Ecoutez Radio Sputnik
    Rue du Faubourg Saint-Denis

    Double standard à l'égard des victimes : qu’en pensent les Pakistanais de Paris?

    © AFP 2019 Mehdi Fedouach
    Points de vue
    URL courte
    Par
    1121
    S'abonner

    La tour Eiffel ne se parera pas des couleurs pakistanaises, malgré le fait que les deux pays ont été attaqués par des terroristes islamistes. Pourquoi en est-il ainsi, et qu’en pensent les Pakistanais vivant à Paris?

    Ce Dimanche 27 Mars a vu plus de 70 morts à Lahore suite à l'attaque menée contre une célébration de Pâques par la communauté chrétienne du pays. Un Pakistan meurtri par des décennies de violences. Des violences qui auraient mérité une action des pays occidentaux, ou du moins un geste symbolique, exprimant une solidarité entre pays touchés par le terrorisme.

    Par exemple, pourquoi la Tour Eiffel n'est-elle pas illuminée aux couleurs pakistanaises? La même question pourrait être posée avec les attaques de Boko-Haram dans l'Ouest africain, qui avait du moins trouvé un début de réponse avec le hashtag #PrayForNigeria.

    En effet, pourquoi une solidarité entre pays occidentaux seulement? Les victimes d'autres pays sont elles aussi causées par les mêmes terroristes, à moins que cette solidarité ne s'applique qu'entre certains pays…

    ​La situation médiatique des attentats commis dans le Monde. #Pakistan #Belgique pic.twitter.com/CMrKeDI0xu

    ​Mais au fait qu'en pense la communauté pakistanaise présente à Paris?

    “ Il y a peu de solidarité parce que le Pakistan est une nation fichée « S », et constamment vue comme créatrice du terrorisme. “
    © Sputnik .
    “ Il y a peu de solidarité parce que le Pakistan est une nation fichée « S », et constamment vue comme créatrice du terrorisme. “

    Nous sommes allés rencontrer Farad, commerçant d'origine pakistanaise, travaillant à Paris.

    "L'histoire lie la France et la Belgique, en fait. […]C'est cette faiblesse des relations qui fait que la mobilisation est faible. Le Pakistan est vu comme un État terroriste, fiché « S », ce qui fait que la population française compatit moins avec ce genre de pays."

    Mansour, un coiffeur, du quartier Saint-Denis de Paris, confirme:

    "C'est parce que tout le monde dit que le Pakistan fabrique les terroristes, voilà pourquoi il n'y a pas de solidarité. Il faudrait qu'il montrent de la solidarité avec le Pakistan, comme ils l'ont fait avec la Belgique."

    Enfin, Ahmed, retraité, nous a donné son point de vue:

    "La solidarité va venir de façon croissante."

    Tous nous ont dit que les relations entre la France et le Pakistan étaient faibles. L'air blasé, nos témoins semblent résignés quant à l'image de leur pays à l'étranger. Aucun n'attend la moindre compassion de la part de la France; pourtant, le pays est victime de très nombreux attentats. Au regard de ces violences quasi-quotidiennes, les pakistanais de Paris que nous avons rencontré ne font pas la différence entre la mort d'un chrétien ou d'un musulman. L'attentat de dimanche est un attentat parmi tant d'autres.

    Au-delà du manque de solidarité, c'est la situation du Pakistan lui-même qui permet d'expliquer l'ostracisation du pays.

    ​En effet, en plus de nous indiquer son opinion sur le manque de solidarité de l'occident, Farad nous donne un aperçu de la politique de son pays d'origine, et de ce que le gouvernement pakistanais devrait faire:

    "Le gouvernement de Nawaz Sharif devrait être franc, clair et net au niveau de sa position contre le terrorisme. Il détruit la population, ce sont des capitalistes qui ne pensent qu'à eux, mais intouchables. C'est une logique de maffieux."

    Une opinion que partage Azar Sidique, Responsable de Minhaj ul Quran International, organe de presse et de recherche qui s'est distingué par sa condamnation de toute forme d'extrémisme:

    "Ils devraient être intransigeants avec les auteurs des attentats, ce que le gouvernement pakistanais a peu ou pas fait jusqu'ici, accusé d'être de connivence avec le terrorisme. L'armée a décidé, sans l'aval du gouvernement, de mener une opération contre-terroriste dans la province du Punjab, autour de la capitale."

    Si la situation du Pakistan est actuellement bien sombre, c'est notamment dû fait que le pays est victime des tensions et enjeux imposées par les grandes puissances. Double traitement, double standard; le Pakistan n'est pas la Belgique.

    Un pays au bord du gouffre, qui au final, n'a recueilli ni l'estime, ni la solidarité des grandes puissances. D'où une Tour Eiffel sans les couleurs pakistanaises.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Pakistan: au moins 65 morts dans une explosion à Lahore
    Attaque d'une université au Pakistan: 21 morts
    Attentat de Lahore: 5.000 arrestations au Pakistan
    Un attentat suicide fait 14 morts dans le nord-ouest du Pakistan
    Tags:
    lutte antiterroriste, attentat, Boko Haram, Lahore, Pakistan, Europe, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik