Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    L’affaire Benalla, Twitter, et la Russophobie en action

    © REUTERS / Philippe Wojazer
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    Affaire Benalla (79)
    15243

    Depuis plusieurs jours circule la rumeur, complaisamment relayée par une certaine presse mais aussi par des membres du gouvernement français : l’affaire « Benalla » aurait été gonflée par des compte twitter qualifiés de « russophiles » puis de « russes » . On parle ainsi de la « russosphère » ….

    A l'origine de cette rumeur, une ONG, travaillant en Belgique: ReputatioLab. Mais, cette rumeur a révélé à la fois la présence de biais idéologique très important dans le travail de cette ONG et une entreprise de fichage à grande échelle sur Twitter. De fait, cette « rumeur » s'est retournée contre ses auteurs et elle est un nouveau pavé dans la marre dans l'affaire Benalla.

    Faits, rumeurs, et russophobie

    Cette rumeur provient d'une communication d'une ONG. Mais, cette « étude » a été vivement critiquée, et sa méthode de travail a suscitée beaucoup d'interrogations, du fait d'a-priori non-scientifiques. Alors, il faut tout d'abord rappeler que l'émotion autour de cette affaire ne vient pas de twitter. Les télévisions ont enregistrées des pics d'audiences remarquables dans la période du 19 juillet au 1er août. L'intérêt du public a été bien réel et important.

    Pourtant, on doit s'interroger sur l'usage qui est fait par une certaine presse de cette étude, mais aussi par des membres du gouvernement, comme Benjamin Griveaux, afin de déconsidérer tous ceux qui s'interrogent à juste titre sur l'affaire Benalla. Benjamin Griveaux a ainsi affirmé lors du compte-rendu du Conseil des ministres « se réjouir que toute la transparence soit faite sur la diffusion de ce type de messages » et jugé positive l'initiative du groupe de centre-droit Agir, qui a demandé au président de la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla, de faire en sorte que la commission se saisisse de « la manipulation attribuée aux comptes russophiles sur Twitter pour déstabiliser l'exécutif français.

    Or, cette étude repose essentiellement sur une « russophobie » obsessionnelle, russophobie qui provient des milieux proches de la Commission européenne. Mais, ce qui est plus grave, est qu'elle pourrait avoir permis de ficher les opposants.

    L'affaire Benalla et ses conséquences

    Rappelons donc tout d'abord que l'affaire Benalla, ou plus précisément l'affaire Benalla-Macron est du domaine du réel. Un collaborateur de l'Elysée est intervenu, sans mandat et sans invitation de la Préfecture de Police mais sous déguisement le faisant passer pour un policier, pour brutaliser des manifestants lors de la manifestation du 1er mai à Paris. Il est intervenu à plusieurs reprises, et pas seulement sur la place de la Contrescarpe comme on pouvait le penser initialement. Il a été certes sanctionné en interne, encore que la réalité de la sanction ne soit pas prouvée, mais l'Elysée aurait du prévenir le Procureur de la République et n'en a rien fait. Or, il a violé la loi à de multiples reprises, et c'est ce qui donne toute sa dimension judiciaire à cette affaire.

    On a appris, par la suite que ce collaborateur avait un rôle réel plus important que celui qui lui avait été initialement reconnu par l'Elysée, qu'il possédait une arme, qu'il s'était fait aider par d'autres personnes, travaillant pour le parti LREM qui, elles aussi, détenaient des armes, armes qui furent saisies lors d'une perquisition au siège du dit parti. D'autres faits troublants sont venus démentir la « version officielle » de l'affaire ainsi que celle présentée par Alexandre Benalla au journal de TF-1. J'ai d'ailleurs publié une courte note sur ma page Facebook, reprenant les divers éléments de cette affaire. Il apparaît que le Préfet de Police aurait menti devant la commission d'enquête sur plusieurs points. Nous somme donc ici bien en France, et confrontés à une affaire réelle qui, à raison, ébranle le gouvernement et, au-delà, Emmanuel Macron.

    Le scandale de ReputatioLab

    Pourtant, l'émotion autour de l'affaire Benalla aurait été manipulée. C'est du mois ce que prétend l'étude préliminaire sur l'audience qu'elle a eu. Nicolas Vanderbiest, qui a présenté cette étude reconnaît par ailleurs que LREM aurait pu chercher aussi à établir des contre-feux. Mais, ce qui pose problèmes est (1) l'identification spécifique de comptes qualifiés « d'extrême droite », (2) la référence à un « compte russe » et (3) la constitution de fichiers en contravention avec les règles régissant cette activité tant en France qu'en Belgique (où est situé ReputatioLab). Nicola Vanderbiest a par ailleurs twitté un document où il « définit » ce qu'il appelle les comptes « russophiles ».

    Document 1
    © Photo.
    Document 1

    Les critères de « définition » et « d'identification » posent énormément de problèmes. Il commence par reconnaître qu'il est « impossible sur la base d'une activité en ligne de qualifier quelqu'un comme une personne malveillante à la solde d'intérêts étrangers ». L'affaire aurait dû s'arrêter là. Mais il ajoute: « cependant comme les cas se multiplient d'ingérence russe dans le monde (preuve en Ukraine, USA; Italie et France ». Autrement dit, la reconnaissance d'une impossibilité de définition est renversée par une opinion sur les supposés (réels ou non) cas d'ingérence. On nage en fait en pleine idéologie. Cela n'est pas étonnant quand on regarde les sources de financement de cette ONG, où figurent tant Twitter que la fondation (Open Society) de George Soros.

    Document 2
    © Photo.
    Document 2

    Le fait de partager des contenus de Russia Today ou de Sputnik peut tout aussi bien signifier la volonté de diversifier ses sources d'informations. On nage donc ici en pleine idéologie antirusse. Au-delà, il convient de s'interroger sur une ONG à la méthodologie des plus douteuses et aux méthodes de fichage qui sentent une époque révolue. Le fait que la CNIL se soit saisie de cette affaire montre qu'il faut prendre ce nouveau scandale, scandale à l'intérieur de l'affaire Benalla, très au sérieux.

    L'usage journalistique de ReputatioLab

    Le Kremlin de Moscou
    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    L'usage journalistique et politique de cette « étude » est, par contre, sidérant. La phrase « c'est la faute aux russes » devient alrs l'excuse toute trouvée pour tout politicien dans le pétrin. Cela revient à faire de « l'influence russe » une sorte de Deus ex machina, qui expliquerait tous les malheurs du monde. Cela s'appelle tout simplement de la pensée magique.

    Quant à la « reductio ad Putinem », elle devient elle aussi un de ces « arguments » avec lequel on cherche à faire taire toute opposition. Cela prouve, en un sens, à quel point les possédants et les dominants sont aujourd'hui dépourvus d'arguments solides. Par ailleurs, devant les immenses problèmes posés par la presse « officielle », et la divulgation institutionnelles de « Fake News », il est assez logique que les gens cherchent des moyens d'information alternatifs. En stigmatisant ainsi des médias comme Russia Today ou Sputnik et la recherche de sources d'informations alternatives ces journalistes accréditent le fait que ces médias, eux, semblent plus fiables et plus rigoureux à un nombre croissant de gens.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Affaire Benalla (79)

    Lire aussi:

    Benalla et l’Elysée démentis par les faits
    L’été d’Emmanuel Macron
    EN DIRECT: l'audition du ministre de l'Intérieur Collomb à l'Assemblée nationale
    Tags:
    russophobie, Twitter, Alexandre Benalla
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik