Politique
URL courte
Par
Élections régionales et départementales 2021 en France (32)
10322
S'abonner

En prévision des régionales, Valérie Pécresse a exposé sa vision de la gestion de la primo-délinquance ainsi que de la réinsertion des détenus, et s’est prononcée sur l’augmentation des effectifs de la police municipale sans oublier la question de la reconnaissance faciale.

La présidente sortante (ex-LR) d'Île-de-France, Valérie Pécresse, candidate à sa succession au scrutin régional des 20 et 27 juin, veut créer une agence francilienne de travaux d'intérêt général (TIG) pour les primo-délinquants, indique-t-elle ce mardi dans un entretien au Figaro.

«Les juges sanctionnent mais le vrai sujet c'est l'exécution des peines. Tout commence par les premiers délits qu'il faut sanctionner de manière rapide et proportionnée, si on veut éviter la récidive», estime la candidate sortante.

Cette agence «encadrera les TIG, en lien avec les communes, afin que les tribunaux puissent en prononcer davantage et qu'ils soient effectués rapidement. Aujourd'hui, le délai qui s'écoule avant l'exécution d'un TIG, c'est plus de 400 jours», affirme l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Selon elle, ce projet ne nécessitera pas de loi mais simplement que «le ministère de la Justice reconnaisse la région comme lieu d'exécution des TIG, comme il le fait pour les mairies».

Valérie Pécresse se dit également favorable à cofinancer de nouvelles prisons et des centres éducatifs fermés pour mineurs et à «doubler les formations des détenus, pour les réinsérer».

Reconnaissance faciale et renforcement de la police municipale

Mme Pécresse a rappelé sa promesse de recruter 1.000 agents de sécurité supplémentaires dans les transports franciliens, soit autant que lors de son premier mandat, pour atteindre 4.000 employés au total.

Possible candidate à l'élection présidentielle, Mme Pécresse émet le vœu que «les effectifs des polices municipales doublent» et se prononce en faveur de leur armement, ce que ne prévoit pas le projet de police municipale parisienne de la maire PS Anne Hidalgo, «une faute politique» selon Mme Pécresse.

Celle-ci redemande également que la législation nationale évolue concernant l'intelligence artificielle et la reconnaissance faciale.

Selon un sondage OpinionWay pour CNews publié mardi, Mme Pécresse, qui a conditionné la suite de sa carrière politique à sa réélection, arriverait en tête au premier tour des régionales, le 20 juin, avec 34% des voix, devant Jordan Bardella (RN, 19%), Laurent Saint-Martin (LREM, 16%), Julien Bayou (EELV, 12%), Clémentine Autain (LFI, 10%) et Audrey Pulvar (PS, 9%). Au second tour, le présidente sortante serait reconduite à la tête de la région, arrivant en tête d'une quadrangulaire avec 37% des suffrages.

Dossier:
Élections régionales et départementales 2021 en France (32)

Lire aussi:

Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
Tags:
Valérie Pécresse, régionales, Île-de-France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook