Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron dans le miroir européen

    © AP Photo / Charles Platiau
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    28567

    Emmanuel Macron a donc fait publier dans la presse étrangère, quand on est Président de la République Française on a certes des moyens que n'a pas le simple citoyen, une adresse aux électeurs européens.

    Celle-ci semble être tombée à plat [1]. Au-delà du succès ou de l'insuccès d'Emmanuel Macron se cache néanmoins une stratégie politique des plus discutable: construire une opposition imaginaire entre «progressistes» et «nationalistes». Cette stratégie révèle une impasse: celle de la stratégie personnelle de Macron, de plus en plus isolé en France comme en Europe.

    Une opposition imaginaire?

    Emmanuel Macron construit une scène européenne qui serait dominée par deux camps irrémédiablement opposés, les «nationalistes» d'une part, représentés par MM. Orban et Salvini, et les «progressistes», dont il espère bien être le Hérault. Il attaque les premiers, auxquels il reproche de vouloir le «retrait de l'Europe», et d'être «sans solutions». Notons ici une première contradictions: soit les «nationalistes» réels ou imaginaires, veulent le « retrait » de l'Europe, et donc ont formulé des propositions en ce sens, soit ils sont «sans solutions». Mais les deux ne sont pas conjointement possibles. Qu'Emmanuel Macron n'approuve pas les solutions qui pourraient être proposées par les «nationalistes» se conçoit. Mais il doit les combattre et non les nier. En combinant les deux, Emmanuel Macron détruit la crédibilité de son propos.

    Emmanuel Macron
    © REUTERS / Philippe Wojazer
    Au-delà, il y a un problème: qui sont donc ces nationalistes? De fait, on peine à percevoir les contours d'un camp nationaliste. Il y a bien sûr le Premier ministre Hongrois, M. Viktor Orban, un homme issu du centre-gauche et passé à droite. Mais, son discours apparaît plus comme une variante du discours de la droite traditionnelle en Europe centrale, celle qui va de la CSU, le parti allié à la CDU de Mme Merkel, aux divers partis conservateurs et démo-chrétiens. L'ambition de M. Orban est claire: faire éclater le groupe des partis conservateurs européens, le PPE, et reconstruire autour de ses idées un nouveau pôle conservateur. Cette ambition ne fait nullement de M. Orban un nationaliste.

    D'un autre côté, il y a Matteo Salvini, le charismatique chef de la Lega italienne et ci-devant Ministre de l'intérieur. Porté par sa montée dans les sondages, il fait figure d'opposant numéro un à la politique d'Emmanuel Macron. Son populisme peu utiliser des figures du nationalisme, mais pas plus que ce que peut faire, quand il est poussé dans ses retranchements, Emmanuel Macron lui-même. D'ailleurs, quelle pourrait être la base d'un «nationalisme» italien? Quelles sont les revendications de ce «nationalisme», les terres irrédentes qu'il pourrait réclamer? Nul ne le sait. Par contre, il est clair que le projet politique de Mattéo Salvini n'est pas celui de Viktor Orban. C'est un projet plus social, plus déterminé aussi par les particularités de l'Italie. Si une alliance entre les deux hommes peut se former, ce ne sera qu'une alliance de circonstance.

    Une construction politique

    Alors, pourquoi Emmanuel Macron parle-t-il des «nationalistes» dans se lettre comme dans ses discours? On voit bien qu'il aimerait reproduire à l'échelle de l'Europe le hold-up qu'il a réalisé à l'élection présidentielle de 2017. Se construire une posture de progressiste, au prix de l'éborgnement et de la mutilation de dizaines de manifestants, de ruptures avec la logique de l'état de droit, et de diverses barbouzeries dont le meilleur exemple est l'affaire Benalla, pour affronter un camp imaginaire des «nationalistes», ceux qui auraient précipité l'Europe dans la guerre. Ce qu'Emmanuel Macron veut faire, c'est mettre en scène un affrontement entre le «bien», qu'il représenterait bien évidemment et le «mal», soit tous ses adversaires.

    Mais, s'il est contraint à de multiples contorsions pour pouvoir y arriver, s'il doit produire un discours sur la réalité qui n'a plus aucun rapport avec cette dernière, c'est parce qu'il est dépourvu désormais de programme. La vérité est que ses propositions n'ont pas la moindre chance d'aboutir. La France a subi échec sur échec dans le cadre de la politique de l'Union européenne. Elle se vide de son potentiel industriel du fait de l'euro et se heurte aux froids calculs de la politique allemande qui, elle, est en position de force.

    Un esprit sain et raisonnable en déduirait que la France a besoin de se construire des alliances, et qu'elle doit faire cause commune avec les pays qui contestent cette hégémonie allemande. Emmanuel Macron a choisi, au contraire, de se lancer dans cette escalade verbale dont il espère tirer quelques bénéfices. Il le fait avec une méthode discutable, en s'adressant aux électeurs des autres pays de l'Union européenne par dessus la tête de leurs propres gouvernements. La fraîcheur de la réception se sa missive ne traduit que trop bien l'agacement de ceux avec qui il aura besoin, un jour ou l'autre, de négocier.

    Emmanuel Macron en son miroir

    De fait, on peut s'interroger pour savoir si la lettre d'Emmanuel Macron était bien destinée aux européens. A la lire attentivement, on trouve bien plus de réminiscence du débat français que d'intentions européennes. Car, les grands projets d'Emmanuel Macron, dépourvus de concrétisations réelles, sont condamnés à l'échec. Mais il en a probablement conscience. L'important pour lui est de faire ces propositions quitte à revenir se lamenter devant l'électeur français pour lui dire à quel point les autres, les autres européens, sont ingrats et ne comprennent pas ce qui serait pourtant dans leur propre intérêt: faire d'Emmanuel Macron le grand chef de l'Union européenne.

    Mais, c'est un raisonnement d'adolescent et non celui que devrait tenir le dirigeant d'une grande Nation. De fait, Emmanuel Macron prétend parler à tous mais il ne parle qu'à lui-même. Il ne cesse de se regarder dans un miroir imaginaire, d'imaginer des poses qu'elles soient tragiques ou héroïques, pour échapper à la réalité.

    Car cette réalité est là: il apparaîtra aux yeux de l'histoire comme l'un des pires dirigeants français depuis plus d'un siècle, et pourtant notre pays qui ne fut pas avare en grands hommes ne le fut pas non plus en dirigeants médiocres, voire bas et ridicules. Une leçon ici s'impose: Emmanuel Macron croyait gouverner par l'art de la communication. Mais au lieu de dominer celle-ci il l'a laissée prendre les commandes et il laisse éclater au grand jour son immense narcissisme.

    [1] https://www.marianne.net/monde/europeennes-de-l-italie-au-royaume-uni-la-tribune-de-macron-accueillie-avec-indifference-voire

    Lire aussi:

    Brigitte Macron déclare forfait après des huées et des sifflets au stade de Reims (vidéo)
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Le dernier cri de désespoir du copilote du crash du Boeing de Lion Air
    Tags:
    nationalistes, Parti populaire européen (PPE), Union chrétienne-sociale (CSU) d'Allemagne, Union européenne (UE), Matteo Salvini, Emmanuel Macron, Viktor Orban, Angela Merkel, Europe, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik