Ecoutez Radio Sputnik
    les médias

    Libertés de presse

    © Flickr / flash.pro
    Points de vue
    URL courte
    Par
    21322
    S'abonner

    Plusieurs affaires viennent de secouer les médias en France. Différentes dans leur détail elles n’en posent pas moins toutes la question du droit à l’information.

    Au-delà ces affaires posent aussi la question du « respect » dû aux journalistes, une profession qui subit de par le monde des agressions multiples et souvent meurtrières, mais aussi de celui qui est dû par ces mêmes journalistes à leurs lecteurs, ou leurs auditeurs, ou leurs spectateurs. Pour pouvoir exiger — souvent à juste titre — d'être respectés, les journalistes se doivent d'être respectables. Et, que certains d'entre eux ne le soient plus est une évidence.

    Trois affaires

    Reprenons donc sur trois affaires qui ont défrayées la chronique récemment. La première est le licenciement par l'Obs (ex-Nouvel Observateur) d'Aude Ancelin, une journaliste connue qui cumulait, pour certains des actionnaires de ce journal, le tort d‘avoir écrit des articles empreint de sympathie pour le mouvement « Nuit Debout » et d‘être la compagne de l'un de ses animateurs, Fréderic Lordon. Ce sont ici les motifs invoqués pour ce licenciement qui font scandale. On a prétendu qu'elle aurait écrit des articles « anti-démocratiques » et cela sans apporter le moindre commencement de preuve dans une accusation d'une telle gravité. C'est une pratique du journalisme de la part des actionnaires de cet hebdomadaire qui relève du plus pur gangstérisme.

    La deuxième affaire concerne l'émission de France-2 Des Paroles et Des Actes où était invité Jean-Luc Mélenchon jeudi 26 mai. Dans cette émission François Lenglet, membre de la rédaction du JT de France-2, prononça des propos calomniateurs sur le président dans le seul but de mettre l'invité en difficulté. Cette affaire s'est retournée contre le sieur Lenglet, l'obligeant, ainsi que France-2, à publier une rétractation honteuse.

    Ce ne fut cependant pas le seul scandale dans cette émission. Deux personnes avaient été choisies pour interpeler Jean-Luc Mélenchon, un boulanger à la mode, fournisseur de l'Elysée et certes pas représentatif des artisans avec ses 17 employés, et une jeune femme, Mme Cécile Imart-Bruno que l'on présentait comme un cadre ayant fait le choix d'un « retour à la terre » et qui s'est avérée être un ancien responsable financier de Bolloré au Chili, membre de la FNSEA (en dépit de ses dénégations, elle a été nommé par décret au Conseil national de la transition écologique, au titre de la FNSEA) et copinant avec des dirigeants socialistes, dont le Ministre de l'agriculture M. Le Foll. Si le choix de ces personnes relève de l'arbitraire de toute émission de télévision, le fait pour France-2 de ne pas les avoir présentés pour ce qu'ils étaient constitue un autre mensonge, et de fait confirme que l'on avait voulu monter un traquenard à Jean-Luc Mélenchon. Ceci condamne l'organisateur de cette émission, David Pujadas, et lui retire toute légitimité à se poser en journaliste impartial. Au delà, cette multiplication d‘incidents graves interpelle la direction de France-2 sur son éthique.

    La troisième affaire est bien entendu la grève du syndicat du livre CGT lors de la journée d'action du mardi 24 mai, grève qui a frappé les journaux ayant refusé de passer la tribune de Martinez, le « patron » de la CGT. Ceci a provoqué un bel élan d'unanimisme de la part des éditorialistes pour dénoncer ce qu'ils appellent des « pressions inacceptables » et une atteinte à la liberté d‘opinion de la part de la CGT.

    L'oubli du pluralisme

    Il faut considérer en réalité ces trois affaires comme liées. Si l'on veut prétendre que l'action de la CGT ait été une atteinte à la liberté d‘opinion il faut démontrer que cette liberté existait bien au préalable. Or, c'est le contraire que montrent les deux autres affaires. Et l'on en revient au problème évoqué en introduction: si les journalistes veulent être respectés, ils doivent être respectables. Le fait de chercher à imposer une opinion unique à la presse est une attitude inacceptable. Mais, tel n'était pas la demande de la CGT qui souhaitait simplement qu'une règle de pluralisme d'opinions soit respectée.

    Et c'est bien le non-respect de cette simple règle qui aujourd'hui pose problème. Ce qui menace aujourd'hui la démocratie dans notre pays n'est pas tant l'action de la CGT — quoi que l'on puisse penser de cette dernière — mais le comportement hostile au pluralisme de la majorité des responsables de la presse. Non qu'un journaliste ne puisse avoir ses propres opinions, ni un journal sa ligne éditoriale. L'existence de positions politiques sur différents sujets est parfaitement légitime. Mais, ces positions ne devraient pas interférer avec l'impératif du pluralisme. Les journalistes devraient avoir à cœur de toujours distinguer clairement ce qui relève de leurs opinions, qu'elles soient personnelles ou collectives, de la présentation de l'ensemble des opinions sur un sujet donné. Ce comportement s'impose d‘autant plus que les différents sondages montrent qu'une majorité de l'opinion est hostile en tout ou partie à la loi El Khomri.

    Le non-respect de ce comportement pose aujourd'hui un problème majeur dans la société française. Il ne date pas du mouvement actuel contre la loi El Khomri. On avait pu déjà noter ce phénomène lors du référendum de 2005 où près de 90% des éditorialistes, allaient dans le sens du « oui », alors qu'en définitive ce fut le « non » qui l'emporta. Du 1er janvier au 31 mars 2005, le rapport entre les temps de parole donnait, pour l'ensemble des émissions (soit les journaux télévisés, les émissions politiques et les émissions de divertissement), 71 % aux partisans du « oui » contre 29 % aux partisans du « non ». Pour les seuls journaux télévisés, le « oui » bénéficiait de 73 % du temps contre 27 % pour le « non ».
    On retrouve cette configuration de manière récurrente dès que l'on aborde les questions européennes. Le pluralisme affiché par les différents organes de presse disparait alors et laisse la place à un quasi-unanimisme qui relève du dogme religieux. Il convient donc de s'interroger sur ce journalisme « hors sol » ou quelques dizaines d‘éditorialistes et de journalistes considèrent non seulement qu'ils ont raison contre l'ensemble de la société (ce qui pourrait se concevoir) mais que leur position leur donne le droit de supprimer ou de discréditer — comme on l'a vu avec Jean-Luc Mélenchon dans DPDA — tout ce qui ne correspond pas à leur opinion.

    Ces journalistes semblent donc se considérer comme les dépositaires d‘une « rente » dont ils usent et abusent à leur guise, ce que l'on avait déjà constaté en 2005. Que ce type de comportement engendre alors une légitime colère chez ceux dont les opinions sont privées de ce droit à l'expression est alors pleinement compréhensible.

    Les rentiers d'un système

    On dira que, compte tenu de la structure de la propriété des organes de presse, tout ceci est logique. Mais, si cette concentration de la propriété a son importance, elle est loin de tout expliquer. La concentration de la propriété ne peut aujourd'hui prendre l'importance politique qui est la sienne que parce qu'au sein de la « communauté » des journalistes et des éditorialistes s'est développée l'idée que la fonction confère à qui l'occupe un droit absolu de tenter de diriger les consciences.

    Il faut donc bien comprendre la relation dialectique qu'il y a entre les bases matérielles de la production journalistique (les structures de propriété) et l'idéologie particulière développée par une partie des journalistes. Il faut aussi en mesurer les conséquences. Ce comportement de « rentier » qui est le leur, et qui trouve donc sa source tant dans cette structure de propriété que dans la représentation particulière du « rôle » du journaliste s'apparentant au curé d'antan (le « directeur de conscience ») induit désormais une méfiance généralisée à l'égard des sources traditionnelles d'information. La vérité est que le discrédit qui touche les sources traditionnelles est aujourd'hui tel que le développement de sources alternatives est inévitable et qu'il faut même souhaiter que de nouvelles sources puissent se développer avec le niveau de professionnalisme suffisant afin de faire concurrence aux sources traditionnelles qui ont failli.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Sondage: les médias traitent les crimes des migrants de manière partiale
    Les médias ukrainiens s'emmêlent encore les pinceaux !
    Sputnik France lance une émission de débat politique avec Rachel Marsden
    Bobards d’or: une cérémonie dévoile les plus gros mensonges des médias
    Tags:
    informations, scandale, médias, France 2, François Hollande, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik