Points de vue
URL courte
Par
Scandale de corruption à la FIFA (32)
0 222
S'abonner

L’annonce de la démission de Sepp Blatter, quelques jours après sa réélection, de la présidence de la FIFA a été vue par « certains » comme la preuve de la « victoire étasunienne » et qui aurait soi-disant confirmé que les USA sont toujours les maîtres du monde, via leurs leviers de pression.

Pourtant et malgré le fait véridique que les Etats-Unis tentent toujours par tous les moyens de mettre leur nez dans les affaires qui normalement ne les regardent pas, il y a de la place pour un certain nombre de réflexions confirmant le contraire de ce que certains aimeraient croire. Ce qui est sûr, c'est que le « jeu » géopolitico-sportif ne fait que commencer…

Première réflexion. Blatter a annoncé sa démission de la présidence de la FIFA après sa réélection haut la main (sans passer par le second tour). Il restera, avant son départ, président en exercice de la FIFA jusqu'aux prochaines élections qui auront lieu vraisemblablement pas avant décembre 2015, voire même mars 2016. Quant à l'annonce de démission en elle-même, elle n'est qu'une demi-surprise.

Sa réélection a clairement montré que les élites politiques occidentales (avant tout étasuniennes) ne peuvent plus dicter à droite et à gauche leur volonté et que les tentatives des USA & consorts de le faire partir avant l'élection n'ont pas abouti. Mais la FIFA a effectivement besoin de réformes, surtout que vraisemblablement Sepp Blatter est fatigué de toutes les "histoires" et peut-être aussi de certaines personnes qui l'entourent.

L'idéal serait donc que le successeur soit quelqu'un qui n'aurait pas fléchi face aux pressions US (donc partisan de l'indépendance de la FIFA des intérêts géopolitiques) et qui soit en outre un vrai professionnel du domaine. Et vu que les prochaines élections ce n'est pas pour demain, il y a encore suffisamment de temps à cet effet. Quant à Sepp Blatter, il faudrait le féliciter de ne pas avoir démissionné avant l'élection, comme le voulaient tellement ces mêmes USA. Dans la situation actuelle, cela change beaucoup de choses.

Et encore quelques réflexions au sujet de la FIFA, de la Coupe du Monde et de la géopolitique. Selon un bon nombre de spécialistes, aussi bien russes qu'occidentaux, il y a bien peu de "chance" que la Coupe du Monde 2018 en Russie soit annulée. Boycottée par "certains" pays oui peut-être, annulée non. D'autant plus et comme mentionné plus haut, M. Sepp Blatter restera le président en exercice de la FIFA au moins jusqu'à la fin de cette année, voire début 2016.

Quant au Qatar, dont l'annulation éventuelle de son organisation de la Coupe du monde, ne nous fait ni chaud ni froid (plutôt chaud quand même), il s'agit d'un cas très intéressant. Et ce pour plusieurs raisons.

1) Pas mal de zones d'ombre dans le dossier qatari. Et ce selon même les médias du mainstream.

2) 2022 est encore loin donc tout le temps pour annuler.

3) Le fait de devoir reporter ladite Coupe du monde de la période estivale à la période hivernale (afin d'éviter les coups de chaleur aux joueurs et supporters) déplaît à bon nombre de monde (championnats de football en cours, calendrier à refaire, etc…).

4) Les principaux pays susceptibles de remplacer le Qatar en tant que pays hôte de la compétition en 2022 ne sont autres que les USA et notamment l'Australie. Des pays, faut le dire, bien proches du Qatar avec lequel ils entretiennent des relations "privilégiées".

Il est à douter fortement que le Qatar appréciera le fait qu'on puisse annuler une Coupe du monde chez lui, surtout si l'éventuel remplaçant est un pays dont il sponsorise généreusement les élites. D'autant plus lorsqu'on sait qu'il tient par… certaines choses une bonne partie de l'élite occidentale, financièrement parlant. Et d'autre part, lorsqu'on connait les liens de ce "glorieux" pays avec de "sympathiques" groupes terroristes salafistes à différents endroits du globe terrestre, les Occidentaux (je parle bien évidemment des "élites") devraient quand même (un peu) faire attention…

De toute façon le principal problème aux yeux des USA, ce n'est pas le Qatar, grand ami des premiers et un « excellent modèle » en terme de démocratie et du respect des droits humains. Le problème reste bel et bien cette nouvelle Russie, puissante, indépendante et souveraine, ayant déjà organisé de la plus belle des manières les Jeux olympiques de Sotchi 2014. Des JO ayant laissé énormément de jaloux jusqu'à aujourd'hui. Et compte tenu de la conjoncture géopolitique actuelle, l'élite étasunienne ne peut « permettre » l'organisation d'un autre grand événement sportif planétaire en terre russe.

En tout cas et jusqu'ici, les USA ont bel et bien raté leur coup. Le « jeu » lui se poursuit!

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Scandale de corruption à la FIFA (32)

Lire aussi:

FIFA: Joseph Blatter jette l’éponge
Démission de Blatter: pas d'incidence sur le Mondial 2018 en Russie
Présidence de la FIFA: Michel Platini favori des bookmakers
L'UEFA exclut le boycott du Mondial 2018 en Russie
Tags:
Mondial 2018, FIFA, Joseph Blatter, Qatar, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook