Ecoutez Radio Sputnik
    Samy Ammar

    Samy Ammar: «La Russie est une priorité de la politique extérieure égyptienne»

    © Sputnik .
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    2100

    Le récent Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) a accordé une grande attention au partenariat avec les pays africains. Ce fut également une occasion importante de parler d’échanges entre les jeunesses de Russie et d’Afrique. Entretien avec Samy Ammar, participant égyptien au SPIEF 2018.

    Samy Ammar, en tant que responsable des relations extérieures du ministère égyptien de la Jeunesse, est un expert en matière de la politique à destination des jeunes. Il est de plus journaliste spécialisé dans les affaires internationales au journal Youm7.

    Sputnik: Vous avez pris part au Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Quelle a été votre impression sur cet événement?

    Samy Ammar: Le Forum économique international de Saint-Pétersbourg a été une plateforme fructueuse pour moi, de même que pour des chefs d'entreprises du monde entier. Ceci est une preuve des capacités économiques de la Russie à l'échelle mondiale et une opportunité pour les secteurs prometteurs de l'économie russe à présenter leurs plans et leurs mégaprojets d'investissement en Russie.

    Spuntik: Durant l'édition de cette année du forum, une attention particulière a été accordée à l'Afrique, à un moment où la Russie renforce activement son interaction avec le continent. En outre, les défis de la jeunesse ont été également abordés. En tant que représentant de l'Égypte, du continent africain, mais également de la jeunesse, considérez-vous que ces questions ont été traitées équitablement?

    Samy Ammar: Oui, je le pense, car la plupart des sessions de travail qui étaient dédiées à l'Afrique ont justement mis en lumière toutes les questions clés, dont les opportunités et les défis de la jeunesse africaine. Permettez-moi aussi de mentionner la Journée de la Jeunesse, qui s'est déroulée le 26 mai dernier —lors de la dernière journée du SPIEF 2018, durant laquelle un excellent groupe de panélistes a fait un discours sur la jeunesse africaine.

    Par ailleurs, j'étais ravi d'avoir à mes côtés Francine Furaha Muyumba, la présidente de l'Union panafricaine de la Jeunesse, qui a prononcé un discours riche sur les potentiels de la coopération transfrontalière entre l'Afrique et le reste du monde. Quant à l'interaction de la Russie avec notre continent, le réseau des organisations de jeunesse agit en priorité pour construire les ponts nécessaires entre les deux parties et combler le fossé pour d'autres collaborations ultérieures.

    Sputnik: Que pouvez-vous dire au sujet du potentiel d'autonomisation des jeunes égyptiens?

    Samy Ammar: Eh bien, sans aucun doute, la jeunesse égyptienne a de nombreux défis en matière d'autonomisation économique et politique. Nous avons la pauvreté, les bidonvilles, le chômage et un taux faible de participation aux élections, à titre d'exemples. En revanche, pour pouvoir relever ces défis, les potentiels augmentent. Le réseautage avec les organisations de jeunesse russes et internationales est une clé pour autonomiser la jeunesse égyptienne en mettant à profit les échanges et les protocoles d'entente afin de renforcer les capacités des jeunes. Le ministère égyptien de la Jeunesse pour lequel je travaille depuis 2009 met déjà en œuvre de nombreux programmes de soutien aux jeunes PME, des projets de microfinance, d'entrepreneuriat et d'autres programmes d'autonomisation politique et de sensibilisation.

    Sputnik: Outre en Afrique, votre pays, l'Égypte, est également un pays-clé dans la région du Proche-Orient. Nous connaissons tous les problèmes auxquels cette région est confrontée, notamment liés à l'extrémisme. Selon vous, que faut-il faire pour empêcher les jeunes de suivre des idéologies extrémistes?

    Samy Ammar: Tout commence par la pauvreté. Je crois que le problème de la pauvreté est la plus large des portes pour le terrorisme. Des milliers de jeunes gens du Moyen-Orient sont recrutés et utilisés pour la violence terroriste. La pauvreté les rend vulnérables, sans oublier le manque de conscience religieuse qui joue également son rôle dans bien des cas. Pour remédier à cela, l'Égypte et ses partenaires régionaux ont désormais des protocoles et des partenariats afin de permettre à Al-Azhar (l'une des principales universités d'étude de l'islam basée au Caire, ndlr) et à d'autres institutions religieuses de lutter efficacement contre la propagation des idées extrémistes et proterroristes. Et tout cela malgré les nombreux défis économiques et situations troublées en Égypte, notamment en raison d'une forte inflation.

    Sputnik: La Russie et l'Égypte ont des liens historiques forts et anciens. Comment évaluez-vous les relations actuelles entre les deux pays?

    Samy Ammar: La Russie est une priorité de la politique extérieure égyptienne. En 2010, l'Égypte avait accueilli 2,8 millions de touristes russes, ce qui représentait un énorme revenu pour le Trésor égyptien et ce qui a permis de créer de nombreux emplois à Hurghada et Charm el-Cheikh.

    La coopération militaire et scientifique reste également vitale. Il faudrait se souvenir que l'Union soviétique avait construit un grand nombre d'installations en Égypte, parmi elles le premier centre de recherche nucléaire d'Anshas, mis en service en 1961. Sans oublier la conception du haut barrage d'Assouan. Aujourd'hui, la Russie s'apprête à construire la première centrale nucléaire du pays —il s'agit du projet de la centrale nucléaire d'El-Dabaa. Ce que je veux dire, c'est que déjà les relations russo-égyptiennes sont réellement stratégiques. Et cela ne concerne pas seulement les liens politiques et économiques, mais également la culture, le tourisme, l'histoire, la religion et de nombreux autres domaines d'intérêt commun. Et je pense aussi que les deux pays ont un avenir encore plus prometteur en termes de partenariats.

    Sputnik: Selon vos observations, comment la Russie est-elle perçue par les jeunes d'Égypte et du Proche-Orient?

    Samy Ammar: La Russie est un sérieux espace d'opportunités. La jeunesse égyptienne s'intéresse beaucoup au potentiel académique et commercial de la Russie. Lors de ma participation au Festival mondial de la jeunesse et des étudiants à Sotchi en octobre dernier, j'ai pu rencontrer plusieurs de mes compatriotes venus d'Égypte, des jeunes brillants avec plein d'idées intéressantes, plusieurs desquels avaient lancé de petites entreprises créatives, de même que des projets académiques. Je dois espérer que la jeunesse égyptienne a de grandes ambitions en Russie.

    Main dans la main, épaule contre épaule, la Russie et l'Égypte peuvent avancer pour la prospérité et le développement des deux parties. Et soyons optimistes quant à l'avenir des relations russo-arabes aussi, surtout connaissant les défis liés à la grande tourmente dans laquelle se trouve la région.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Égypte: plus de 50 ans de désordre politique
    «Les Africains ont un devoir impératif de faire face à leur avenir»
    L’Égypte précise sa position concernant l’envoi de troupes en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik