Ecoutez Radio Sputnik
    Et l’alternance politique, Frau Merkel?

    Et l’alternance politique, Frau Merkel?

    Facebook/Sputnik Deutschland
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    Élections législatives en Allemagne (2017) (43)
    18192

    L’Union européenne, et plus généralement l’Occident politique, adore donner des leçons de «démocratie» et «d’alternance politique» aux quatre coins de la planète. En oubliant bien souvent de balayer devant sa porte. Les législatives allemandes en sont un exemple.

    Angela Merkel est au pouvoir en Allemagne, la principale économie de l'UE, depuis maintenant douze ans. Et elle ne devrait pas s'arrêter là. En effet, après la victoire de la CDU aux législatives, la chancelière est désormais candidate pour un quatrième mandat.

    Nous n'allons pas spéculer ici, comme certains «bien-pensants» aiment à le faire, pour savoir si les Allemands mériteraient mieux que Mme Merkel au vu des nombreux défis qu'affronte l'Allemagne nous n'allons pas non plus nous demander si le temps serait venu pour elle de laisser la place à d'autres politiciens allemands. Après tout, n'est-ce pas «d'alternance» que les élites occidentales aiment parler à longueur de journée à propos de nombreux pays, principalement non-occidentaux? Surtout lorsqu'on se rappelle que Berlin se considère à beaucoup de titres comme le moteur de l'Europe bruxelloise.

    Pourquoi? Car cela n'est pas de notre ressort, mais de celui des citoyens allemands d'en décider.

    Mais le souci qui nous occupe ici, c'est qu'une fois de plus on fait face à une hypocrisie occidentale évidente. Pratiquement aucun média central, pas plus qu'aucun politicien de poids en Occident, n'a remis en cause la longueur du mandat de Frau Merkel. Alors, la question qui se pose est relativement simple: «De quel droit les "bien-pensants" occidentaux ne cessent de mettre leur nez (ou tentent de le mettre) dans les processus politiques en Russie, Chine, Syrie, pays d'Afrique, d'Amérique latine, Iran, Turquie, et ainsi de suite…?»

    Soyons honnêtes. Pour beaucoup de Russes, comme de Chinois, d'Africains ou de Latino-Américains, le choix politique des Allemands importe peu, voire pas du tout. Pour certains, respect de la souveraineté oblige, pour d'autres tout simplement par manque d'intérêt. Alors quand est-ce que les Occidentaux, et surtout les élites occidentales, se débarrasseront une bonne fois pour toutes de la mentalité coloniale qui les caractérise? Il est certain que si nous avions posé cette question il y a 25 ans, à la chute de l'URSS, voire il y a 15 ans, beaucoup nous auraient ri au nez. L'Occident était omnipuissant et se considérait être en droit de décider de l'avenir de tous.

    Sauf que les temps ont irrémédiablement changé, mes chers amis. Le monde multipolaire n'acceptera plus jamais le diktat d'un bloc limité de pays, et plus particulièrement d'une caste d'hommes politiques vampirisant l'humanité. Tout cela c'est fini.

    En ce sens, quelle alternative proposent des pays comme la Russie ou la Chine, fers de lance de la nouvelle réalité? La réponse est la suivante: respecter la souveraineté de tous les États, sans exception. Et tenir compte des spécificités culturelles et religieuses de chaque nation, qui font d'ailleurs la beauté de notre planète, le tout dans le strict respect du droit international.
    C'est si difficile que cela?

    Le concept des «valeurs universelles» dont use tellement la propagande de l'Occident politique ne fait plus recette. Surtout depuis que les citoyens aux quatre coins de la planète, y compris de nombreux citoyens de pays occidentaux,  ont compris ce qui se cachait derrière ces belles paroles… la justification de crimes contre l'humanité, l'exploitation des ressources des peuples non-occidentaux, la violation de la souveraineté des populations, ainsi que leur dignité purement et simplement bafouée..

    Il n'y a pas de modèle unique pour le monde et il n'y en aura jamais. C'est en cela que le concept multipolaire est probablement le plus juste et le mieux adapté qui puisse être, bien plus que l'ancien système bipolaire. Il ne se compare même pas au diktat unipolaire qui existait depuis la fin de l'URSS, jusqu'à ce qu'un certain nombre de pays décident d'y mettre un terme.

    Les élites occidentales finiront-elles par accepter une réalité qu'il est aujourd'hui simplement idiot de vouloir remettre en cause? À court et moyen terme, très probablement non. Car la mentalité coloniale, comme une maladie chronique, ne se soigne pas du jour au lendemain. Il faut encore du temps.

    En attendant, la multipolarité continuera son chemin, quel que soit le défi. Le diktat n'a plus lieu d'être.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Élections législatives en Allemagne (2017) (43)

    Lire aussi:

    La multipolarité, c’est aussi en économie!
    Nouvelles sanctions, la Russie dit... merci et garde le cap
    Contre vents et marées, la Russie diversifie ses relations extérieures
    Tags:
    économie, Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Allemagne, Union européenne (UE), Angela Merkel, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik