Ecoutez Radio Sputnik
    Emmerson Mnangagwa

    Présidentielle au Zimbabwe: le peuple a fait son choix

    © REUTERS / Philimon Bulawayo
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    240

    Au Zimbabwe, le Président en exercice, Emmerson Mnangagwa, a remporté l’élection présidentielle. Retour sur les perspectives qui s’ouvrent au pays, tant sur le plan intérieur qu’extérieur.

    Il fallait s'y attendre: le favori de la présidentielle zimbabwéenne est bel et bien le vainqueur du scrutin, et ce dès le premier tour, avec 50,8% des suffrages. La page de l'ère Mugabe, qui reste et restera une grande figure de la lutte contre le néo-colonialisme occidental, semble se tourner. Une chose demeurera quant à elle inchangée: le Zimbabwe défendra tout aussi jalousement son indépendance et sa souveraineté.

    Emmerson Mnangagwa, leader de l'Union nationale africaine du Zimbabwe — Front patriotique (ZANU-PF), le parti au pouvoir depuis l'indépendance du pays, représente en effet aux yeux de nombre de ses concitoyens un espoir de renouveau, avant tout dans le domaine économique, et de création d'emplois, surtout pour les jeunes. Et si, dans la capitale Harare, l'opposant Nelson Chamisa a clairement recueilli plus de voix que le Président, alors encore sortant, il est évident que ce dernier jouit dans les régions d'une popularité bien plus importante.

    De l'aveu de beaucoup observateurs, notamment étrangers, venus en nombre à ces élections, le scrutin s'est déroulé dans la transparence, le respect des normes démocratiques et dans le calme. Plusieurs d'entre eux n'ont d'ailleurs pas manqué de relever qu'un vent de liberté soufflait durant le déroulement du processus électoral. Il est pratiquement certain que l'establishment occidental aurait largement préféré une issue différente à ce scrutin, sachant que le candidat Nelson Chamisa est clairement sympathisant du camp occidental, sans oublier ses menaces vis-à-vis des intérêts chinois au Zimbabwe.

    Mais l'Occident devra s'y faire: la souveraineté et la dignité de ce pays ne sont pas négociables, et ce malgré les problèmes qui restent à résoudre sur le plan intérieur. Quant à l'opposition, elle devrait respecter le choix des urnes. Et surtout éviter de prendre part aux tentatives de déstabilisation que certaines forces bien connues souhaiteraient évidemment mettre en œuvre. Une opposition qui se sachant perdante avait commis avant même la proclamation des résultats par la Commission électorale plusieurs actes de violence, avec comme conséquences des victimes à déplorer.

    Il faudrait pour conclure comprendre plusieurs choses: d'abord, les scénarios à l'occidentale des révolutions de couleur auront de plus en plus de mal à fonctionner, sachant que les peuples sont de plus en plus aux aguets. Ensuite, les populations africaines sont certainement même largement plus en avance de ce point de vue que les sociétés occidentales. Enfin, l'option à toujours privilégier étant le dialogue national pour régler les différends existants, sans aucune interférence extérieure et dans le strict respect de la souveraineté du pays. Le Zimbabwe avait fait preuve de beaucoup de maturité politique au moment de la démission de Robert Mugabe, en novembre dernier. La transmission de pouvoir s'était alors faite sans coup de feu, sans violences, et dans le strict respect de la personne du Président qui reste pour beaucoup l'incarnation de la lutte nationale pour l'indépendance et contre l'impérialisme. Aujourd'hui, la nation zimbabwéenne a fait de nouveau preuve de maturité lors de ces élections. Ce qui inspire l'optimisme concernant son avenir. Il ne reste donc plus qu'à souhaiter que le pays puisse effectivement aller de l'avant pour régler les problèmes existants, tout en continuant à travailler avec ses partenaires stratégiques, aussi bien d'Afrique qu'au-delà, en premier lieu la Chine et la Russie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

     

    Lire aussi:

    Le Zimbabwe, un exemple pour l’Afrique subsaharienne francophone?
    Mugabe: une présidence aux erreurs fatales
    Le Président et le chef de l’armée du Zimbabwe: rencontre de la dernière chance? (images)
    Tags:
    Nelson Chamisa, Emmerson Mnangagwa, Zimbabwe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik