Points de vue
URL courte
Par
0 03
S'abonner

Lors de son passage à Erbil, au Kurdistan Irakien, Sputnik a pris connaissance de la position du président de la région sur la situation dans sa province. S’il estime que Mossoul sera délivrée un jour, pour lui les conditions de l’offensive ne sont pas encore réunies.

À Erbil, capitale du Kurdistan Irakien, les membres de la délégation de la CHREDO (Coordination des Chrétiens d'Orient en Danger) et plusieurs députés français ont rencontré le président du gouvernement régional du Kurdistan, Massoud Barzani. Si les portes sont restées closes à la presse, Gérard Bapt, un député PS qui a participé à cette rencontre, nous a résumé la teneur des échanges, notamment à propos de la reprise de Mossoul, qui est occupé par Daech depuis 2014:

"Le président Barzani nous a accueillis longuement et il a mis en évidence la sécurité retrouvée dans le Kurdistan irakien grâce aux mesures prises par l'organisation régionale qu'il préside et les peshmergas, et ce malgré la présence à quelques dizaines de kilomètres du front contre Daech. Il nous a signalé, répondant à notre question, que l'offensive proclamée hâtivement par l'Irak en vue de la reprise de Mossoul semblait davantage une annonce qu'une réalité.

Parce que la reconquête de Mossoul exige aussi un accord politique pour préserver d'une part la diversité communautaire à Mossoul telle qu'elle a existé auparavant et d'autre part s'entendre sur la gouvernance de cette grande capitale provinciale. C'est une information prématurée, qui semblait vouloir faire contrebalancer le fait qu'à Palmyre, les forces syriennes aidées par les forces russes avaient permis la reconquête de ce site culturel prestigieux. Il s'agit donc très certainement de propagande, même si l'on peut penser que l'offensive contre Mossoul est néanmoins dans les cartons de préparation militaire, mais d'après le président Barzani on en est loin. "

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Camp Ashti: lieu de dénuement et d’espoirs de paix
Un milliardaire kurde a fait construire à Erbil une réplique de la Maison Blanche
Des armes allemandes en vente libre dans les bazars d'Irak
"Quand on en aura fini avec Daech, nous renterons à la maison" disent les réfugiés kurdes
Tags:
Massoud Barzani, Erbil, Kurdistan irakien, Mossoul
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook