Politique
URL courte
Par
Attaque au couteau à Rambouillet (avril 2021) (18)
7351
S'abonner

Depuis l'attaque de Rambouillet, les politiciens se divisent autour des liens entre terrorisme et immigration. D’un côté, Jordan Bardella souligne qu’en l’espace d’un an une série d’attentats a été perpétrée par des migrants. De l’autre, Laurent Nuñez pense que la grande majorité des actes terroristes sont commis par «des ressortissants français.»

Présent depuis des années dans les débats, ce sujet est revenu en force avec l'attentat du commissariat de Rambouillet. Alors que l’exécutif et la gauche refusent de faire un lien entre le terrorisme et l’immigration, la droite insiste pour en établir un.

Un moratoire demandé par Bardella

Invité dans La Matinale de CNews ce 26 avril, Jordan Bardella a expliqué pourquoi la France avait actuellement besoin d’un moratoire sur l’immigration.

«Si cet individu avait été expulsé du territoire national, si nos lois avaient été appliquées, cette policière aurait été encore en vie. C’est bien là le drame», a-t-il commenté au sujet de Rambouillet.

M.Bardella a rappelé que ce 26 avril les forces de l’ordre avaient rendu hommage à la policière tuée. Une cérémonie a eu lieu à Rambouillet de même qu’un rassemblement citoyen devant le parvis de l'hôtel de Ville.

Pour lui, il faut se rappeler de la série d’attentats perpétrée par des ressortissants étrangers en l’espace d’un an.

«La guerre qui nous est conduite par le fondamentalisme islamiste depuis maintenant 2012… il faut un moratoire sur l’immigration. Les douze derniers mois ont vu se succéder toute une série d’attentats», a souligné le vice-président du RN.

Le numéro 2 du parti de Marine Le Pen s’est souvenu du «triste anniversaire de la mort de deux de nos compatriotes»: le 4 avril 2020, deux personnes étaient tuées et cinq autres blessées lors d’une attaque au couteau perpétrée par un réfugié soudanais en pleine rue à Romans-sur-Isère.

«Samuel Paty a été exécuté par un Tchétchène qui n’avait rien à faire sur notre sol. L’attentat de Nice qui a été commis dans une église où trois de nos concitoyens ont été exécutés lâchement par un Tunisien qui n’avait rien à faire sur notre sol. Et là, encore une fois, l’histoire se répète. Nous avons à faire à quelqu’un qui n’a rien à faire sur notre sol. Si nous avions remis de l’ordre bien plus tôt dans notre politique migratoire comme nous le réclamions, alors nous aurions probablement limité le nombre d’attentats sur notre sol», a-t-il noté.

Selon lui, la radicalisation du terroriste de Rambouillet a été encouragée par le discours de la «galaxie islamogauchiste» qui «vise à expliquer que l’État français est "raciste" et "islamophobe", pour qui les lois françaises oppriment les musulmans». M.Bardella souligne que ce type de discours «marche à côté de l’islamisme».

Le porte-parole du RN n’a pas manqué de rappeler qu’Emmanuel Macron avait permis l'entrée d'1,8 million de personnes en France depuis 2017. «L'homme du chaos, l'homme du désordre, l'homme de la violence», a-t-il lancé.

«Des ressortissants français» derrière la majorité des attentats, selon Nuñez

Laurent Nuñez, coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, présente une autre opinion sur ces questions.

Ce lundi sur France Inter, il a tenu à rappeler «que depuis 2015, les 4/5e des auteurs d’attentats terroristes sur le territoire national sont des ressortissants français».

«Donc, au bout d'un moment, il faut arrêter de raconter des bêtises. Les individus radicalisés en situation irrégulière sont expulsés en priorité», a-t-il poursuivi, «même des étrangers en situation régulière qui seraient porteurs de menaces graves pour l'ordre public sont également expulsés.»

Dans le même temps, il a réfuté l’idée de défaut de surveillance, mais pointé du doigt l’état de santé mentale des assaillants. «Sur les huit dernières attaques, le profil d'auteurs d'attentat c'est celui-là, des individus plutôt isolés, inconnus des services de renseignement, qui ont donné très peu de cette radicalisation à voir», a-t-il noté. «J'y ajoute aussi des failles d'ordre psychologique, voire d'ordre psychiatrique.»

Dans une interview au JDD, Gérald Darmanin a expliqué pour sa part comment les réseaux sociaux avaient rendu la détection des personnes radicalisées de plus en plus difficile.

«Il n'est pas bon de nier les faits sur ce genre de sujet» pour Le Maire

Invité lundi dans la matinale d'Europe 1, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a refusé «d'établir une équivalence entre immigration et terrorisme».

«Il y a un fait: les attentats perpétrés sur le sol français depuis plusieurs mois l'ont été par des personnes immigrées. Il n'est pas bon de nier les faits sur ce genre de sujet», a-t-il déclaré, avant de préciser: «Cela serait injuste vis-à-vis de l'immense majorité des personnes immigrées en France qui sont venues y chercher la paix, le travail, la tranquillité, et qui respectent nos valeurs et les règles de droit.»

«Oui, les derniers attentats commis en France l'ont été par des personnes immigrées, et ça pose de vraies questions sur la nécessité absolue de mieux contrôler nos frontières (...) et ça pose la question de notre droit migratoire au niveau européen comme national.»

Renforcement de l’antiterrorisme

Suite à l’attentat de Rambouillet, le ministre de l’Intérieur présentera le 28 avril un projet de loi visant à renforcer la lutte antiterrorisme. Celui-ci facilitera la procédure des «visites domiciliaires», c’est-à-dire les perquisitions en cas de soupçons de menace terroriste, permettra de suivre les anciens condamnés pour terrorisme pendant deux ans au lieu d’un, tendra à pérenniser l’utilisation d’algorithme par le renseignement.

Dossier:
Attaque au couteau à Rambouillet (avril 2021) (18)

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
Bruno Le Maire, France, immigration clandestine, immigration, Jordan Bardella, Laurent Nuñez
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook