Points de vue
URL courte
Par
62568
S'abonner

Pour Marine Le Pen, « on doit imposer la République à ceux qui ne respectent pas la Constitution et la loi. » Le Front National, un parti républicain comme un autre, l’idée à encore du mal à passer. Une réticence fondée ? Analyse.

« Moi, la république je l'ai solidement accrochée au cœur », rétorquait en février 2015 Marine Le Pen aux propos de François Hollande sur les partis qui ne respectent pas les valeurs de la République. Mais il est vrai que ce discours peine encore à convaincre… l'image antirépublicaine colle à la peau du Front National, ses adversaires de gauche et de droite lui opposant systématiquement le fameux « Front Républicain » à chaque scrutin.

Comme le rappelle Guillaume Bernard, politologue, historien des idées et maître de conférences à l'Institut Catholique d'Études Supérieures : la République est une notion qui évolue dans le temps et pas simplement au gré des changements de constitution ou des alternances politiques :

« On est en face d'une notion à géométrie variable : philosophiquement parlant, la doctrine moderne qui meut la quasi-totalité des hommes et des organisations politiques définissent la République comme étant un contrat social. Évidemment, à partir du moment où le Front National propose une autre vision de ce corps politique, il est certain qu'il peut être dénoncé par le reste de la classe politique comme étant +antirépublicain+ au sens où il n'aurait pas exactement la même définition de la République. »

Bref, selon le politologue, ce sont les partis majoritaires qui définissent qui est républicain et qui ne l'est pas… selon leurs propres intérêts politiciens :

« C'est le jeu classique de la politique, qui est d'essayer de rejeter en dehors du concert politique traditionnel une organisation qui vient marcher sur les plates-bandes des autres, mais dans le fond il n'y a pas de légitimité absolue à opposer au Front National un Front Républicain : c'était une incantation dans le but d'essayer de délégitimer cette organisation. »

Guillaume Bernard qui nous rappelle également que le Front National traine une image de parti antirépublicain, pour des raisons historiques, principalement :

« Il est certain que le courant politique qu'elle anime aujourd'hui, la droite nationale, la droite réactionnaire, a souvent eu une grande réticence vis-à-vis des institutions telles qu'elles existent. Il y a un cumul d'éléments : il y a évidemment le vieux courant monarchiste qui se situe à la droite de l'échiquier politique  il y a évidemment la vieille et lancinante question liée à la création de la Vème République. On sait bien que Charles de Gaulle est arrivé au pouvoir parce qu'il a été soutenu par une partie conséquente de la Droite, qui l'a fait venir au pouvoir pour essayer sauver l'appartenance des départements d'Algérie à la République française et on sait ce qu'il en est advenu. Par conséquent, il y a toujours cette tache indélébile sur la création de la Vème république, où un certain nombre de personnes se sont senties flouées. Disons-le très clairement : il y a eu le développement d'un anti-gaullisme, qui n'a rien à voir avec celui de la Deuxième Guerre mondiale puisqu'il a réuni des gens qui étaient dans tous les camps en 1940, mais il y a effectivement eu au sein du Front National une activité envers le régime, une réticence vis-à-vis du régime, en raison de ses origines. »

Mais ces thèmes liés à l'Algérie française et au « péché originel » de la Ve République, comme d'autres, ont fini par disparaître du discours du Front National, renouvellement des générations oblige.

« Il y a eu au sein du FN une hostilité, une réticence, vis-à-vis du régime en raison de ses origines. Donc voilà, il y a évidemment un renouvellement des thèmes, il y a un renouvellement des axes de campagnes, il y a un renouvellement de la sensibilité vis-à-vis du régime en place qui tient tout simplement au temps qui passe, qui tient tout simplement au fait qu'aujourd'hui, nous n'avons quasiment plus aucun homme politique qui a connu la mise en place de la Vème République et l'abandon des départements d'Algérie. »

Daoud Boughezala, Rédacteur en Chef du magazine mensuel Causeur, estime — quant à lui — que déterminer si oui ou non le FN est « républicain » est un faux débat, d'autant plus mal venu que celui-ci est posé par des partis politiques qui gèrent mal la situation sociale et économique du pays : pour reprendre ses mots, « les Français n'ont pas que des problèmes de fins de mois, ils ont aussi des problèmes d'identité » :

« Tout parti politique a légitimité à le faire ! Enfin, que je sache le FN n'est pas un parti monarchique, opposé au régime républicain ou à la démocratie : il ne s'agit pas d'un revirement soudain. C'est comme si Action Française appelait demain à soutenir les valeurs républicaines ! »

En tout cas, on constate une évolution du Front National. L'image anti-républicaine du parti a longtemps été confortée par les abondantes reprises dans les médias des outrances verbales du père, notamment jusqu'à la reprise en main du parti par Marine Le Pen en 2011. Une présidente qui a remanié de fond en comble son appareil politique, quitte à marquer une rupture brutale avec d'anciens cadres et des constituantes historiques de ce qui fut à l'origine un rassemblement de groupuscules nationalistes, identitaires ou de nostalgiques de l'Algérie française.

Une période de grands chambardements baptisée « dédiabolisation » par les observateurs, qui ne manquent jamais de monter en épingle une phrase, qui, sortie de son contexte, peut faire mouche : Par exemple lorsque Marion Maréchal Le Pen déclarait être d'« une génération un peu saoulée par les valeurs de la République », elle parlait de son agacement face à la manière récurrente dont les « valeurs de la République » sont brandies par ses détracteurs et dont elle doute qu'ils sachent eux-mêmes ce qu'elles peuvent bien recouvrir.

Rappelons d'ailleurs que la sortie de Marine Le Pen sur RTL, lundi 19 septembre « On doit imposer la République à ceux qui ne respectent pas la Constitution et la loi », est destinée à ceux qui placent la Charia au-dessus des lois républicaines. La présidente du Front National réagissait à une étude publiée par l'institut Montaigne qui mentionne que 29 % des musulmans — avec une surreprésentation chez les jeunes — ont « adopté un système de valeurs clairement opposé aux valeurs de la République », soit une pratique rigoriste de la religion et incompatible avec la société française.

Si le Front National a vu son discours évoluer, c'est peut-être aussi grâce à l'évolution des autres partis qui lui laissent le champ libre. Guillaume Bernard souligne ce phénomène :

« On a un double glissement. On a un glissement de l'opinion publique qui se "droitise" et qui favorise la progression du Front National […] Et de l'autre côté on a un personnel politique qui glisse dans le sens inverse, c'est-à-dire que hormis certaines exceptions, on a des hommes politiques de droite qui se convertissent petit à petit — cela depuis notamment la création de l'UMP au début des années 2000 — qui glissent vers le Centre et rejoint les positions centristes, libérales. C'est la concomitance de ces deux glissements qui explique la progression — encore bridée — du Front National. »

Certains, comme Jean Pierre Chevènement, accusent le Front National d'avoir opéré un « hold-up » sur des thématiques telles que l'État protecteur, autrefois chères à la Gauche. Mais pour l'ancien ministre, ce n'est pas tant le Front National qui s'est accaparé ce champ que la Gauche qui a délaissé ce terrain. Une analyse partagée par Daoud Boughezala :

« Le FN a eu l'intelligence de récupérer la Nation — qui a été désertée par la Droite — et le peuple — ignoré par la Gauche —. À partir de là, Marine Le Pen a très intelligemment établi la bonne équation électorale, où elle peut répondre aux problèmes de niveau de vie et de mode de vie, parce que les Français n'ont pas seulement des problèmes de fins de mois et d'économie, mais également des problèmes d'identité. »

Évolution sociologique, évolution dans le discours du FN, il devient difficile de refuser au FN son brevet de républicanisme, selon Guillaume Bernard :

« Mais vu sa progression politique, vu le fait qu'il y ait au moins un tiers de l'opinion publique qui se reconnait dans cette organisation — qui jusqu'à présent n'a pas porté atteinte au bon fonctionnement des institutions — ce parti politique peut légitimement revendiquer au moins une certaine notion de la République, après on peut discuter de ce qu'il propose comme vision de l'ordre public, mais ça c'est un autre débat ! »

De fait, dédiabolisation réussie ou évolution sociale, l'image du parti populiste a changé dans l'opinion, comme le détaille Erwan Lestrohan, Directeur d'études à l'institut de sondage BVA :

« Si on exhume les sondages passés, on remarque dans un sondage BVA de 1995, que 55 % des français considéraient que Jean-Marie Le Pen jouait un rôle nuisible dans la vie politique française. Aujourd'hui, on n'est plus du tout sur les mêmes représentations, on a notamment 57 % des Français qui considéraient en décembre 2015 que le FN devait être à présent considéré comme un parti comme les autres. »

Pourtant, si le Front National a le vent en poupe, le Front Républicains et ses idées conservent une longueur d'avance : En effet si le Front National semble remporter la bataille des idées, il demeure encore loin de remporter celle les urnes. En témoigne l'écart entre les résultats des premiers et seconds tours de différents scrutins, ou plutôt son incapacité à surmonter l'obstacle de ce « Front Républicain », de ce « cordon sanitaire » qui reste présent dans la tête des électeurs, comme nous l'explique Guillaume Bernard :

« On a toujours une dichotomie assez étonnante —, mais très intéressante — qui est qu'un certain nombre de mesures préconisées par le Front National, lorsqu'elles sont présentées en aveugle, remportent l'adhésion d'une très grande majorité de Français […] Et lorsqu'elles sont étiquetées, quand ces idées, ces points de programme, quand ces mesures sont rattachées au Front National et bien immédiatement il y a une position de repli de la part de l'opinion publique.

Cette dichotomie, cette forme de schizophrénie dans l'opinion publique est le principal dilemme pour le Front National : cette incapacité qu'il a pour faire venir dans son giron tous ces électeurs qui partagent ses idées, mais n'ont pas envie d'élire ce personnel politique là. »

Qu'il arrive à convaincre ou non, c'est son problème, mais comme le souligne Erwan Lestrohan, la question de l'appartenance du FN à la république ne semble plus de mise :

« Ce que l'on peut estimer, c'est que dans l'opinion des Français, le FN est probablement rentré dans le jeu républicain en étant peut être plus en phase avec les valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité que cela n'était le cas dans le FN de Jean-Marie Le Pen. »

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Elections primaires en France : le dévoiement de la Vème république
Le FN pourrait obtenir 60 députés en 2017
Quand les électeurs FN n'ont plus peur de faire leur coming out
Les partisans du Front national ne masquent plus leur préférence électorale
Tags:
Front national (FN), Marine Le Pen, François Hollande, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook