BAC (brigade anti-criminalité) ont été envoyées sur place. Mais les malfaiteurs ont également tiré sur eux. Le GIPN (Groupe d'intervention de la police nationale) a été appelé en renfort, mettant la cité de la Castellane en état de quasi-siège.

En fin d'après-midi, sept fusils Kalachnikov et plusieurs kilos de drogue ont été saisis dans un appartement de la cité, selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Des prélèvements d'ADN ont été également effectués "pour pouvoir procéder à l'arrestation des personnes" qui seraient à l'origine de la fusillade, mais qui ont pris la fuite.

Dans la même journée du lundi, à Nîmes, dans le Gard, 11 personnes ont été écrouées suite au démantèlement d'un trafic de drogue entre le Maroc et la France via l'Espagne, a-t-on appris des sources policières. Ces arrestations font suite à la découverte par les gendarmes de 700 kilos de résine de cannabis mercredi dernier.

De "très bons résultats" dans la lutte contre la délinquance pour Valls

Arrivé le même jour à Marseille pour dresser un bilan de la lutte contre la délinquance, le premier-ministre Manuel Valls s'est félicité de la baisse des chiffres, dénonçant cependant des tirs "inacceptables" à la Castellane.

En effet, le procureur de la République de Marseille Brice Robin avait fait état en janvier, lors de sa traditionnelle audience de rentrée judiciaire, d'une baisse cumulée de 56% sur deux ans des vols avec violence et de l'augmentation de 37% du nombres d'armes saisies au cours de l'année 2014, soit 609 armes longues, dont 22 Kalachnikov et 285 armes de poing.

Interrogé sur une éventuelle provocation, faite par des caïds marseillais avant l'arrivée des membres du gouvernement, Valls s'est montré agacé. "Vous avez envie de croire à de belles histoires, ou en l'occurrence, à de mauvaises histoires", a-t-il lancé, ajoutant que ces faits ne devraient pas nuire à l'image globale de Marseille.

En juillet 2012, Manuel Valls avait créé des zones de sécurité prioritaires (ZSP). Deux zones ont été mises en place dans les quartiers Nord de Marseille, et la ville a reçu plus de 450 policiers en renfort au cours au cours de cette période. Pas suffisant, selon les syndicats de police.

"Le renfort des effectifs n'a pas l'ampleur annoncée", considère le secrétaire zonal du syndicat Alliance de la Police nationale, David-Olivier Reverdy. Et ajoute qu'actuellement, certaines brigades de CRS sont envoyées sur d'autres missions, rendant plus rares les opérations d'approche globale, faute d'effectifs suffisants.

Une économie de la pauvreté

A la cité de la Castellane, qui compte 7000 habitants, plus de 60% de la population est au chômage. Construite à la fin des années 1960 et surnommée "la cité Zidane", le célèbre footballeur Zinedine Zidane y ayant grandi, c'est l'une des cités les plus pauvres et les plus vétustes de Marseille. Selon la police, le trafic de stupéfiants rapporterait jusqu'à 50.000 euros par jour aux dealers de la cité.

"L'économie des trafics de drogue est une économie de la pauvreté qui satisfait au mieux à quelques besoins de consommation courante", analyse Claire Duport, spécialiste de l'univers urbain de Marseille, parlant aussi des "des smicards du trafic".

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
D’anciens tweets de Darmanin refont surface, une pétition exige sa démission
Cet homme potentiellement «dangereux» recherché par la police pour avoir enlevé ses enfants - photo
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Tags:
délinquance, Manuel Valls, Marseille, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook