Points de vue
URL courte
4133
S'abonner

La reprise des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis sera peut-être le seul succès diplomatique de Barack Obama. Echec en Irak, défaite en Afghanistan, reset avorté avec la Russie, l’Amérique rate tout, par faiblesse ou par arrogance. L'Analyse de Philippe Migault.

Cette incapacité à suivre une stratégie claire n'est d'ailleurs pas tout à fait absente du dossier de la relation américano-cubaine. Rouvrir les ambassades est un geste positif, mais pourquoi ne pas lever aussi l'embargo qui étrangle l'économie cubaine? Cuba a été retiré de la liste des Etats soutenant le terrorisme. Il y a bien longtemps que la révolution cubaine et le Castrisme ne représentent plus un danger pour les Etats-Unis en Amérique latine. Evidemment le respect des droits de l'homme n'est pas la qualité première des dirigeants cubains. Mais à qui appartient Guantanamo? Parce qu'il est de l'intérêt des Cubains comme des Américains de reprendre une relation apaisée, que les Etats-Unis se grandiraient en favorisant le redémarrage économique de l'île, lequel profiterait nécessairement à leurs entreprises, la levée de l'embargo est logique. Pourquoi Obama hésite-t-il alors à franchir ce dernier pas?

Il en va de même au Proche et Moyen-Orient. Dès son arrivée au pouvoir en 2008, Barack Obama a dû composer avec le legs de l'administration Bush Jr.: deux guerres très mal engagées en Irak et en Afghanistan.

La Maison Blanche a su emporter militairement la décision en Irak. Mais en décidant de remettre tout le pouvoir aux mains des seuls chiites, de briser l'influence du parti laïc Baas dans le pays, de retirer sans plus attendre toutes les troupes américaines, elle a favorisé l'émergence de l'Etat Islamique. En choisissant à présent de combattre ce dernier au moyen de bombardements aériens et d'opérations de forces spéciales, opérations dont chacun peut constater l'inefficacité, en refusant d'envoyer des troupes au sol pour détruire le monstre que Washington a contribué à créer, Barack Obama démontre qu'il n'a pas l'étoffe d'un chef de guerre.

Il en va de même en Afghanistan. Les derniers soldats américains doivent théoriquement quitter le pays fin 2015. Ils laissent derrière eux un président de la République, Ashraf Ghani, et un premier ministre, Abdullah Abdullah, qui cohabitent difficilement alors que la population afghane n'a pour sa part aucune confiance dans l'administration centrale dont la corruption est proverbiale. Dans ce contexte, bien des observateurs ne se posent pas la question de savoir si les Taliban reprendront le contrôle de l'Afghanistan, mais se demandent quand ce désastre surviendra. En sept années à la Maison Blanche, Obama a échoué sur toute la ligne. Incapable de mettre en place une politique de pacification intelligente, pariant sur un Hamid Karzaï corrompu à l'extrême, il jette à présent l'éponge. Il sera responsable du chaos à venir.

Par ailleurs le président américain s'est également avéré incapable de forcer la main à Benyamin Netanyahou afin de relancer les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens, faisant preuve à l'égard du dirigeant israélien d'une faiblesse coupable. Non seulement la colonisation des territoires occupés se développe, mais Israël a aujourd'hui à sa tête le cabinet sans doute le plus à droite et le plus inflexible de son histoire.

Enfin, Barack Obama restera peut-être dans l'histoire comme l'homme qui a relancé la guerre froide. Chacun se rappelle des critiques du président américain sur la désastreuse gestion de la relation avec la Russie par l'administration républicaine, de sa volonté d'appuyer sur le bouton "Reset" et de repartir sur de bonnes bases avec Moscou. Ce n'était que communication et marketing politique. Les Russes attendaient des actes, ils n'ont rien vu venir, ou bien précisément le contraire de ce qu'ils espéraient.

Certes, Barack Obama a conclu avec Dmitri Medvedev le traité New Start de réduction des armements nucléaires en 2010. Lequel, compte tenu du climat de tension actuel, est chaque jour un peu plus susceptible d'être remis en cause.

Mais il a obstinément refusé de renoncer au projet de bouclier antimissiles américain en Europe orientale, dispositif dont tout le monde sait parfaitement qu'il n'est pas destiné à contrer une menace iranienne, mais à conforter l'influence américaine dans la région. La Russie a parfaitement compris qu'elle n'obtiendrait aucune concession sur ce dossier lorsque l'OTAN a refusé en 2011 la proposition du Kremlin de construire un bouclier antimissiles commun, mêlant moyens Russes et "Occidentaux". De là date la rupture, qui est allée sans cesse s'accroissant depuis, entre Russes et Américains, ces derniers ne cessant de multiplier provocations et déclarations hostiles envers la Russie avec l'assentiment de Barack Obama.

Les paroles d'Hilary Clinton, annonçant en décembre 2012 que les Etats-Unis s'opposeraient par tous les moyens à une reconstitution de l'Union soviétique sous couvert du processus d'intégration économique de l'Union douanière, ne pouvaient pas ne pas heurter Moscou. Obama n'a pas désavoué sa Secrétaire d'Etat.

L'ingérence américaine dans les affaires d'Ukraine, dès les premiers évènements du Maïdan, est à considérer dans la droite ligne des propos d'Hilary Clinton. Celle-ci a fort diplomatiquement comparé Vladimir Poutine à Hitler, tandis que John Mc Cain s'affichait dans la capitale ukrainienne avec les plus nazis des Ukrainiens. Barack Obama n'a pas seulement approuvé mais surenchéri dans la menace. Nous savons ce que cela a donné: Vladimir Poutine a récupéré en un tour de main une Crimée qui n'a jamais cessé d'être russe tandis que la partition de l'Ukraine est engagée. S'il s'agissait de faire reculer l'influence russe en Europe, c'est raté.

Plus encore, nous sommes aujourd'hui confrontés à la possibilité d'une nouvelle crise des Euromissiles tandis que le scénario, que l'on croyait oublié, de deux blocs se faisant face de part et d'autre d'une frontière, semble chaque jour un peu plus probable dans les pays Baltes et en Pologne. Obama n'a pas appuyé sur reset, mais sur rewind, nous ramenant peu à peu 30 ans en arrière, au temps de Reagan. A cette aune, l'ouverture vers Cuba relève de l'anecdotique. 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Cuba prêt à dialoguer avec les Etats-Unis sur un pied d'égalité
Rapprochement USA-Cuba: Washington assouplit les sanctions
Cuba prête à dialoguer avec les USA, mais ne renoncera pas à ses idées (Castro)
Moscou espère que les Etats-Unis lèveront le blocus de Cuba (Nesterenko)
Tags:
base navale de Guantanamo, présidence américaine, Etat islamique, Benjamin Netanyahu, Hillary Clinton, Dmitri Medvedev, Barack Obama, Cuba, Amérique latine, Proche-Orient, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook