Ecoutez Radio Sputnik
    SMIC

    Une question «oubliée» dans le «débat national» d’Emmanuel Macron: la hausse du SMIC

    © AFP 2019 PHILIPPE HUGUEN
    Points de vue
    URL courte
    Par
    Grand débat national en France (2019) (53)
    21325
    S'abonner

    Le Président a ainsi envoyé une «lettre aux français». Dans ce texte qui brasse large et couvre beaucoup de sujets, il manque cependant un point important: la question du pouvoir d’achat. Cette question ne fait l’objet d’aucun des 4 points. Elle est pourtant essentielle et primordiale: elle est la base même du mouvement des Gilets Jaunes.

    Il y a pourtant un aveu dans cette « lettre »: « parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail… ». Tel est bien, en réalité, l'une des sources de la colère qui s'exprime depuis maintenant deux mois. On remarquera cependant que, jamais, il n'écrit les mots de « pouvoir d'achat ». Il convient donc de rafraichir la mémoire à Emmanuel Macron et aussi de comprendre quelles sont les raisons pour lesquelles il n'est pas plus précis, et plus explicite, sur ce qui est l'une des revendications majeure des Gilets Jaunes.

    Hausse du SMIC et compétitivité de l'économie française

    La question d'une augmentation du SMIC est centrale dans l'ensemble des revendications des Gilets Jaunes. Le Président pense, sans doute, y avoir répondu dans son allocution du 10 décembre1. Mais, ce n'est pas le cas, même si le complément de revenu (car c'est de cela qu'il s'agit) d'environ 90 euros sera le bienvenu dans de très nombreux foyers. Il y a bien un blocage du pouvoir sur la question du SMIC. Ce blocage n'est pas, d'ailleurs, spécifique au pouvoir. Le Rassemblement National, ex-FN, s'y refuse, préférant un système complexe d'exonérations des cotisations sociales2. Nicolas Dupont-Aignan, quant à lui, lie une possible hausse du SMIC à une baisse des cotisations patronales (ce que l'on appelle, à tort, des « charges »)3. Jean-Luc Mélenchon propose bien une forte hausse du SMIC mais semble peu se soucier de l'impact sur la compétitivité de l'économie française d'une telle mesure. Il convient donc de faire le point sur cette question, qu'Emmanuel Macron a voulu exclure du « débat national ».

    Depuis le « tournant » de 1982-1983 le SMIC, qui est l'un des principaux instruments de garantie pour les bas salaires, n'a pas évolué avec la productivité. Il convient ici de rappeler un principe: si le salaire évolue au même rythme que la productivité le partage de la valeur ajoutée entre les salaires et les profits ne change pas. Quand la productivité croit plus vite que le salaire, alors la part des profits augmente au détriment des salaires. L'écart entre l'évolution du SMIC et celle des gains de productivité depuis 1980 est aujourd'hui important. Un rattrapage de l'ordre de 20% s'impose. Cela impliquerait une hausse d'environ 240 euros par mois pour le SMIC, soit bien au dessus et au-delà du mécanisme imaginé par le gouvernement pour apporter 100 euros de revenus à une partie des « smicards ».

    On dira alors qu'une hausse de 20% du SMIC aurait des conséquences graves pour la compétitivité de l'économie française. C'est l'argument du gouvernement mais aussi de Mme le Pen et de Nicolas Dupont-Aignan. Ce n'est pas faux. Dans la mesure où nous ne sommes plus maîtres de notre monnaie, du faite de l'Euro, toute hausse des salaires qui serait répercuté en partie dans les prix, conduirait à aggraver notre déficit commercial qui est un indicateur bien plus important, et bien plus réel, que le déficit budgétaire et la dette. Il faut savoir néanmoins que la répercussion de la hausse des salaires sur les prix ne sera pas égale au montant de cette hausse. Les salaires, en moyenne, représentent un tiers du prix. Si on admet une hausse du SMIC de 20%, qui est nécessaire pour rétablir une justice par rapport au travail, la hausse induite des prix à l'exportation serait donc de 6% environ, ce qui — effectivement — est de nature sur des marchés très concurrentiels à provoquer une baisse de nos exportations ET une hausse de nos importations. Mais il convient de faire le raisonnement inverse: que s'est-il passé quand, en mai 1968, le gouvernement a augmenté le SMIC de 35%? La France a dévalué peu après, et a connu une forte croissance dans les années qui suivirent.

    Le blocage de l'Euro

    En fait, le blocage principal vient de l'Euro. Et l'on peut l'illustrer en regardant ce qui se passerait si la France n'était pas dans l'Euro.

    Toute dépréciation de la monnaie renchérit les produits importés et diminue le prix de nos exportations. Quelle est donc la part de nos consommations qui est importée? Cette dernière est en moyenne d'environ 48%, mais elle peut atteindre 60% pour les ménages les plus riches et 40% pour les plus pauvres. On comprend alors l'attachement à la stabilité des changes des plus riches (parce qu'il y ont le plus à gagner) et la relative indifférence des plus pauvres. Mais, qu'en serait-il avec une hausse du SMIC de 20% accompagnée d'une dépréciation de 20%?

    Une dépréciation de 20% entrainerait une hausse de 20% sur les produits importés, soit une hausse générale des prix de 4,8% en moyenne. On voit que la hausse réelle du SMIC serait alors de 20%-9,6% = 10,4%. L'inflation induite par la dépréciation ne serait donc que de moins de la moitié de la hausse des salaires. En fait, le pouvoir d'achat des ménages les plus pauvres serait moins atteint car ils consomment moins de biens importés que les riches. La hausse du pouvoir d'achat serait de 12% (20%-8%) pour les plus pauvres et de 8% (20%-12%) pour les plus riches à la condition que tous les salaires augmentent autant que le SMIC. Cette hypothèse n'étant pas raisonnable (pour de nombreuses raisons), plus le niveau de revenus des ménages est élevé, et plus le gain est faible. A la limite, pour des revenus qui ne sont pas du tout impactés par le SMIC il y aurait une perte de pouvoir d'achat. La dépréciation de la monnaie aurait donc un effet redistributif important sur les revenus.

    Quant aux prix à l'exportation, il subiraient une hausse qui peut-être calculée comme la hausse des prix induite par la hausse du SMIC PLUS celle induite par l'inflation sur les bas salaires MOINS le montant de la dépréciation monétaire, soit: 6% + 8% — 20% = —6%

    Emmanuel Macron
    © REUTERS / Philippe Wojazer
    On voit que, dans ce scénario, les produits français, en dépit de l'inflation et de la hausse des salaires, amélioreraient leur compétitivité sur les marchés d'exportation mais aussi sur le marché intérieur. Ajoutons que la hausse des prix, induite par la hausse des salaires et par la dépréciation de la monnaie, n'est pas immédiate mais diffuse dans l'économie avec un délai pouvant aller pour certains secteurs à 6 mois et pour d'autres à 18 mois. Les gains à l'exportation ou sur le marché intérieur compenseraient en partie la baisse des profits induite par le rattrapage du SMIC. L'accroissement du volume de la production engendré par les gains à l'exportation et sur les gains le marché intérieur induirait une hausse des investissements. Le PIB du pays verrait son taux de croissance s'accroitre du fait de la hausse de la production mais aussi de la hausse de l'investissement.

    Cela est refusé par Emmanuel Macron, car cela implique que la France sorte de l'Euro. C'est pour cette raison, l'attachement fanatique à l'Euro, que le Président évoque si peu, et de manière si indirecte, la question du SMIC et celle du pouvoir d'achat. A contrario, cela veut dire que l'on ne peut sérieusement aborder la question du pouvoir d'achat pour les « classes populaires » qu'en posant la question de la sortie de la France de l'Euro.

    Reprenons donc les termes de ce débat escamoté. Une hausse du SMIC accompagnée d'une sortie de l'Euro et d'une dépréciation de la monnaie aurait donc un fort effet redistributif sur les revenus, tout en redonnant du pouvoir d'achat aux revenus les plus modestes. N'était-ce point l'une des principales revendications des Gilets Jaunes? On comprend pourquoi, dès que l'on abandonne la perspective d'une sortie de l'Euro et d'une récupération par la France de sa souveraineté monétaire, il devient impossible de penser une hausse du SMIC et ses effets sur l'économie. Et telle est la raison pour laquelle Emmanuel Macron, qui ne veut sous aucun prétexte toucher à l'Euro, ne parle pas du SMIC et du pouvoir d'achat dans sa lettre.


    [1] https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/gilets-jaunes-pourquoi-l-augmentation-du-smic-promise-par-macron-n-en-sera-pas-vraiment-une_3094307.html

    [2] https://www.rtl.fr/actu/politique/marine-le-pen-est-l-invitee-de-rtl-du-19-decembre-7795973392

    [3] https://www.publicsenat.fr/article/politique/gilets-jaunes-nicolas-dupont-aignan-annonce-qu-il-presentera-une-proposition-de

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Dossier:
    Grand débat national en France (2019) (53)
    Tags:
    SMIC, Emmanuel Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik