Politique
URL courte
Par
17278
S'abonner

La candidate à la primaire écologiste Sandrine Rousseau a accusé jeudi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui l'a menacée de publier leurs échanges de SMS, de chercher à l'intimider «en bafouant la loi».

«C'est une personne qui est capable de mettre l'intimidation au-dessus des lois parce que là, ce qu'il fait, c'est de m'intimider en bafouant la loi et ça, c'est très grave quand on fait face à une candidate à la présidentielle», a accusé sur franceinfo l'ex-numéro 2 des Verts.

«En tant que premier policier de France, il enfreint la loi sur un plateau puisque la menace de diffuser publiquement des conversations privées est punissable par la loi», a-t-elle dénoncé.

«Ça n'est pas une petite affaire et je me réserve évidemment la possibilité éventuellement de donner des suites judiciaires à ça», a ajouté la vice-présidente de l'université de Lille.

L'écoféministe avait affirmé lors d'un débat de la primaire que c'est la nomination en juillet 2020 de Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur, alors qu'il est accusé par une femme d'un viol en 2009, qui l'avait convaincue à être candidate.

Deux plaintes contre Darmanin classées sans suite

Dans ce dossier, deux plaintes contre M. Darmanin ont été classées sans suite, avant la désignation d'une juge d'instruction qui a prononcé un non-lieu en 2018. La cour d'appel de Paris a ordonné en juin 2020 la reprise des investigations par une nouvelle magistrate.

Celle-ci a placé le ministre sous le statut intermédiaire de témoin assisté en décembre 2020, qui peut évoluer au cours de la procédure vers une mise en examen si des «indices graves ou concordants» sont réunis.

Mercredi, le ministre de l'Intérieur avait répliqué sur France Inter en assurant que Mme Rousseau lui avait écrit par SMS pour demander un rendez-vous pour une nomination.

«Mme Rousseau n'avait pas la même vision de ma personne lorsqu'elle m'a demandé d'être nommée directrice de l'IRA (Institut régional d'administration) Lille quand j'étais ministre de la Fonction publique» (2017 - juillet 2020).

«Si elle le souhaite, on peut publier les demandes de rendez-vous et les demandes de nomination, elle était très vexée que je ne la choisisse pas et quand je vois ses déclarations publiques, j'ai bien eu raison de pas proposer sa nomination pour former de nouveaux fonctionnaires», avait-il ajouté.

«J'avais été sélectionnée à l'issue des trois entretiens préalables à l'embauche, c'est Gérald Darmanin qui bloquait ma nomination, donc oui, je lui ai demandé un rendez-vous par SMS», a répondu jeudi Mme Rousseau.

«Qu'il les sorte les SMS, il y a aucun problème», a-t-elle ajouté.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Tags:
Sandrine Rousseau, Gérald Darmanin, EELV, accusations, primaire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook