Points de vue
URL courte
Par
Situation en Syrie (2014) (607)
2526
S'abonner

A l'heure où la Syrie est de nouveau au premier plan, non sans la crise des migrants comme l'une des raisons à cela, et au moment des nombreuses discussions occidentales sur la présence militaire russe en Syrie, il serait juste une fois encore de remettre plusieurs points sur les « i ».

Les élites occidentales s'enfoncent une fois de plus dans la contradiction pure et simple. Et même les spécialistes occidentaux, loin d'être pro-russes ou pro-syriens, commencent par l'avouer. D'un côté, les leaders occidentaux affirment leur volonté à combattre l'Etat islamique, de l'autre continuent encore de réclamer le départ du président syrien Assad.

Mais ce n'est de loin pas la seule contradiction observée. Tout d'abord, souvenons-nous de l'invasion US et consorts en Irak, en 2003 (à une époque d'ailleurs lorsque un pays comme la France ne faisait pas automatiquement le suiveur de la politique étasunienne). Il a fallu bien peu de temps aux forces de cette coalition pour arriver à leur fin, à savoir faire chuter l'Irak Baathiste et son leader Saddam Hussein. Certains diront à juste titre que c'était une opération terrestre et c'est vrai. Mais on a eu aussi il y a quelques années la Libye. L'OTAN, qui menait les opérations de bombardement du territoire libyen en visant les forces de l'armée régulière, n'a eu en outre aucun mal à détecter et viser le cortège où se trouvait feu colonel Mouammar Kadhafi. On connait la suite.

Et en Syrie malgré les objectifs déclarés de mener la guerre à l'EI en bombardant ses positions, on a vraiment dû mal jusqu'à maintenant (pourtant ce n'est pas la volonté qui manque) à voir un quelconque résultat notable. Certains diront même que ces bombardements nuisent plus aux forces gouvernementales de l'Armée arabe syrienne, sans oublier les civils, qu'aux terroristes. Il y a donc de quoi à se poser des questions: quelle est la véritable cible de la coalition occidentalo-golfiste? Les barbares de l'EI ou les militaires syriens avec Bachar al-Assad? Sans oublier l'implication d'Israël qui a maintes fois bombardé les positions de l'armée syrienne, sans jamais toucher aux terroristes. Etonnant?

Autre question tout aussi importante. Les élites de l'Occident jouant aux aveugles affirment jusqu'à maintenant que la Syrie n'aura pas d'avenir avec Assad. Le problème c'est que jusqu'à maintenant ils n'ont aucune alternative à proposer. Absolument aucune. Tous les groupes soi-disant non liés à l'Etat islamique et combattant également l'armée régulière de Syrie, les Occidentaux les appellent eux-mêmes être « des islamistes modérés ». Assez incroyable comme notion. C'est vrai qu'en terme de barbarie et de cruauté, difficile de concurrencer l'EI (même Al-Qaida est devenue un peu ringarde), mais en suivant cette « logique », on arrive à croire qu'il devient presque possible de classer les terroristes en plusieurs groupes, selon leur niveau de radicalité ou de « modération »: terroristes modérés, semi-modérés, plutôt modérés, pas vraiment modérés, pas du tout modérés, radicaux, ultra-radicaux et ainsi de suite. Cela peut même paraitre drôle pour certains, si derrière cette pseudo-logique il n'y avait pas des centaines de milliers de vies en jeu. Mais l'Occident vraisemblablement ne peut plus faire marche arrière, de peur de se retrouver une fois de plus dans le ridicule. Même si parfois il est bien mieux de reconnaitre ses erreurs, ne serait-ce que pour sauver tellement de vies humaines.

Maintenant pourquoi le président al-Assad reste la seule option possible? Pour plusieurs raisons. Tout d'abord car il reste le leader légitime de son pays. Un pays pour rappel indépendant et souverain. D'autre part, car il est bien soutenu par la grande majorité de la population, aussi bien en Syrie qu'au sein de la diaspora syrienne. Qui le dit? Le rapport datant de 2013 (alors que la Syrie était déjà en pleine guerre) de la CIA (!) repris entre autres par Wikileaks et un certain nombre de médias, qui confirme que le président Assad aurait au moins 75% de soutien de la part de ses concitoyens. Alors après, les « bienpensants démocratiques » devraient nous répondre à une question: de quel droit un leader ayant le soutien avéré des ¾ de son peuple peut être considéré « illégitime » (terme employé par plusieurs chefs d'Etat occidentaux)?

Situation en Syrie
© REUTERS / Bassam Khabieh
Un autre exemple confirmant lui aussi la légitimité d'Assad et lié à l'aspect ethnico-religieux. On sait qu'il appartient à la minorité religieuse alaouite, qui représente à peu près 20% de la population de Syrie. L'Occident tente par tous les moyens de faire croire que c'est cette minorité qui dirige, les autres représentants ethniques et religieux seraient soi-disant tous ou presque opposés à elle. Pourtant, la grande majorité des Syriens (environ 75%) sont eux musulmans sunnites, 10% sont chrétiens. Alors en analysant ne serait-ce qu'avec un minimum de logique, les 20% d'alaouites et les 10% de chrétiens ne pourraient jamais assurer à Assad une si longue résistance si les musulmans sunnites syriens n'étaient pas eux aussi majoritairement derrière leur président. Cela est tout simplement impossible. L'Armée arabe syrienne est également fort représentative de ce puzzle multiethnique et multiconfessionnel de la Syrie. La grande majorité des militaires syriens sont eux aussi musulmans sunnites. Et il serait tout simplement illusoire de croire que si ces militaires sunnites ne soutenaient pas eux aussi Assad et avec une telle ardeur, jamais il n'aurait pu tenir ne serait-ce que quelques mois.

Vladimir Poutine lors du sommet de l'OTSC au Tadjikistan
© Sputnik . Service de presse et d'information du président de Russie
Donc la propagande occidentale s'écroule comme un château de cartes, notamment sur le fait que la Syrie serait dominé par un « dictateur » (un dictateur ayant tout de même 75% au moins de soutien, y compris au sein de la diaspora, y compris celle vivant en Occident) et que c'est une minorité religieuse qui impose sa volonté aux autres. Tout cela est faux. La Syrie, en plus d'être l'un des berceaux de l'humanité, c'est aussi un pays multiculturel, multiethnique et multiconfessionnel. Mais c'est aussi fort malheureusement un pays martyrisé depuis plusieurs années maintenant par la volonté unipolaire du néocolonialisme occidental et le salafisme importé du Golfe et de quelques autres pays. Et dans ce pays de la diversité, un homme continue de représenter l'unité de tous les Syriens, peu importe leur appartenance ethnique ou religieuse et qu'ils soient musulmans sunnites, alaouites, chiites, chrétiens ou yézidis. C'est bien Bachar al-Assad. Les dirigeants occidentaux devront donc bien à un moment ou un autre reconnaitre cette réalité que beaucoup de Syriens tentent de leur faire entendre. Et une réalité qu'ils devront accepter. Entre temps, il faut se débarrasser des terroristes égorgeurs. Et pour cela, aux côtés de l'armée syrienne et du peuple de Syrie, ce sera vraisemblablement une autre coalition.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Situation en Syrie (2014) (607)

Lire aussi:

Assad: le succès du dialogue en Syrie conditionné à la victoire sur le terrorisme
Sous-marins: Subway «trolle» la France après la rupture de l’accord – photo
Voici le moment où les détails de l’AUKUS ont été discutés à l’insu de Macron, selon le Telegraph
«Ne sous-estimez pas la réaction de Paris»: un ex-ambassadeur UK en France avertit d’une riposte française
Tags:
Russie, États-Unis, Irak, Syrie, Libye, Occident, Bachar el-Assad, Mouammar Kadhafi, Saddam Hussein, Etat islamique, OTAN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook