Politique
URL courte
Par
Sarkozy reconnu coupable de corruption (15)
4812714
S'abonner

Des propos tenus par Nicolas Sarkozy semblent le rattraper cinq ans plus tard. Dans l’affaire «des écoutes», l’ancien Président a été condamné à trois ans de prison, dont un an ferme, une peine aménageable à domicile. Une mesure qui n’était pourtant pas de son goût encore en 2015.

Suite à sa condamnation, Sarkozy a de fortes chances de purger sa peine sous bracelet électronique à domicile. Dans son délibéré le 1er mars, le tribunal correctionnel de Paris a fait savoir qu’il «convient d'aménager la partie ferme de la peine ab initio sous le régime de la détention à domicile sous surveillance électronique eu égard à sa situation actuelle».

Effectivement, selon les modalités de la réforme des peines, entrée en vigueur le 24 mars 2020, une peine inférieure à un an de prison sera par principe aménageable: au lieu d’une incarcération, les mesures les plus privilégiées sont les travaux d'intérêt général et la détention à domicile.

La réforme pénale de mars 2020 a en effet abaissé le seuil maximal pour un aménagement à 12 mois. En 2018 encore, ce seuil était encore plafonné à 24 mois, ce qui a permis à l’ancien ministre Jérôme Cahuzac, condamné à deux ans de prison ferme et deux ans avec sursis, de bénéficier d’un aménagement de peine. Il avait finalement été placé sous bracelet électronique.

Sarkozy pour la prison ferme

Et pourtant Sarkozy était contre l’aménagement des peines de prison ferme supérieures à six mois. En novembre 2015, il avait écrit sur Twitter: «Je souhaite qu’il n’y ait pas de mesures d’aménagement de peine pour les peines supérieures à 6 mois». Le tweet déterré hier par les internautes a été cité plus de neuf milles fois.

​Ainsi, si cette déclaration faite lors d’une interview au Parisien était devenue une réalité judiciaire, l’ancien Président serait contraint de purger sa peine dans une maison d’arrêt.

Procès en appel en vue

Jacqueline Laffont, l’avocate de l’ancien Président, a déjà annoncé qu’elle fera appel du verdict du tribunal. Comme la justice n'a pas émis de mandat de dépôt à son encontre, en attendant le second procès, Sarkozy reste en liberté.

Outre Sarkozy, deux autres personnalités, l’avocat Thierry Herzog et l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert, ont été condamnés dans l'affaire dite des écoutes à trois ans d’emprisonnement dont un de prison ferme. Sarkozy et Herzog sont déclarés coupables des délits de «corruption active» et de «trafic d’influence».

Le jugement marque la première condamnation à de la prison ferme d’un ancien Président en France.

Dossier:
Sarkozy reconnu coupable de corruption (15)

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
tweet, corruption, peine de prison, condamnation, Nicolas Sarkozy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook