Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de Syrie

    La normalisation turco-syrienne désormais envisageable

    © Sputnik. Mikhail Voskresensky
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    Situation en Syrie (printemps 2017) (94)
    32209282

    La méfiance est encore vive entre les pouvoirs syrien et turc, qui continuent à se critiquer mutuellement. Néanmoins, les premiers petits pas vers une future normalisation des relations ont bel et bien commencé. Il y a encore incontestablement du chemin à faire, mais les jalons sont posés.

    Évidemment, la normalisation entre Damas et Ankara va prendre encore du temps, mais certains signes de détente entre les deux pays ne trompent pas. À commencer par le tout récent crash de l'avion  MiG-21 de l'armée syrienne, abattu par les terroristes salafistes d'Ahrar al-Sham, dont le pilote a réussi à s'éjecter et s'est posé en territoire turc, dans la province de Hatay. Les sauveteurs turcs se sont rapidement rendus sur les lieux et ont secouru le pilote, qui a été transféré dans un hôpital turc pour être soigné. Il sera vraisemblablement remis à la Syrie dans les prochains jours.

    Mais ce n'est pas tout. On sait que le gouvernement syrien critique ardemment la présence turque au nord de la Syrie dans le cadre de l'opération Bouclier de l'Euphrate. Au début de l'opération, Damas avait clairement indiqué qu'elle portait atteinte à la souveraineté syrienne. Mais depuis, la tension a diminué entre les deux capitales.

    Avec l'accord de Damas, les aviations russe et turque mènent des frappes conjointes contre les terroristes de Daech dans le nord de la Syrie. Une coordination qui a beaucoup contribué à la libération récente de la ville d'Al-Bab, dernier fief de l'EI dans cette partie de la Syrie, par les troupes turques. Après avoir chassé Daech de cette ville, le président turc a indiqué que sa prochaine «  cible  » sera la ville de Manbij, à moins que les forces kurdes qui la contrôlent ne s'en retirent. Et c'est là justement que le plus intéressant commence.

    Les États-Unis, qui collaborent activement avec certains représentants des forces kurdes, ont de fait ignoré les demandes turques en ce sens. Coup de théâtre, un accord vient d'être annoncé avec la médiation de Moscou, qui prévoit que cette zone, dont Manbij, jusqu'ici tenue par les forces d'autodéfense kurdes sera désormais défendue par l'armée syrienne.

    La réaction d'Ankara ne laisse pas de surprendre. En effet, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a déclaré  : «  Nous ne considérons pas le fait que les forces du régime syrien rentrent à Manbij en ce moment et que les unités d'autodéfense kurdes quittent la ville, soit une évolution négative. La terre syrienne doit appartenir aux Syriens  ». Il a en outre indiqué que Manbij représente «  la clé pour résoudre le conflit syrien  ».
    Certainement la clé du point de vue d'Ankara, qui n'a jamais caché que son opération dans le nord de la Syrie vise aussi bien Daech que les forces kurdes du YPG, que le gouvernement turc considère être associé au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qualifié de terroriste en Turquie. Quoi qu'il en soit, cette déclaration confirme le consensus qui se dessine en Syrie et dans lequel la Russie semble jouer un rôle de premier plan.

    En effet faut-il rappeler que dans le triangle Syrie-Russie-Turquie, Moscou partage des relations d'alliance avec Damas et de partenariat stratégique avec Ankara  ? Un partenariat stratégique qui se traduit par une collaboration de haut niveau dans la sphère économico-commerciale, mais depuis la normalisation annoncée en août dernier entre la Russie et la Turquie, également une coordination au niveau politique.

    Il ne faut évidemment pas croire que la normalisation Damas-Ankara aura lieu du jour au lendemain. Mais les tout derniers développements montrent que quand les puissances multipolaires agissent avec un esprit de responsabilité, la détente, voire la réconciliation entre pays antagonistes est possible. Et dans le cas des relations Syrie-Turquie, une normalisation devient effectivement envisageable dans un futur pas si lointain. Cela ne pourra qu'être fortement positif, aussi bien pour les citoyens des deux pays que pour cette région en général.

    P.S. Recep Erdogan est attendu avec une importante délégation turque le 9 et 10  mars prochain en Russie (sa deuxième visite officielle en une demi-année), dans le cadre de la réunion du Conseil de coopération de haut niveau Russie-Turquie. La poursuite de la coordination dans la lutte antiterroriste en Syrie sera également discutée.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Situation en Syrie (printemps 2017) (94)

    Lire aussi:

    Damas prêt à échanger des prisonniers contre des civils enlevés par les terroristes
    Damas qualifie de «totalement faux» le rapport d’Amnesty International
    L'armée syrienne prête à chasser les djihadistes de la banlieue Est de Damas
    L’armée syrienne reprend le contrôle sur la ville de Serghaya, près de Damas
    Tags:
    relations, Damas, Ankara
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik