Ecoutez Radio Sputnik
    stockage de pétrole

    Le pétrole pour cimenter la Russie avec la Chine ?

    © AFP 2019 Danil Semyonov
    Points de vue
    URL courte
    Marco Rumignani
    8242

    La Chine et la Russie ne font que resserrer leurs liens. Que cela soit sur le plan militaire, économique ou énergétique. Dans tous les cas, cela se fait au détriment d’autres partenaires.

    Le rapprochement de la Russie avec la Chine n'est un secret pour personne. Entre l'Organisation de Coopération de Shanghai, la présence de Xi Jinping aux célébrations des 70 ans de la victoire sur l'Allemagne nazie le 9 Mai 2015, le regroupement des BRICS, et une politique jointe au Moyen-Orient, le conflit sino-soviétique semble bien loin et bien oublié.

    Cependant l'élément politique n'est pas la seule raison. Il y a aussi, et surtout, celui économique. Les deux géants eurasiens sont avant tout des partenaires, chacun ayant ses avantages relatifs.

    Au début des années 2010, l'Arabie Saoudite était le principal fournisseur de la Chine en pétrole (près de 20% des importations chinoises de brut); aujourd'hui, la Russie a pris la place de la monarchie saoudienne (15% pour l'un et 13% pour l'autre).

    Les chiffres relatifs sont encore plus parlants: la Russie a augmenté de 550 000 barils par jour ses exportations vers la Chine entre 2010 et 2015; l'Arabie Saoudite n'a pu augmenter que de 120 000 barils sur la même période. Une augmentation de plus de 20 % pour les exportations russes, contre tout juste moins de 4% pour l'Arabie Saoudite.

    De plus, à l'inverse de Riyad, Moscou accepte de vendre son pétrole en Yuan, et non pas en Dollars. Ce qui facilite l'intérêt de Pékin. Rappelons enfin que la Chine consomme 31,75 Millions de barils par jour; un marché titanesque.

    Mais cette relation est-elle durable, ou juste conjoncturelle? L'actualité et les marchés évoluent vite, et les amis de hier peuvent se tourner le dos demain. Surtout que les trois pays cités ne sont ni à l'abri de crises (comme la Chine actuellement, ou la dette saoudienne). L'histoire nous a appris qu'une fragilité économique amène des troubles sociaux et des changements majeurs dans le pays en question.​

    M. Jean-François Dufour, éditeur des Etudes Economiques Stratégiques DCA, nous explique comment la Russie a pu devancer l'Arabie Saoudite:

    « La motivation de cette évolution réside dans le fait que la Chine est extrêmement dépendante de de l'étranger pour ses importations de pétrole. En 2015, le ratio de 60% de la consommation de pétrole chinoise venant de l'étranger a été dépassé; et dans ce contexte, la Russie présente par rapport à d'autres sources d'approvisionnement un gros avantage pour la Chine, qui est que ces approvisionnements peuvent emprunter une voie terrestre: des oléoducs qui empruntent une voie moins vulnérable, et moins susceptible d'être interrompus que des approvisionnements maritimes. »

    De grands projets entre la Chine et la Russie, comme « One Belt One Road Project » ou comme la création d'un marché eurasien, regardent sur la durabilité, alors que les trois pays (Chine, Russie et Arabie Saoudite) font face à des crises d'ordre économique et financier.

    « Il y a deux choses à prendre en compte. Sur le plan historique il reste des motifs de tension entre la Chine et la Russie; l'expansion russe s'est faite aux dépends de l'empire chinois au 19ème siècle; (…) la Chine apporte de nouveaux débouchés et de nouveaux moyens de financement; la Chine assure son approvisionnement et ouvre la voie vers de nouveaux marchés pour d'autres produits venant de Russie.

    Cela renvoie à la gestion macro-économique de ces pays; (…) les grands projets développés font partie d'une tentative pour essayer de limiter les effets des crises engagées et de retrouver une dynamique de croissance. »

    Une volonté macroéconomique dirigiste pourra-t-elle sauver ces trois pays? L'avenir nous le dira. Or, beau nombres d'analystes estiment que le prix du baril, à moins d'un changement géopolitique mondial, ne montera pas à plus de 40 Dollars. Les exemples de l'Afrique du Sud avec les cours de l'or et du diamant dans les années 80, et de la Hollande avec la tulipe, montrent que les mono économies se fragilisent avec le temps, donnant lieu à des bouleversements internes parfois graves.

    Le sénateur John McCain avait déclaré voici quelques années que, sous l'administration Poutine, la Russie pouvait devenir un acteur majeur à l'échelle globale, à condition que les prix des énergies fossiles restaient élevés.

    Malgré sa place de partenaire stratégique de la Chine, la Russie pourra-t-elle compenser les bas prix par une augmentation de ses exportations? C'est qu'elle n'est pas seule sur le marché: l'Afrique, la Norvège, l'Amérique, les autres pays asiatiques ont aussi leur part.

    La course est donc lancée! Et les premiers arrivés pour le marché chinois seront les premiers servis.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La Russie pourrait faire remonter les prix du pétrole
    Cours du pétrole: accord imminent entre l'OPEP et les pays non membres
    Les prix bas du pétrole, une malédiction pour l’économie mondiale
    Aidé par la Russie, le pétrole poursuit son rebond
    Tags:
    yuan, dollar US, économie, pétrole, BRICS, Arabie Saoudite, Europe, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik