Points de vue
URL courte
Par
Trêve en Syrie (2016) (220)
6141
S'abonner

Sputnik s’est rendu à Maaloula, un petit village au nord-est de Damas. Il doit sa triste célébrité non au fait que la plupart des habitants parle l’araméen, la langue utilisée par le Christ, mais parce que les djihadistes y sont venus en 2013 pour détruire l’histoire et violer la foi des villageois. Portrait d'un village martyr.

Dernière étape de mon périple au Moyen-Orient, la Syrie. Avec le groupe de députés et de représentants d'ONG que j'accompagne, nous traversons la frontière libano-syrienne à contre-courant des dizaines de réfugiés voulant fuir au Liban. En territoire syrien, nous sommes accompagnés par de multiples portraits de Bachar El-Assad, plantés au bord des routes et à chaque point de contrôle.

La route vers Maaloula
© Sputnik
La route vers Maaloula

Arrivé à Maaloula, une heure plus tard. Le soleil est déjà au zénith quand nous sommes reçus par les habitants du village et par le père Toufik. L'église Saint-Georges, dans laquelle il officiait, a été presque complètement détruite en 2013 par des combattants de Daech, Al Nostra et Geych El Islam.

La banderole trouée par un obus
© Sputnik
La banderole trouée par un obus

Nous avons écouté les témoignages des habitants, ils m'ont montré des photos de leurs maisons détruites en 2013, les graffiti emplis de haine laissés par les djihadistes: "Nous allons tous vous égorger, sales porcs de chrétiens!" Autant de rappels des heures atroces à jamais gravées dans la mémoire de chacun. Plusieurs habitants ont été torturés, violés ou tués. D'après le père Toufik, il s'agissait bien d'une attaque contre les chrétiens, précisément à cause de leur confession.

Les habitants de Maaloula
© Sputnik
Les habitants de Maaloula

L'intérieur de l'église porte encore les stigmates de l'agression des djihadistes: icônes brûlées ou déchirées, le visage des saints lacéré…

Une icône abîmée par des djihadistes
© Sputnik
Une icône abîmée par des djihadistes

En avançant dans le village, nous sommes tombés sur cette maison où les trois martyrs de Maaloula ont été exécutés. Père Toufik nous relate le drame: cette maison a été la première à tomber entre les mains des djihadistes quand ils ont attaqué Maaloula. Ils étaient trois à se cacher a l'intérieur: Sarkis, qui était en deuxième année d'université, Antoine qui était le facteur de Maaloula et Michail, père de trois fils, dont l'un a été kidnappé par Daech. Les trois hommes ont été abattus par les djihadistes.

Martyrs de Maaloula
© Sputnik
Martyrs de Maaloula

Ensuite, nous sommes montés sur la colline d'où une vue à couper le souffle s'est offerte à nous. À gauche, un ancien hôtel quatre étoiles, complètement détruit par des combattants de Daech, qui l'utilisaient comme base.

Ancien hôtel détruit par Daech
© Sputnik
Ancien hôtel détruit par Daech

Et à droite ce qui ne pourra jamais être saccagé par les barbares — les montagnes et le vent syrien, qui embrassent les espaces qui ont traversé des siècles de l'histoire.

Les habitants de Maaloula, village martyr, nous donnent une belle leçon de courage. Malgré tout le mal que leurs yeux ont contemplé qu'ils ont ressentis dans leur chair, ils ont trouvé la force de se relever et d'aller de l'avant.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Trêve en Syrie (2016) (220)

Lire aussi:

L’État islamique s'en prend aux chrétiens de Syrie
EI: les chrétiens utilisés comme "boucliers humains"
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
crise syrienne, église, destruction, hôtel, chrétiens, Maaloula, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook