Politique
URL courte
Par
111954
S'abonner

«Garde ton chiffon, nous viserons mieux»: Nadiya Lazzouni, journaliste et productrice, a indiqué jeudi 8 avril sur son compte twitter qu’elle avait reçu des menaces de mort. Elle a demandé aux autorités françaises si elles comptaient réagir, ce à quoi Marlène Schiappa a répondu.

La journaliste Nadiya Lazzouni a reçu une lettre anonyme contenant des insultes et menaces de mort dont elle a publié le texte sur son compte Twitter en demandant à Gérald Darmanin, Marlène Schiappa et Emmanuel Macron s’ils allaient agir.

Dans son tweet elle a publié la photo d’une lettre lui étant «spécialement adressée».

«Vous n’aurez pas un milliardième de pouvoir en France. Nous vous expulserons au bulldozer […]», écrit un anonyme qui conseille à la journaliste: «gardes (sic) ton chiffon [en allusion à son voile] nous viserons mieux, petite effrontée. Il se remplira de ta cervelle de merde».

Il jure également de lui «mettre une balle dans la nuque» et promet que «la France sera vierge de tout musulman et islamiste».

La photo est accompagnée du message, très retweeté, que Nadiya Lazzouni a adressé à Gérald Darmanin, Marlène Schiappa et Emmanuel Macron:

«À travers mon travail et mes prises de parole publiques, j’ai toujours essayé de diffuser un message d’espoir et d’ignorer ce climat délétère. Est-ce que je peux encore marcher avec des œillères? Allez-vous agir face à ces menaces de mort?».

Réponse de Marlène Schiappa

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté n’a pas tardé à répondre via Twitter:

«Aucune controverse ne saurait justifier ces injures et menaces qui plus est sexistes et racistes! Je les condamne fermement. Si vous souhaitez déposer plainte la justice pourra s’en saisir».

Le grand public a découvert la journaliste lors de débats TV sur la laïcité et les libertés fondamentales.

Nadiya Lazzouni est la première femme voilée à avoir eu une rue baptisée en son honneur, plus exactement le 28 septembre 2020 à Caen.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
menace de mort, journalistes, lettre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook