Points de vue
URL courte
Par
145712
S'abonner

Le ministère de l’Intérieur a annoncé près de 300 cas de radicalisation au sein des forces de l’ordre. À quel point celles-ci sont-elles vulnérables face à de nouvelles attaques au couteau? Noam Anouar, ancien agent des «RG», était dans nos studios pour évoquer la menace djihadiste au sein de la Police.

Pendant l’épidémie de coronavirus, les actes djihadistes se poursuivent. Ce 17 mars, une femme armée d’un couteau a franchi le périmètre de sécurité de l’Élysée, se jetant l’un des agents en faction. Un autre l’a heureusement désarmée avant de l’interpeller.

«Suicide by cop» (suicide par attaque d’un policier), comme l’évoquent les enquêteurs? Acte d’une «déséquilibrée», ou motivation djihadiste? L’enquête le déterminera. Un même flou avait d’ailleurs régné un temps sur les motivations de Mickaël Harpon, qui avait tué quatre de ses collègues à la Préfecture de Police, le 3 octobre dernier.

Si la motivation terroriste a finalement été retenue pour l’acte de Mickaël Harpon, celui-ci n’a pas été, selon Noam Anouar, le premier agent de police radicalisé à faire usage du couteau. En effet, un agent stagiaire aurait poignardé ses parents avant l’attaque de la préfecture de police. À la fois déséquilibré et inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), celui-ci aurait été écarté de l'institution policière, et l’affaire étouffée, selon cet ancien agent des «RG».

Un exemple qui fait dire à Noam Anouar que la Police est plus vulnérable qu'on ne pourrait le supposer. Noam Anouar a servi pendant près de dix ans au sein de la Direction des Renseignements de la préfecture de police, anciennement renseignements généraux. Il était chargé de la surveillance des réseaux liés à l’islam radical en Seine-Saint-Denis. Il a publié l’essai La France doit savoir (Plon, 2019).

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Diminution du nombre de personnes en soins intensifs en France, une première depuis le début de l'épidémie
Rivotril: «euthanasie hors-cadre» ou «ne pas laisser souffrir quelqu’un pleinement conscient»?
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Tags:
police, terrorisme, islamisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook