Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamín Netanyahu

    Pourquoi Israël ne peut pas être un partenaire de confiance de la Russie?

    © AP Photo/ Menahem Kahana
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    155174071923

    Nouvelle visite de Netanyahu en Russie est une nouvelle tentative de convaincre le leadership russe de changer de cap géopolitique. Pourquoi probablement en vain?

    Avant de rentrer dans les détails des cartes contemporaines, il est essentiel de rappeler brièvement l'historique des relations entre l'URSS et l'État sioniste. Le principal à retenir étant que depuis l'apparition de l'État d'Israël et dans le contexte de la Guerre froide, les relations diplomatiques entre l'État sioniste et l'URSS se remarquaient surtout par leur absence. L'opposition était nette: les USA soutenant Israël (qui est encore leur principal allié à ce jour dans la région et l'un des principaux en général), l'URSS ayant au contraire toujours soutenu la cause des pays arabes opposés à Israël.

    Mais les tensions existantes ne se limitaient pas à l'absence des relations diplomatiques. Il est en effet important de rappeler que plusieurs attaques visant des représentations soviétiques à différents endroits du monde et imputées aux extrémistes radicaux sionistes ont eu lieu durant cette période. Les relations diplomatiques n'ont été officiellement rétablies qu'à l'éclatement de l'Union soviétique, avec l'arrivée dans la Russie post-soviétique d'une équipe dirigeante ouvertement libérale et orientée vers l'Occident. Depuis lors tout semblait aller bien dans ces relations bilatérales mais qu'en était-il vraiment? Et surtout qu'en est-il aujourd'hui?

    Si la Russie tente de garder un maximum de contacts avec les citoyens israéliens russophones, c'est effectivement dans le cadre du concept de « Monde russe » visant à garder un maximum de liens avec les personnes parlant la langue russe où qu'ils soient, tout en assurant la promotion de la langue et de la culture russes dans divers endroits du monde. Mais politiquement parlant, les relations russo-israéliennes étaient-elles si « appaisées », notamment à partir des années 2000 — période à partir de laquelle la Russie commence, progressivement, à récupérer la place qui lui revient dans l'arène internationale? Pas vraiment. Ne serait-ce que pour la raison que la Russie continue d'insister sur la création d'un État palestinien en bonne et due forme, avec Jérusalem-Est pour capitale. Et les nombreux votes à ce sujet au niveau de l'Organisation des Nations Unies, comme les nombreux rappels de la diplomatie russe à ce sujet ne font que le confirmer. Et même les représentants du lobby pro-israélien basés à Moscou n'ont pas réussi à faire abandonner à la Russie cette position que ce soit au niveau politique ou diplomatique.

    Tout s'accélère avec la crise en Syrie, la République arabe syrienne étant un allié de Moscou depuis des dizaines d'années. C'est dans le cadre de cette alliance que la Russie intervient militairement en Syrie à la demande officielle du gouvernement légitime de Damas afin de l'aider à lutter contre les groupes terroristes présents sur son territoire. Israël, de son côté, faisait partie dès le départ de ce conflit de la «coalition» de pays souhaitant faire tomber le président al-Assad (ennemi de longue date de Tel-Aviv), mais aussi faire perdurer le chaos autant que possible. Sachant d'autant plus que la République syrienne a le soutien (en plus de celui de la Russie) de l'Iran et du Hezbollah libanais — ennemis jurés de l'État sioniste.

    Pour cela, Israël ne s'est pas seulement limité à une rhétorique hostile à Damas et à un soutien verbal aux terroristes: il l'a confirmé par les faits. En effet, des représentants de plusieurs groupes terroristes ont reçu des soins dans des hôpitaux israéliens, tandis que des armements et des moyens de transport de production israélienne ont été retrouvés au sein de plusieurs groupes terroristes. Enfin, et cela est le comble: l'aviation israélienne a effectué plusieurs frappes en territoire syrien, visant les forces gouvernementales sans jamais (!) s'attaquer à un quelconque groupe terroriste, Daech ou Al-Qaida compris. Évidemment, ces actions ont fait apparaitre au grand jour les tensions existantes entre Moscou et Tel-Aviv.

    Et là encore ce n'est pas tout. Alors qu'Israël reste l'allié par excellence de Washington au Proche et au Moyen-Orient (dépassant par la même occasion l'Arabie Saoudite), un rapprochement évident a été observé entre Téhéran et Moscou. Aussi bien en raison d'une vision de facto similaire en ce qui concerne la lutte antiterroriste en Syrie, mais également d'une convergence de points de vue sur plusieurs dossiers régionaux et internationaux. À ce titre, il ne faut pas oublier qu'au-delà de la lutte armée fructueuse contre le terrorisme en terre syrienne, les deux pays jouent (avec la Turquie) un rôle clé dans l'espace diplomatique en charge de résoudre une bonne fois pour toute la crise syrienne dans le cadre des pourparlers d'Astana. D'ailleurs, là aussi les résultats sont plus qu'encourageants.

    Tout cela ne plait pas à Israël, qui ne cache pas son opposition à l'accord de cessez-le-feu en Syrie (qui ne concerne évidemment pas Daech, Al-Qaida et affiliés), ce qui revient à dire que Tel-Aviv souhaite tout simplement la poursuite du bain de sang en territoire syrien. Évidemment, sa peur est motivée par plusieurs facteurs: l'alliance russo-iranienne, le renforcement de l'État syrien qui aura lieu après la victoire totale sur les groupes terroristes et la relance de l'économie (avec le soutien des alliés de la Syrie). Mais aussi par le fait que désormais il y aura face à l'État sioniste un Hezbollah encore plus expérimenté et renforcé par l'expérience unique des combats acquise grâce à la lutte contre les terroristes en territoire syrien (d'autant que la douloureuse expérience de 2006 n'est toujours pas oubliée du côté des responsables à Tel-Aviv).

    Plus récemment, un autre dossier a ravivé les tensions russo-israéliennes. L'ambassadeur israélien en Russie, Gary Koren, a été convoqué par le ministère russe des Affaires étrangères, suite à la décision de la Pologne de ne pas autoriser la Russie à participer à la construction d'un musée et d'un lieu commémoratif pour les victimes du camp d'extermination de Sobibor. Décision qu'Israël a soutenu. Voici sur ce sujet le commentaire de Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères: « À titre personnel, je refuse d'accepter la position d'Israël. La décision des autorités israéliennes est inacceptable et cynique. Cette position est à la limite d'une trahison historique ». Trahison historique en effet lorsqu'on connait les sacrifices de l'armée rouge et du peuple soviétique pour anéantir la peste brune nazie. Et lorsqu'on sait ce qui aurait pu advenir du peuple juif sans les sacrifices consentis par l'URSS.

    Plusieurs choses sont certaines: Israël reste l'un des principaux alliés des États-Unis — dont la Russie reste un adversaire indiscutable et de premier plan. En outre, il est fermement opposé à l'ère multipolaire qui s'ouvre et dans laquelle il voit clairement un danger pour lui (création tant attendue de l'État de Palestine, évolution des alliances et des réalités régionales). Tout cela pour dire que Netanyahou peut faire autant de visites en Russie qu'il le souhaite, Moscou sait ce qu'il a à faire. Les changements au niveau international ne sauront être stoppés, Tel-Aviv doit en prendre bonne note.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Pourquoi Israël et les USA frappent la Syrie
    Une rencontre secrète sur la Syrie aurait eu lieu entre Tel-Aviv, Washington et Moscou
    Israël s’applique à supprimer la présence militaire iranienne en Syrie
    Tags:
    politique, Benjamin Netanyahou, Vladimir Poutine, Israël, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik