Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Dupont-Aignan (C), et les membres de son équipe, Anne Boissel et Olivier Clodong. Archive photo

    Nicolas Dupont-Aignan: une realpolitik à la française

    © AFP 2019 STEPHANE DE SAKUTIN
    Points de vue
    URL courte
    Par
    Présidentielle 2017 en France (205)
    508613
    S'abonner

    Nicolas Dupont-Aignan a déclaré ce mardi qu’il briguerait l’investiture suprême. Le Président de Debout la France, dont les résultats électoraux de 2012 sont fréquemment raillés dans les médias, a vu son électorat progresser au gré des élections. Retour sur le programme de campagne du parti gaulliste.

    « Ordre » et « Justice », tels sont les deux thèmes phares de la campagne électorale de Nicolas Dupont-Aignan qui a officiellement débuté mardi 15 Mars, lors de son passage en direct et en prime time dans le journal télévisé de Gilles Bouleau.

    Le tout dans un calendrier qui ne laisse rien au hasard: au lendemain de cette annonce faite, sur la première chaine de France, devant des millions de téléspectateurs — une première pour le député maire de l'Essonne — l'édile d'Yerres entamait un tour de France, alors que paraissait ce même jour chez Fayard son dernier livre: France, lève-toi et marche.

    Nicolas Dupont-Aignan et de son équipe, au QG de campagne de Debout la France, à Paris, peu après son intervention télévisée
    © Sputnik . Maxime Perrotin
    Nicolas Dupont-Aignan et de son équipe, au QG de campagne de Debout la France, à Paris, peu après son intervention télévisée

    Ordre: pour rétablissement des frontières nationales, et mise en place d'une politique pénale qu'il estime en adéquation avec les défis auxquels une société contemporaine doit faire face; le candidat prône l'incarcération immédiate des djihadistes de retour au pays ainsi que la déchéance de nationalité pour les binationaux. Une politique sécuritaire avec en point d'orgue le renforcement des effectifs et des moyens alloués aux forces de police et aux forces armées afin de protéger les français. Et pour « NDA » ces mesures doivent venir combler les lacunes laissées par une droite qui, selon lui « a gouverné comme la pire des gauches ».

    Justice, pour justice sociale: le député de l'Essonne souhaite mettre l'accent sur la valorisation du travail et la lutte contre l'assistanat, avec un nombre de mesures qu'il adresse à l'ensemble des citoyens, comme par exemple cette promesse d'une augmentation de 10% du salaire net de tous les français: sans toucher au salaire brut, le candidat entend parvenir à ce résultat en venant rogner sur le part des cotisations sociales, jusqu'à les réduire d'un tiers — le tout sans mettre en danger le système social français auquel il se dit fortement attaché.

    Une mesure qui n'est pas sans un coût, et non des moindres: le candidat l'estime à près de 40 Milliards d'euros, une somme qui pourrait être trouvée selon lui via le renforcement de la lutte contre la fraude fiscale. Dans le collimateur toutes les fraudes sont concernées: qu'il s'agisse de l'évasion de capitaux vers des paradis fiscaux, des diverses fraudes à la TVA où des nombreux abus aux prestations sociales… Il entend ainsi tirer un boulet rouge contre une gauche qui « gouverne comme la pire des droites ».

    Il faut dire que son travail en matière de lutte contre la fraude fiscale est reconnu, avec son homologue Alain Bocquet — député Communiste — il est l'auteur d'un rapport d'information parlementaire sur l'évasion fiscale.

    Les deux députés estiment entre 60 et 80 milliards d'euros le montant du manque à gagner annuel de l'évasion fiscale pour la France. Et pour parvenir à recouvrir ses dus, ils enjoignent la force publique à l'action contre ce qu'ils nomment un « poison mortel des démocraties », à l'heure où « la France suffoque par excès d'impôt et [où] la révolte gronde parmi un peuple étrillé par la crise et des contraintes internationales sans fin ». Ce travail d'un an, condensé en 235 pages — présenté devant la Commission des Affaires Etrangères de l'Assemblée nationale — avait valu à Nicolas Dupont-Aignan la distinction de député de l'année par Le Trombinoscope.

    Nicolas Dupont-Aignan, fervent admirateur du Général de Gaulle dont il se présente comme l'un des derniers héritiers politiques: défenseur de la ligne d'une France indépendante et maitresse de ses décisions, aussi bien en matière de politique intérieure qu'extérieure, et c'est notamment sur ce dernier point que nous sommes allés l'interroger mardi soir, à son QG parisien — devenu ce même jour son QG de campagne — au retour de son intervention télévisée.

    Nous lui avons, notamment demandé qu'elle était sa conception de la place de la France au sein de l'Union Européenne, bien que Nicolas Dupont-Aignan soit contre l'idée même de remettre en cause l'appartenance du pays à l'Union, il souhaiterait néanmoins que la France, tout comme les autres états membres, ait moins à en subir les directives…

    ​« On va vers le Chaos, c'est l'Union Soviétique à la fin de l'Union Soviétique: toujours plus de Communisme on nous disait, parce que ça ne fonctionne pas comme c'est, mais ça ne fonctionnait pas plus… En vérité ils nous disent toujours plus d'Europe, mais c'est toujours plus de pouvoir pour des gens qui mènent une mauvaise politique: ils ouvrent la porte à la Turquie, nous sommes colonisés migratoirement, ils organisent un nivellement par le bas des conditions sociales avec les travailleurs détachés et donc cette Europe-là va s'effondrer, cette Union Européenne va disparaitre, il faut simplement reconstruire l'Europe: il ne s'agit pas de casser l'Europe, il s'agit tout simplement d'apprendre à travailler ensemble ».

    Selon le député, l'Europe d'aujourd'hui est une Europe bien éloignée du modèle escompté par nos aïeux. Une Europe dont il a combattu l'espace Schengen, du traité d'Amsterdam au traité de Lisbonne en passant par le traité de Rome établissant une constitution pour l'Europe et son référendum — en 2005 — pour lequel, contrairement à l'UMP et au PS, il avait appelé à voter « non », dans la ligne d'un idéal gaulliste social, alors incarné par son mentor, Philippe Seguin, qui en 1992 avait déjà acquis une notoriété certaine en s'opposant au traité de Maastricht, et à François Mitterrand ainsi qu'à Jacques Chirac ou encore à Edouard Balladur, tous fervents défenseurs du « oui ».

    Nicolas Dupont-Aignan est d'ailleurs critique quant aux orientations diplomatiques que l'Union fait adopter à ses pays membres, notamment à l'égard de la Russie, il avait fait partie des premiers à dénoncer le fait que les agriculteurs et les producteurs français étaient — et sont toujours — les victimes directes des contremesures instaurées par la Fédération de Russie en réponse aux sanctions européennes. Des sanctions qu'il entend revoir s'il accédait au pouvoir:

    « J'annulerai les sanctions, je n'y participerai plus, du jour au lendemain. On croit rêver; le Président de la République, François Hollande, va remettre en toute discrétion la légion d'honneur au prince héritier d'Arabie Saoudite qui a décapité 70 personnes — c'est la loi du pays, je ne m'immisce pas dans les affaires de l'Arabie Saoudite — et traite le président Poutine comme si on ne pouvait pas travailler avec lui: qu'on m'explique! On est en pleine incohérence. Donc je veux une relation étroite, d'adulte à adulte avec la Russie, ça ne veut pas dire que je suis d'accord avec tout, mais le président Poutine, comme le président américain, comme le chancelier allemand, doivent être respectés pour ce qu'ils sont: les dirigeants de leurs propres pays et de surcroit nous avons beaucoup à construire avec la Russie. Nous sommes complémentaires sur beaucoup de choses, nous partageons une même civilisation, nous avons donc à travailler avec la Russie — non pas pour exclure les Etats-Unis ou les autres — mais parce que nous avons encore le droit, comme pays libre, de travailler avec qui on veut ».

    Lors d'une prise de parole devant l'Assemblée Nationale, en Septembre dernier, le député avait violemment critiqué l'évolution de la position du gouvernement sur la livraison des Mistral à la Russie, dénonçant, « une faute stratégique, économique et financière » et rappelant par la même occasion que jusqu'alors « les présidents de la Vème République avaient eu à cœur de défendre une parole libre et indépendante de la France ». D'autant plus que dans le cas des Mistrals la position française obéissait à des contraintes étrangères: « C'est bien la première fois qu'un gouvernement obéit aux coups de sifflet des pays baltes et de la Pologne » déclarait-il, devant un hémicycle partagé entre approbation et indignation.

    Si pour Nicolas Dupont-Aignan, plus de place accordée à la Russie dans la diplomatie Française ne rime en rien avec une diminution de la place accordée aux Etats-Unis, il porte néanmoins un regard sévère sur l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, dont la France a rejoint le commandement intégré: promesse de campagne de Nicolas Sarkozy oblige…

    « Ma position est très claire, l'OTAN n'a plus de sens. En revanche il faudra garder bien évidemment une coopération militaire, et je regrette qu'on n'ait pas saisi l'occasion de respecter nos engagements vis-à-vis de la Russie, c'est-à-dire de ne pas avancer les troupes de l'OTAN sur les anciens pays: c'était un engagement que nous avions pris vis-à-vis de la Russie, car je crois que nous devrions travailler tous ensemble et que ce retour de Guerre Froide est absurde, totalement contreproductif, l'ennemi c'est Daech! C'est l'Etat-Islamique! Ne nous trompons pas d'ennemi! […] On doit travailler avec la Russie, on devrait même militairement travailler avec la Russie: ce qui se passe sur l'Ukraine, ce qui se passe avec la Russie, est un gâchis monstrueux… mais cela passera parce que la Russie restera, la France restera, et toute cette petite politique de soumission disparaitra très vite».

    Si la plupart des médias tiennent à rappeler au candidat Nicolas Dupont-Aignan son score de 1.78% lors des élections de 2012, ils semblent oublier que s'il n'a rassemblé lors des régionales de Décembre que 6.7% des voix exprimées à Paris — où il était candidat — son parti a pour sa part totalisé 3.81% des suffrages à l'échelle nationale: ce qui, à titre de comparaison, égalise le score d'Europe-Ecologie-Les Verts (3.83%) et dépasse celui du Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon (2.51%) deux partis qui, eux, enregistrent une baisse de leurs résultats électoraux.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Dossier:
    Présidentielle 2017 en France (205)
    Tags:
    Présidentielle française 2017, Debout la France, Assemblée nationale française, OTAN, Union européenne (UE), Alain Bocquet, Gilles Bouleau, Nicolas Dupont-Aignan, URSS, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik