Ecoutez Radio Sputnik
    le Dr Edouard Bizimana, l’ambassadeur du Burundi et Vladimir Poutine

    Edouard Bizimana: «La Russie s’est dressée contre ce comportement voyou occidental»

    © Sputnik. Mikhail Klimentyev
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    33123021051

    Dans la suite de notre entretien avec Edouard Bizimana, l’ambassadeur du Burundi en Russie évoque la situation de son pays, et plus largement des pays africains, sur l’échiquier mondial. Pour Edouard Bizimana, le constat est clair: le développement de l’Afrique passe par la multipolarité.

    Sputnik: On a l'impression que depuis l'échec de la tentative de faire tomber le gouvernement légitime de Syrie, les gouvernements de plusieurs pays occidentaux souhaitent malgré tout poursuivre dans la voie de la déstabilisation d'autres nations. Le Venezuela a été récemment visé. Mais vraisemblablement le Burundi l'est également. Qu'en pensez-vous?

    Edouard Bizimana: J'ai l'impression qu'il y a des pays occidentaux qui veulent se (re) construire sur les décombres des autres. Il est devenu clair que tous les prétextes sont bons pour ces pays pour faire tomber tel ou tel régime afin de mettre la main sur les richesses du pays. Les conséquences des guerres provoquées ne les émeuvent pas, car ce qui importe pour eux ce sont ces richesses.

    Quand on voit actuellement les milliers d'Africains mourir en Méditerranée, des milliers et des milliers de Syriens, d'Irakiens et d'Afghans prendre le chemin de l'exil et l'hypocrisie de certains pays occidentaux prétendant vouloir aider ces réfugiés, alors que ce sont ces mêmes pays qui sont à l'origine du chaos dans les pays d'origine des réfugiés, je me demande pourquoi le monde ne se lève pas pour dire non.

    Je salue ici le courage de la Fédération de Russie qui a eu le courage de se dresser contre ce comportement voyou de certains pays occidentaux, qui créent de l'instabilité et du chaos dans le monde. N'eût été l'intervention de la Russie, la Syrie serait déjà tombée aux mains des terroristes. C'est cette agressivité et l'ingérence illimitée dans les affaires intérieures des États qui poussent certains d'entre eux à se lancer dans une course aux armements pour se protéger contre cet impérialisme d'un autre âge. Le cas de la Corée du Nord est là pour rappeler la triste réalité.

    Ce qui se passe au Venezuela est loin d'être une affaire interne, comme certains aiment le répéter pour distraire l'opinion. La volonté de certaines puissances occidentales de changer le régime en place au Venezuela n'est qu'un secret de Polichinelle caché dans un tiroir. Le Burundi en a fait l'expérience et ce sont toujours les pyromanes qui se transforment en sapeurs-pompiers sous la casquette de bienfaiteurs, de défenseurs des droits de l'homme et de donneurs de leçons.

    Sputnik: Depuis votre nomination au poste d'ambassadeur en Russie (après avoir occupé ce poste en Allemagne), on observe une dynamisation des relations russo-burundaises, et ce dans différents domaines: commerce, investissements, formation des cadres, Défense, entre autres. On a suivi la participation de plusieurs hauts cadres burundais à différents grands événements tenus en Russie. Peut-on aujourd'hui parler d'une alliance de votre pays avec la Russie? Ou est-ce encore en cours d'élaboration?

    Edouard Bizimana: Depuis un certain temps, les relations entre le Burundi et la Fédération de Russie connaissent un élan extraordinaire, même si elles ont été toujours très bonnes. Depuis mon arrivée à Moscou, j'ai bénéficié d'un soutien accru des autorités russes et cela m'a permis d'entamer de nouveaux chantiers. Des efforts particuliers sont en train d'être faits pour rendre plus dynamiques les relations économiques entre le Burundi et la Fédération de Russie. La coopération avec les régions est un autre aspect qui bénéficie de beaucoup d'attention. En outre, la promotion des relations culturelles entre nos deux pays reste l'une de mes priorités.

    Le nombre d'accords de partenariat ou de coopération déjà signés en l'espace d'une année, les visites de haut niveau qui ont eu lieu et à venir, le nombre de sociétés et d'investisseurs russes qui ont déjà commencé leurs activités au Burundi montrent bien qu'il y a un nouveau chapitre des relations russo-burundaises qui s'ouvre. Il faut noter que tout cela est rendu possible par une convergence d'intérêts, de valeurs et de vision du monde entre le Burundi et la Fédération de Russie sur pas mal de questions de portée internationale. Il y a donc une relation stratégique gagnant-gagnant qui se construit entre les deux pays et qui ne serait possible que grâce à cette convergence.

    Sputnik: Le Burundi, bien qu'étant un petit pays, a vraisemblablement misé sur la défense de sa souveraineté jusqu'au bout et le soutien au système multipolaire du monde. Aujourd'hui, d'autres pays africains se trouvent face à un choix: garder le système existant de domination par des puissances étrangères (occidentales) ou prendre une autre voie. On voit aussi qu'au niveau de la société civile de plusieurs pays africains, la mobilisation pour justement choisir cette autre voie se renforce de jour en jour. On a notamment suivi récemment les manifestations au Mali contre la présence militaire française et pour une alliance avec la Russie. Que vous inspirent ces processus et quel est votre pronostic pour la suite?

    Edouard Bizimana: Eu égard au principe de l'égalité juridique des États, il n'y a pas de petits ou de grands États. On pourrait néanmoins dire qu'il y a des États de dimensions géographiques réduites, le Burundi en fait partie. C'est, à mon avis, cette nuance que beaucoup ne parviennent pas encore à comprendre et la conséquence de cela est l'unilatéralisme observé dans la conduite des affaires du monde. Le Burundi a déjà compris cela et fait valoir le statut que lui confère le fait d'être membre à part entière de la communauté internationale en tant qu'État souverain. Il n'y a donc personne, aucun État aussi puissant soit-il, ne peut et ne doit imposer aux autres la marche du monde. Certains États tentent de le faire en bafouant le droit international qui doit régir les relations entre acteurs de la scène internationale et le résultat, on le voit: le chaos partout, Syrie, Irak, Afghanistan, Libye, Yémen, terrorisme, guerres, déplacements forcés des populations, catastrophes humanitaires, etc.

    Constatons que certains pays, africains surtout, se trouvent face à un dilemme: suivre la marche du monde, qui tend plus vers la multipolarité, ou garder le statu quo sous peine de se voir détruits par les puissances occidentales qui les exploitent sans scrupule et les gardent dans un état de dépendance permanent. Évidemment, toute tentative d'émancipation est punie de la peine capitale: le cas de Gbagbo, de Kadhafi, de Sankara, etc. sont plus qu'éloquents.

    L'Afrique de l'Ouest et centrale, confrontées à une exploitation de la France avec le franc CFA donnent à réfléchir. Toute tentative d'émancipation monétaire de ces pays donne lieu à des représailles sans merci, car la France ne pourrait pas vivre sans les ressources que lui versent ces pays. La plupart de ces pays sont devenus incapables de défendre leur territoire national et c'est la France qui doit assurer leur protection.
    La plupart de ces pays sont exposés aux attentats terroristes et à des mouvements d'humeurs pouvant balayer un régime en quelques jours: Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Mali, Niger, Cameroun, etc. La prolifération, sous forme de génération spontanée, de groupes terroristes et de groupes rebelles dans certains pays africains ne serait pas étrangère à la volonté de certaines puissances occidentales de maintenir des pays sous leur domination pour alimenter leurs économies. L'accès aux ressources stratégiques comme l'uranium (Niger et Mali) et l'or (Mali) serait à l'origine de la situation délétère qui s'observe en Afrique occidentale et centrale. Pour arriver à une telle situation, il a fallu détruire la Libye de Kadhafi et lâcher dans la nature des milliers et des milliers d'armes.

    Il est donc temps pour ces pays de briser les chaînes du colonialisme, peu importe le prix à payer. Cela demandera des sacrifices et un engagement sans faille comme au temps des luttes pour l'indépendance. Le Burundi a déjà compris cela et sa lutte s'inscrit dans cette logique d'émancipation de l'exploitation occidentale pour jouir pleinement de ses ressources, de décider seul de ses choix politiques, économiques et sociaux, qui tiennent compte des besoins de la population burundais.

    Il est intéressant de voir comment la société civile dans certains pays, comme le Mali, le Sénégal, commence à se rendre à l'évidence de cette nouvelle forme de colonialisme pour exiger des changements profonds. On a vu de jeunes Maliens et Sénégalais se lever pour dire non au franc CFA, pour manifester contre la présence des troupes françaises, etc. ce qui constitue un signe de ras-le-bol. Il est probable que les Maliens ont vu les images, largement partagées par les réseaux sociaux, de soldats français en train de creuser le sol pour extraire de l'or alors qu'ils sont supposés être en train de lutter contre les terroristes.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Macron digne héritier de la Françafrique
    Attaques à la grenade dans des bars au Burundi: 3 morts, des dizaines de blessés
    Esclavage en Libye : que les vrais responsables assument leurs actes !
    Tags:
    relations, Edouard Bizimana, Burundi, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik