Ecoutez Radio Sputnik
    Kazan

    Sommet de Kazan, prochain point d’orgue des relations Russie-Monde musulman

    © Sputnik. Maxim Bogodvid
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    51775344

    La Russie entretient des liens privilégiés avec le monde musulman, une situation due aussi bien aux relations harmonieuses entre chrétiens et musulmans dans le pays qu’aux rapports équilibrés que Moscou entretient avec nombre de pays à majorité musulmane.

    Un état de fait qui devrait se traduire lors du prochain sommet Russie-Monde musulman de Kazan.

    La superbe ville de Kazan, capitale de la République du Tatarstan et troisième capitale officielle de Russie (après Moscou et Saint-Pétersbourg), accueillera du 18 au 21 mai prochain un important sommet économique international: « Russie-Monde musulman ». Plus de 2 000 visiteurs venant de 50 pays y sont attendus.

    Le sommet est organisé avec le soutien du Conseil de la Fédération de Russie (chambre haute du Parlement russe) et des autorités de la République du Tatarstan. Le but dudit sommet est de renforcer les liens économico-commerciaux, scientifico-techniques et culturels entre la Russie et les pays membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI). Plus de 1 500 personnes ont participé au sommet de 2016: des représentants de l'élite politique, économique, diplomatique, scientifique de 51 pays du monde musulman.

    Cette année, plusieurs représentants gouvernementaux ont confirmé leur participation, notamment de Turquie, de Tunisie ou encore des Émirats arabes unis. La classe politique russe sera également bien représentée à ce sommet. Qu'est-ce qui les attire tous à ce sommet?

    Rappelons tout d'abord que la Russie, bien qu'étant un pays majoritairement chrétien, est aussi le pays d'un grand nombre de musulmans — des citoyens russes à part entière. Sur une population totale d'un peu plus de 146 millions d'habitants, 14,5 millions se revendiquent de l'islam, soit 10 % de la population totale. Soulignons que nous parlons bien de citoyens russes musulmans et non de migrants en provenance de pays à majorité musulmane, lesquels sont par ailleurs nombreux, notamment en provenance des anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale.

    L'expérience russe est effectivement unique en ce sens, car chrétiens et musulmans russes vivent en harmonie depuis de longs siècles. Et malgré les défis liés au terrorisme et à l'extrémisme religieux que traverse aujourd'hui le monde — Russie y compris —, c'est un fait reconnu qu'en Russie il n'y a pas de tensions majeures entre les représentants des différentes confessions religieuses. Au contraire, l'écrasante majorité des musulmans de Russie, qu'ils soient Tatars, Tchétchènes, Ingouches, Bachkirs ou autres, revendiquent haut et fort leur appartenance à l'État russe, et leurs sentiments patriotiques n'ont rien à envier à ceux des autres citoyens du pays.

    Une expérience caractéristique de la Russie et de certains pays d'ex-URSS, notamment d'Asie centrale à majorité musulmane, qui a perduré depuis la période impériale jusqu'à ce jour. Elle a également permis de bâtir une relation de confiance avec plusieurs États musulmans non issus de l'Empire russe ou de l'ex-URSS, qu'il s'agisse de l'Iran, de la Turquie ou de plusieurs États dans le monde arabe.

    Si les relations russo-iraniennes datent de plusieurs siècles, évoquons l'alliance avec la Syrie, vieille de plusieurs décennies ou les relations avec l'Égypte, le principal partenaire économico-commercial de la Russie dans le monde arabe. Moscou entretient par ailleurs des relations suivies avec les pays du Maghreb — Algérie, Maroc et Tunisie — et cultive un partenariat stratégique avec la Turquie, dont la population fait majoritairement plus confiance à la Russie qu'à « l'allié » étasunien, à en croire un récent sondage Gallup. Une confiance qui fait fi des nombreuses guerres russo-turques dans l'histoire et de l'appartenance d'Ankara à l'OTAN, une organisation à priori anti-russe, ou encore malgré plusieurs désaccords évidents, toujours d'actualité, notamment sur la situation en Syrie.

    Et c'est loin d'être une exception. Une chose saute aux yeux: les populations musulmanes, notamment arabes, font généralement bien plus confiance à la Russie qu'à l'Occident, ce qui n'est pas forcément le cas de leurs élites politiques. Et d'après certains de mes collègues, russes et étrangers, vivant et travaillant dans certains pays arabes dont les leaders sont des alliés déclarés des États-Unis et du bloc occidental, les sentiments de la population sont bien souvent à l'opposé. C'est un signe avant-coureur.

    Est-ce si étonnant? Pas tant que cela. Car malgré toute la propagande russophobe propagée par le mainstream, les populations en question ont maintes fois pu analyser qui avaient le plus de respect envers leurs souverainetés nationales, mais aussi envers la souveraineté sur leurs ressources. Et dans ces deux cas, pas besoin d'être un expert en géopolitique ou en géoéconomie pour y voir clair.

    Une chose est certaine. La présence américaine, et plus globalement occidentale, est de plus en plus contestée dans le monde musulman, notamment au Proche et au Moyen-Orient. La vive inquiétude et même l'hystérie qui caractérisent aujourd'hui les élites politiques, financières et médiatiques occidentales sont entre autres dues à cela. Elles savent que plus le temps passe et plus de pays, y compris leurs proches « alliés », leur montreront la porte. C'est une question de temps. D'ici là, la Russie ne se presse pas. Elle attend. Tout en défendant avec ardeur ses alliés et ses partenaires stratégiques, de même que ses intérêts — chaque pays en possède. Le tout dans un cadre une fois encore multipolaire.

    Et c'est pourquoi le Sommet Russie-Monde musulman 2017 de Kazan sera sans aucun doute un succès, peut-être sans précédent.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Témoignage: horreurs de la vie sous le siège terroriste à Al-Foua et Kefraya
    Karabakh, un très bel avenir avec ses voisins.
    Après la Syrie, Moscou se tourne vers la Tunisie et le Maroc
    Printemps arabes : la fin de l’angélisme occidental ?
    Tags:
    relations, musulmans, Kazan, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik